Logo_+_texte_(2)_ESAVL-ARBAL-1100

BD • DESSIN  GRAVURE ILLUSTRATION PEINTURE PUBLICITÉ SCÉNOGRAPHIE SCULPTURE VIDÉOGRAPHIE

L’École Supérieure des Arts de la Ville de Liège – Académie Royale des Beaux-Arts de Liège est un institut d’enseignement supérieur en Arts plastiques, visuels et de l’espace. L’école propose neuf disciplines, en deux cycles de formation, Bachelier et Master (sauf l’Option en Dessin, uniquement le Master). À chaque Bachelier correspondant son Master. Chaque Master se décline en trois finalités : Spécialisé, Didactique et Approfondi. L‘ÉSAVL-ARBAL propose aussi l’Agrégation.
À quelques minutes du centre de Liège, de taille moyenne, dispensée par des artistes-enseignants, ancrée dans son environnement artistique et culturel, l’ÉSAVL-ARBAL est une des plus anciennes écoles en matière d’enseignement artistique en Belgique.

201810-RENTRÉE-ACADÉMIQUE-1414_CORR-1-1100(80)

201810-RENTRÉE-ACADÉMIQUE-1414_CORR-3-1100

« Being [Not] There – entre ici et ailleurs

Une fenêtre d’apparence immobile sur un monde en mouvement. Un entre-deux à la fois immuable et changeant, qui est ici mais annonce déjà un ailleurs. Être là sans y être vraiment…

Arpenteur du monde, Rob Rombout est le cinéaste de cet entre-deux, entre ici et ailleurs. Émergeant à Liège il y a près de 35 ans, au sein de Canal Emploi (chaine télévisée communautaire), ce réalisateur belgo-néerlandais développe depuis une pratique découlant d’un usage particulier du monde. Le cinéma documentaire y prend une tournure poétique, au-delà du geste purement informatif. Il devient film-œuvre, presque inclassable, singulier et plastique.
La manifestation Being [not] There joue sur ce statut particulier de l’entre-deux dans l’œuvre de Rombout. Entre moment de vision « unique » et fragmentation de l’œuvre devenant trace, elle pose un regard à la fois rétrospectif et prospectif sur ce cinéma documentaire. Expérimenter le geste autrement dans un dialogue entre espace et temps pour révéler l’écriture plastique singulière de ce réalisateur toujours en mouvement, tel est l’un des objectifs de cette manifestation qui se déroule en plusieurs temps (projections, expositions, workshops).
Ainsi c’est une fenêtre qui s’ouvre sur le travail de Rob Rombout. Une fenêtre sur trois expositions, liées entre elles par ses gestes et par ce qui l’anime, par ses observations à la fois proches et lointaines, par sa manière d’être au monde sans y être vraiment.

Being [Not] There – regards croisés

L’un des points d’orgue de la manifestation est l’organisation d’un workshop mené par Rob Rombout au sein de l’ÉSAVL-ARBAL. Au même titre que le geste, la pédagogie est au centre de la pratique artistique du réalisateur. La question de la réception et de la perception de l’œuvre survient à chaque étape de son travail. Mais, au-delà d’une préoccupation didactique sous-tendue par le cinéma documentaire, la pédagogie est partie intégrante de son activité. Rob Rombout est en effet co-fondateur de Doc Nomads, master post-diplôme international. Il participe donc pleinement à la formation d’étudiants et jeunes réalisateurs de films documentaires. Pédagogie et création sont liées, elles se nourrissent et se stimulent l’une l’autre.
Réunissant étudiants de Doc Nomads, du Master en Arts du spectacle de l’Université de Liège, et de l’atelier de vidéographie de l’ÉSAVL-ARBAL, le workshop se développe autour d’un thème fétiche : Being [Not] There. À partir de déambulations proposées par Dominique Castronovo, professeur au sein de l’atelier de vidéographie, et d’interventions de Rob Rombout, les seize étudiants de ce workshop sont amenés durant quelques jours à expérimenter et éprouver cet état au monde, l’observation à distance, mais aussi à questionner cette idée d’être sans y être vraiment. De cette rencontre de deux démarches pédagogiques sont nées six explorations de Liège et ses alentours. Six œuvres présentées dans les espaces d’exposition qui évoquent toutes soit par le sujet, soit par la manière de l’aborder cet entre-deux. » (Céline Éloy)

« BEING [NOT] THERE » Regards croisés sur l’œuvre de Rob Rombout est une manifestation sur l’œuvre filmique du cinéaste de documentaires d’auteurs Rob Rombout. Cette manifestation, organisée par l’ÉSAVL-ARBAL, voit s’associer trois écoles (Doc Nomads, Master en Arts du Spectacle de l’Université de Liège, et l’atelier de Vidéographie de l’ÉSAVL-ARBAL) et trois centres d’exposition liégeois (Galerie des beaux-arts, Société libre d’Émulation et Space Collection), pour proposer  projections, expositions, workshops, échanges pédagogiques et conférences.

Cette manifestation avait démarré en octobre 2018, dans le cadre de la Rentrée académique 2018-19 de l’ÉSAVL-ARBAL. Elle s’est poursuivie en octobre et novembre par différents workshops multidisciplinaires regroupant des étudiants des trois écoles.

Elle se conclura en décembre entre par plusieurs expositions. En effet, chaque centre d’art associé à la manifestation proposera une exposition sur l’œuvre filmique de Rob Rombout, au thème spécifique : la Galerie des beaux-arts (« BEING [NOT] THERE. Entre ici et la Chine »), la Société libre d’Émulation (« BEING [NOT] THERE. Entre ici et Amsterdam(s) »), et la Space Collection (« BEING [NOT] THERE. Trains, Ships and Cars »).

Les trois expositions proposeront les réalisations du workshop des étudiants des trois écoles : Pilar Bebea, Margaux Blanchart, Zoé Byloos, Nico Centrone, Abdourahmane Dieng dit Pape, Clare Edlund, Malsy Klasen, Anantha Krishnan, France Paquay, Flore Mercier, Pedro Morato, Bénédicte Moyersoen, Maria Punzano, Natalie Rebeiz, Waleed Talal, Nell Webert-Simon.

En parallèle à ces trois expositions, le Master en Arts du Spectacle de l’Université de Liège proposera plusieurs projections de documentaires de Rob Rombout, au Complexe cinématographique Opéra / Université de Liège.

Toujours dans le cadre de cette manifestation, l’ÉSAVL-ARBAL aura le plaisir d’inviter l’artiste vidéaste plasticien français Robert Cahen. Co-réalisateur avec Rob Rombout, il est surtout connu comme artiste majeur de l’art vidéo depuis une trentaine d’années. Il présentera son installation La barre jaune, à la Galerie des beaux-arts.

« BEING [NOT] THERE » Regards croisés sur l’œuvre de Rob Rombout est une manifestation soutenue par l’Ambassade des Pays-Bas, la Ville de Liège, et Monsieur Pierre Stassart, Échevin de l’Instruction publique de la Ville de Liège.

Plus d’informations sur le programme, les dates et les lieux sur le site de la manifestation.

ROB-ROMBOUT-NEWSLETTER-1000(100)

Actualités

Biblio-3024-530(80

jeudi 6 décembre 2018

Réouverture de la Bibliothèque de l’ÉSAVL-

ARBAL ce mercredi 12 décembre 2018

La Bibliothèque de l’ÉSAVL-ARBAL fait peau neuve et est actuellement fermée. Elle réouvrira ses portes ce mercredi 18 décembre 2018, avec l’horaire habituel.

Pour rappel, le catalogue de la Bibliothèque est accessible en ligne, via le Catalogue collectif des Bibliothèques publiques en Province de Liège. Rien de plus simple : dans Recherche avancée, à Limiter la recherche, dans le sous-menu Bibliothèque : choisir Liège (Ville) : Liège (Ville). Académie des beaux-arts (bibliothèque). Ou mieux encore, entamez une Recherche simple : si le livre est en possession à la Bibliothèque de l’ÉSAVL-ARBAL, apparaître en bas de la page Notice complète, la mention Bibliothèque de l’A.R.B.A.L (pour Académie Royale des Beaux-Arts de Liège).
.
Plus d’informations :
- Page de présentation de la Bibliothèque de l’ÉSAVL-ARBAL

espaace-jeunes-artistes-530

lundi 3 décembre 2018

Mégane Likin, diplômée de l’ÉSAVL-ARBAL,

expose dans le cadre de l’Espace Jeunes

Artistes

Mégane Likin n’est pas la première diplômée de l’ÉSAVL-ARBAL à participer à l’Espace Jeunes Artistes. Pensons à la dernière en date, Sarah Munitello, qui a exposé du 4 octobre au 30 novembre 2018. Mégane n’est pas non plus la dernière puisque sont déjà programmées d’autres diplômées de l’ÉSAVL-ARBAL : Gaëtanne Verbruggen et Manuela Simonne.
Mégane a donc été retenue pour cette exposition personnelle. Présentation de son univers par ce beau texte du critique d’art Emmanuel d’Autreppe :

« Il y a des images qui, plus que d’autres, réclament le silence, ou plus exactement savent s’entourer de silence; vous inviter à une forme de recueillement tranquille. Y poser des mots devient dès lors particulièrement délicat… Les petites toiles et les dessins plus petits encore de Mégane Likin sont de ceux-là. En peu de touches, en à peine quelques traits esquissés, ils font naître un sentiment intime, une émotion profonde. Étrangeté et familiarité, mélancolie et apaisement, concentration et relâchement, tout d’une pièce. Des paysages, pourtant en apparence déserts et muets, vous saisissent comme des portraits qui chuchotent. Aquarelles sur toile d’abord; puis techniques mixtes, tantôt mêlant crayon et aquarelle, tantôt à la mine seule, sur bois à nœuds retors ou sous calque translucide, disent la même contemplation, la même célébration, la même méditation. Sas coulissants, à mi-chemin du choix et de l’accident, où se rejoue sans cesse le ballet du hasard et de la nécessité, de l’empreinte individuelle et collective.
À bien y regarder pourtant, et à mieux la connaître, on comprend peu à peu qu’il ne s’agit pas tant de contemplation, et qu’il n’est même pas vraiment question de paysage dans le travail de Mégane Likin ; elle peint des souvenirs, résurgences vagues et précises qui pourraient être les nôtres, qui sont peut-être les nôtres, qui sont sûrement les siens. Et dont la fragilité et l’apparence d’inachèvement nous font comprendre qu’ils émanent d’une matière changeante, évolutive. La mémoire n’est pas faite d’instants gravés pour l’éternité, immuables, comme a parfois tenté de nous le faire croire certaine pratique de la photographie. Elle est au contraire mouvante et ondoyante comme un ciel que font et défont les nuages ; elle s’approche et repart comme une mer renouvelée ; elle redessine et réécrit inlassablement, comme nous tous. Et dans le sapin rigide et déplumé, sous la brindille figée ou le sable rare, pour qui sait l’entendre, tout bouge, tout bruisse; la moindre vie hésite, résiste.
Certes, il faut s’approcher ; Mégane n’est ni la première, ni la dernière à traduire en petit des choses très grandes. D’autres expriment en grand des choses très petites — à chacun somme toute son trajet ou son truc. Le mouvement du spectateur de ses images, paradoxal, vaut la peine d’être suivi : le vertige n’est pas moins grand à se perdre dans l’infiniment petit, qu’à s’égarer dans le trop vaste. Leçon de l’ancêtre photographique, Talbot, qui nous invite à examiner le vide ou l’accessoire, jugés sans importance; croisée avec l’acuité du peintre qui, dit-elle, élit “des détails si subtils et si futiles, qu’ils méritent que le regard s’y pose”. L’aller-retour entre les supports, tantôt impalpables comme le papier-calque de la remembrance, tantôt réticents et résistants comme ces marques dans le bois indocile avec lesquelles il faut bien composer, ce balancement, traduit des informations ou des impressions, des lectures aussi bien que des rencontres, proches ou lointaines. Le titre comme seule piste ; le hors-champ comme un prolongement possible ; le cœur des choses qui inlassablement renvoie à leurs alentours. Au centre de la spirale, dans la focale du scrutateur, invisible, se tient sûrement un personnage énigmatique, de trois quarts dos. Il peint — non, elle peint, seule sa chevelure ne trompe pas — de façon si discrète qu’on pourrait ne pas l’apercevoir. Elle fait mine de ne pas nous parler d’elle; sûrement ce minuscule inaccessible est-il aussi une forme de protection.
Discrète, sensible, pudique, il y a fort à parier que Mégane le reste ; trop de mots déjà, dans tout ce qui précède, risquent de l’encombrer. Que savoir de l’artiste, en cet instant du parcours ?… Qu’elle a croisé récemment Charles-Henry Sommelette — échanges grandissants, nourrissants, confrontants. Qu’elle a traversé le bain propice ou le laboratoire nourricier de l’Académie, puis le déclic libératoire, salutaire, d’un départ pour l’Angleterre. En chemin: des soutiens, des amis. Dans le lointain des références: les solitudes et les attentes d’Edward Hopper, et puis la bouleversante “Jeune orpheline au cimetière” de Delacroix. Enfin, courageusement posée sur un horizon plus éloigné encore, “La recherche du temps perdu” de Marcel Proust… allons, bonne route! Celle-là, une fois entamée, allez savoir où elle vous mènera.
Hic et nunc : “Espace jeunes artistes”. Dûment estampillé à présent ; décembre 2018, nous y voici. Jeune, elle l’est, Mégane. D’espace, il est indiscutablement question ; et aussi de temps. Artiste ? Cela va sans dire… et probablement en a-t-on déjà trop dit.
Et puis, enfin, les souvenirs n’ont pas d’étiquette… À peine un prix ; et jamais tout à fait les bons mots. » (Emmanuel d’Autreppe – décembre 2018, Quai4).

Cette exposition aura lieu au Musée La Boverie, du 6 décembre 2018 au 31 janvier 2019. Le vernissage a été fixé au mercredi 5 décembre à 18 h.

.
Plus d’informations :
- Page de présentation de l’exposition sur le site du Musée La Boverie

00dcddee-f33c-11e8-885d-34c815f32c60_web_-530(80)

lundi 3 décembre 2018

Souvenir : Quand Bernar Venet évoquait

un projet de sculpture monumentale à

l’ÉSAVL-ARBAL…

La plus grande sculpture d’Europe, l’Arc Majeur, une œuvre de Bernar Venet, sera installée sur l’Autoroute E411 (Bruxelles-Luxembourg), à hauteur de Rochefort, dans les prochains mois.
Quel lien avec l’ÉSAVL-ARBAL ? En fait, Bernar Venet, un des artistes français les plus mondialement célèbres aujourd’hui, avait donné une conférence à l’ÉSAVL-ARBAL le 23 octobre 1985, à l’invitation de Nicole Forsbach, dans le cadre des activités d’ART-ACTUALITÉ.  Lors de cette conférence, Bernar Venet avait évoqué ce projet. Il avait même dessiné à la craie l’autoroute et l’arc sur le tableau de l’Amphithéâtre de l’ÉSAVL-ARBAL ! À l’époque, le projet était destiné à l’autoroute A6 en France. Le projet n’a pas abouti. Il renaît en se réalisant à Rochefort.

encore_visuel_-530(80)

jeudi 29 novembre 2018

Mégane Likin, diplômée de l’ÉSAVL-ARBAL,

expose « Encore »

Avant son exposition au Musée la Boverie, dans le cadre d’Espace Jeunes Artistes, Mégane Likin expose au sein de sa galerie, la Galerie Quai4. Mégane a obtenu son diplômé de Peinture, Master spécialisé, en juin 2018. Depuis lors, elle a son actif plusieurs expositions, réalisées ou en vue, au travers de sa galerie ou non. Elle expose ainsi collectivement à sa galerie, pour une exposition qui porte bien son nom : Encore. Encore Mégane donc, du 7 décembre 2018 au 12 janvier 2019. Vernissage le jeudi 6 décembre 2018, à partir de 17 h.

.
Plus d’informations :
- Page de présentation de la manifestation sur le site de Quai4

AFFICHE-MAHOUX-MAIGRET-WEB-OK-530(60)

jeudi 29 novembre 2018

Professeur à l’ÉSAVL-ARBAL, Paul Mahoux

expose à Liège

Nouvelle exposition pour Paul Mahoux. Paul Mahoux est professeur en Illustration au sein de l’atelier du même nom à l’ÉSAVL-ARBAL. Il propose pour cette fin d’année 2018 une nouvelle exposition, Voodoo Ciels et poupée, située À l’Enseigne du Commissaire Maigret, au cœur du quartier d’Outremeuse, à Liège. Vernissage le 1 décembre 2018 pour une exposition qui se clôturera le 22 décembre 2018.

10.45.14-530(80)

f0a54e96-78c0-44a7-bdfb-bf8e2adf321c-530(80)

mardi 27 novembre 2018

Benoît Félix, professeur à l’ÉSAVL-ARBAL,

sera à CROXHAPOX à partir du 30 novembre

2018

CROXHAPOX est un centre d’arts multidisciplinaires situé à Gant. Il organise l’exposition All Need Is The Lavatory 2, à laquelle participe Benoît Félix, professeur de Dessin à l’ÉSAVL-ARBAL. Du 30 novembre au 29 décembre 2018. Vernissage le 29 novembre.
Deuxième image de gauche : Benoît Félix

.
Plus d’informations :
- Page de présentation de la manifestation sur le site de CROXHAPOX

10.26.18-530(80)

mardi 27 novembre 2018

Eva L’Hoest, diplômée de l’ÉSAVL-ARBAL,

et Benoît Félix, professeur à l’ÉSAVL-ARBAL,

expose à IKOB

Eva L’Hoest est diplômée de l’Option de Vidéographie, Master approfondi. Elle expose dans le cadre de Dans le fond c’est très pragmatique – Les collections du BPS22, de la Space Collection et de l’IKOB en dialogue. Au IKOB donc, elle y retrouvera Benoît Félix, son ancien professeur de Dessin de l’ÉSAVL-ARBAL, qui y expose, en compagnie d’une vingtaine d’autres artistes, pour ce dialogue inédit entre trois centres d’art contemporain :

« Partant de la philosophie du pragmatisme selon laquelle n’est vrai que ce qui fonctionne, l’IKOB, la SPACE Collection et le BPS22 rassemblent leurs collections le temps d’une exposition. Dans un climat politique et culturel tendu, les institutions culturelles sont souvent obligées de bricoler, de s’adapter et de choisir l’action afin de pouvoir poursuivre leurs missions. Dans ces situations, le pragmatisme dont elles doivent faire preuve est envisagé  comme une stratégie de survie dans l’art, comme une voie de résistance. Si les œuvres des trois collections dialoguent d’un point de vue conceptuel, stylistique et/ou anecdotique, c’est avant tout les pragmatismes liés aux contraintes de l’exposition qui, dans un souci d’efficacité, régissent celle-ci. » (IKOB).

L’exposition a lieu au IKOB -Museum of Contemporary Art, Eupen, du 31 octobre 2018 au 13 janvier 2019.

.
Plus d’informations :
- Page de présentation de la manifestation sur le site d’IKOB
- Page de présentation de la manifestation sur le site de Space Collection
- Page de présentation de la manifestation sur le site du BPS22

df15d9a8-3835-46d9-b24c-64d97fcd7d49-530(80)

mardi 27 novembre 2018

Benoît Félix, de l’ÉSVL-ARBAL, s’expose à

la réouverture de la Maison des arts

Après une restauration, la Maison des arts (Schaerbeek) rouvre ses portes. À cette occasion, elle organise plusieurs événements (exposition, performance, visites guidées) en un week-end festif, sous le nom Ouvrir la maison. Benoît Félix, professeur à l’ÉSAVL-ARBAL, y proposera performance et vidéo, inspirées du chantier de restauration.

« Je suis invité à venir ponctuer par quelques interventions artistiques l’inauguration de la Maison des Arts de Schaerbeek restaurée. Le titre s’est imposé à moi d’emblée. Il s’agirait de faire résonner de manière littérale l’injonction d’ouverture que ce titre comportait. Portes, armoires, stores, fenêtres seraient les espaces que j’investirais, et des passages, de l’extérieur vers l’intérieur (et vice versa ?) seraient mis en jeu. 
Un autre axe serait celui de mon regard posé en bordure des travaux de restauration de la maison. Demeurant attentif aux gestes de l’équipe des restaurateurs, l’une ou l’autre œuvre pourrait émaner de mon attention à ceux-ci. Ce n’est plus tant l’articulation entre intérieur et extérieur, qui serait en jeu alors, mais une mise en scène possible de la mémoire des gestes. On verrait comme un revenant, l’image du geste planer à même la surface de l’objet restauré. 
Un dernier axe que je voudrais évoquer, et qui est aussi celui qui s’est imposé à moi le premier : Ouvrir la Maison des Arts aux migrants. Cette première idée était celle du citoyen que je suis au côté de l’artiste que la Maison des Arts de Schaerbeek avait honoré de son invitation. Au moment où Véronique Baccarini et Anne-Cécile Maréchal me faisaient part de leur projet de m’inviter à la Maison des Arts de Schaerbeek, notre gouvernement faisait grand bruit dans les médias avec son projet de loi autorisant les visites domiciliaires chez les citoyens engagés dans l’hébergement des migrants du Parc Maximilien… à Schaerbeek.  Pour différentes raisons, l’accueil de migrants à la Maison des Arts durant le temps de mon exposition n’a pu être concrétisé, mais j’ai voulu à ma manière, quand même, faire en sorte que ces gens autour desquels s’organisent les bénévoles et les citoyens de la Plateforme de soutien aux réfugiés, pour les mettre à l’abri des rafles et du froid de la nuit, soient présents, au moins au titre de fantômes, dans mon exposition. Et c’est à eux et aux citoyens qui prennent la peine d’aller à leur rencontre que je voudrais dédier celle-ci. » (Benoît Félix).

Le week-end festif aura lieu du 30 novembre au 2 décembre 2018. Le 30 novembre, ouverture à 18 h (sur réservation) et performance à 19 h 30. Le 1er décembre, visite guidée/performance à 15 h. L’exposition du 1 au 8 décembre 2018.

.
Plus d’informations :
- Page de présentation de la manifestation sur le site de la Maison des arts

RClendriers-2019-1-(11)-530(80)

RCCalendriers-2019-1-(26)-530(80)

lundi 26 novembre 2018

Les calendriers 2010 de l’atelier de Gravure

de l’ÉSAVL-ARBAL sont à découvrir à la

Bibliothèque les Chiroux

Les calendriers 2019 réalisés par La Nouvelle Poupée d’Encre et l’atelier de Gravure de l’ÉSAVL-ARBAL sont en exposition. Quatre calendriers, et donc, une petite cinquante de gravure et pratique dérivée, réalisée par des membres de La Nouvelle Poupée d’Encre, mais aussi de diplômés de l’Option en Gravure, d’actuels étudiants, et d’enseignants.
Les calendriers seront dévoilés exposés à la Bibliothèque les Chiroux, Section Adultes, du 5 décembre 2018 au 13 janvier 2019. Le vernissage aura lieu le mardi 4 décembre 2018, à partir de 18 h. La Bibliothèque se situe rue des Croisiers 15, Liège.
Images de gauche : assemblage des calendriers dans l’atelier de Gravure de l’ÉSAVL-ARBAL

.
Plus d’informations :
- Page de présentation de l’exposition du site La Nouvelle Poupée d’Encre

03_HB_cover-530

mardi 20 novembre 2018

Nouvelle édition d’Archidoc soutenue par

l’ÉSAVL-ARBAL

L’ÉSAVL-ARBAL vient à nouveau de soutenir une édition d’Archidoc. Archidoc est un programme culturel de soutien à la diffusion du travail architectural d’architectes clés qui ont marqué le paysage de l’architecture contemporaine. L’ÉSAVL-ARBAL avait déjà soutenu l’édition d’un livre sur Jean Englebert en 2017, lors d’Archidoc #02. Cette année 2018, pour Archidoc #03, elle soutient à nouveau ce programme initié par le Groupe d’Ateliers de Recherche (Faculté d’Architecture, Université de Liège) et l’édition d’un livre sur Bernard Herbecq.

.
Plus d’informations :
- Page de présentation du livre sur le site d’Archidoc

expobernardherbecq_affiche-530(80)

lundi 19 novembre 2018

Deux diplômés de l’ÉSAVL-ARBAL aux

commandes du nouveau documentaire

d’Archidoc

Manuela Simonne et Christopher Bouts ont été étudiants au sein de l’Option de l’ÉSAVL-ARBAL. Dans ce cadre, ils ont été amenés à réaliser les films documentaires d’Archidoc. Archidoc est un programme culturel promouvant des architectes clés, au travers de l’édition de livres, l’organisation d’expositions, et la réalisation de films. Cette dernière a été ainsi confiée aux nos deux réalisateurs. Une fois diplômés, ils ont continué à assumer la réalisation pour cette troisième édition, cette fois sur l’architecte Bernard Herbecq :

« Ce troisième volet du cycle dédié aux architectes du XXe siècle à Liège est consacré à la pensée et à la production de l’architecte Bernard Herbecq (1950), considéré comme l’une des figures importantes de l’architecture organique en Belgique. Elle s’inscrit dans le cadre de la donation de ses archives au Groupe d’Ateliers de Recherche, logé à la Faculté d’architecture de l’Université de Liège. Diplômé de l’Institut supérieur d’architecture Lambert Lombard à Liège, élève de l’architecte Jacques Gillet, Bernard Herbecq a développé une pratique à la fois ancrée dans la construction et la rénovation d’habitations, dans la conception-réalisation de mobilier et dans l’enseignement. L’exposition, proposée du 12 octobre au 9 novembre 2018 au Musée Wittert (parcours) et la Galerie des Beaux-Arts (mobilier), est accompagnée d’une publication de François Gena (photographies Romain Delathuy), inventoriant également l’ensemble de son œuvre, d’un site internet et d’un film réalisé par Christopher Bouts et Manuela Simonne (atelier vidéographie ÉSAVL-ARBAL). » (CelluleArchi).

La réalisation de Manuella et de Christopher a été projetée en avant-première à la Salle académique de l’Université de Liège, ce vendredi 12 octobre 2018. Manuela et Christopher sont déjà sur une quatrième réalisation…

.
Plus d’informations :
- Page de présentation du film sur le site d’Archidoc

EPSON011-300dpi-2-530(80)

mardi 13 novembre 2018

Mikail Koçak, diplômé de l’Option en Publicité

de l’ÉSAVL-ARBAL, expose aux Brasseurs

Dans le cadre de sa Vitrine Jeune Artiste, le Centre d’art contemporain Les Brasseurs présente une installation de Mikail Koçak, diplômé de l’Option de Publicité de l’ÉSAVL-ARBAL. Ekmek parasi / Gagne pain, le nom de cette installation, activée par un acte performatif lors du vernissage, met en relation les thèmes de l’exil et de la reconstruction identitaire :

« Entre traditions et modernité, Mikail Koçak interroge sans cesse la persistance des héritages culturels et les identités multiples nées de l’exil.
Son intervention dans la vitrine Jeune Artiste, activée le jour du vernissage par un acte performatif, remémore une histoire personnelle : le souvenir de sa mère et ses amies se réunissant les unes chez les autres, dans ces Ardennes belges qu’elles apprivoisaient encore, pour faire les hamur işleri (littéralement traduit par “travail de la pâte” évoquant également l’idée de “faire sa popote”). La répétition d’un geste millénaire, la fabrication du pain, permet d’évoquer à la fois la résilience des populations immigrées, et l’importance symbolique d’une émancipation économique. Un jeu sur le langage et le signifiant contextuel est d’ailleurs présent dans les expressions “faire son pain” et “gagner son pain”.
À travers la vitrine Jeune Artiste, Mikail Koçak porte à nos yeux et nos oreilles le souvenir de cette convivialité joyeuse. S’incarne alors la réminiscence d’instants qui nourrissent, qui font lien entre communauté et altérité, ports d’attache de tous les nomadismes.
Le motif est également présent à travers le tapis comme archive d’une filiation, comme canevas d’une sémiotique transgénérationnelle. La répétition du signe en ritournelle permettant le partage d’un langage commun. » 
Pauline Salinas Segura (Les Brasseurs).

L’exposition est visible du 24 novembre au 15 décembre 2018. Vernissage le 24 novembre, 18 h.

.
Plus d’informations :
- Page de présentation de l’exposition sur le site Les Brasseurs Art Contemporain

POLA-POISSON-1-530(80)

lundi 12 novembre 2018

Plusieurs artistes diplômées de l’ÉSAVL-ARBAL

exposent aux Brasseurs (Liège)

Sous le titre de CAMP À LA mermermer #2 – Creux, Les Brasseurs Art Contemporain propose une exposition réunissant trois diplômées de l’ÉSAVL-ARBAL : Manon de la Kethulle, Zoé Médard et Andrea Radermacher-Mennicken. Cette exposition est issue d’une résidence ardennaise, sous l’initiative de mermermer, nom sous lequel se cache Mikail Koçak, aussi diplômé de l’ÉSAVL-ARBAL. Présentation des enjeux de cette exposition :

« Quatre artistes : Manon de la Kethulle, Sophie Langohr, Zoé Médard, Andrea Radermacher-Mennicken, et une critique d’art, Pauline Salinas, ont été invitées par mermermer à se réunir dans les Ardennes belges (Malmedy, août 2018) pour une semaine de vie commune et de production artistique intenses : Le camp à la mermermer #2. L’observation attentive portée aux pratiques et aux problématiques de chacun fait émerger un thème commun, articulant une réflexion propre au séjour. Ce processus aboutit à la réalisation d’une publication collective en tirage limité, envisagée comme espace de dialogue plastique.
L’exposition aux Brasseurs constitue le deuxième temps de la réflexion entamée durant la retraite estivale collaborative, entre mise en espace d’oeuvres individuelles et prolongement d’un travail en groupe. » (Les Brasseurs)

L’exposition est visible du 24 novembre au 15 décembre 2018. Vernissage le 24 novembre, 18 h.
Image : Zoé Médard

.
Plus d’informations :
- Page de présentation de l’exposition sur le site Les Brasseurs Art Contemporain

44905016_709866782745502_2789216658978242560_o-530

jeudi 8 novembre 2018

Plusieurs artistes diplômés de l’ÉSAVL-ARBAL

participent à l’exposition « 18 cm sur 13 cm »,

de la Cdlt+

La jeune et très dynamique galerie liégeoise Cdlt+ propose une exposition collective de plus d’une vingtaine d’artistes. Parmi ceux-ci, on repérera certes Thierry Grootaers, professeur en Peinture à l’atelier du même nom à l’ÉSALV-ARBAL, mais surtout de nombreux artistes diplômés de l’ÉSAVL-ARBAL principalement en Peinture. Citons, en risquant d’en oublier l’un ou l’autre, Mikaïl Koçak, Léa Mayer, Sarah Minuitillo, Loïc Moons… L’exposition qui les réunit tous  artistes s’appelle 18 cm sur 13 cm et se tiendra donc à la Galerie Cdlt+, rue du Pont, 34, Liège, entre le 14 novembre et le 22 décembre 2018. Vernissage le samedi 10 novembre, entre 16 h et 19 h.

.
Plus d’informations :
- Site de la Galerie Cdlt+
-
Page Facebook de l’événement

image1-530

jeudi 8 novembre 2018

L’Atelier Pica Pica ouvre ses portes sur

plusieurs travaux d’artistes diplômés de

l’ÉSAVL-ARBAL

L’Atelier Pica Pica est un atelier d’artistes animé entre autres par Manuel Falcata, enseignant au sein de l’ÉSAVL-ARBAL. Sous forme d’une exposition (Open Studios), l’Atelier présente Éric Deprez, Éric Doppagne et Vincent De Roder. Plusieurs récents diplômés de l’ÉSAVL-ARBAL sont aussi de la partie : Jamel Barbach, Martin Chaumont, Loîc Moons… Tous sont diplômés d’un Master Spécialisé en Peinture.
L’Atelier se situe à Grivegnée, une commune de la proche banlieue de Liège. Exactement rue Belleflamme, 49G. L’exposition sera de courte durée : ce week-end du 10 au 11 novembre 2018, entre 13 h et 18 h.

11.34.36-530(80)

vendredi 2 novembre 2018

Diplômée en 1990 à l’ÉSAVL-ARBAL, Marie-

France Kech est aujourd’hui restauratrice et

décoratrice d’art à Montréal

Marie-France Kech a obtenu son diplôme de Peinture à l’ÉSAVL-ARBAL en 1990. Qu’est-elle devenue une fois son diplôme en poche ? À l’occasion d’une bourse pour un stage d’échange entre le Québec et la Wallonie, elle s’installe en 1995 à Montréal. Progressivement, elle se spécialise dans les techniques en restauration et arts décoratifs, sa grande passion. Elle collabore notamment avec de nombreux bureaux d’architecture et de design.
Aujourd’hui, elle est une experte reconnue dans les techniques anciennes et traditionnelles de dorure et peinture décorative liées à l’architecture, et d’ailleurs elle les enseigne au sein du Conseil des métiers d’art du Québec. En septembre 2018, le quotidien québécois Le Soleil, lui a consacré un article, nous la rappelant à notre bon souvenir. L’article est consultable à cette page.

.
Plus d’informations :
- Page de présentation de Marie-France Kech sur le site des Métiers d’art du Québec
- Site de Marie-France Kech

201810-RENTRÉE-ACADÉMIQUE-NEWSLETTER-D-2-530

octobre 2018

Dans le cadre de « BEING [NOT] THERE »,

l’ÉSAVL-ARBAL invite Caroline Lamarche

Premier événement de cette manifestation « BEING [NOT] THERE » Regard croisé sur l’œuvre de Rob Rombout, la projection du film Amsterdam Stories Part 4, réalisé par Rob Rombout et Rogier Van Eck. Elle a été suivie d’un échange entre Caroline Lamarche, écrivaine, et Rob Rombout.
« BEING [NOT] THERE » Regard croisé sur l’œuvre de Rob Rombout est une manifestation proposant projections, expositions, workshops, échanges pédagogiques et conférences sur l’œuvre de Rob Rombout, cinéaste en documentaires d’auteurs. Elle a été officiellement lancée lors de la Cérémonie de la Rentrée académique de l’ÉSAVL-ARBAL, ce 9 octobre 2018. Elle est organisée par Doc Nomads, Galerie des beaux-arts, Master en Arts du Spectacle de l’Université de Liège (Département Médias, Culture et Communication, Université de Liège), Société libre d’Émulation, Space Collection, et l’ÉSAVL-ARBAL. Avec le soutien de la Ville de Liège.
« BEING [NOT] THERE » Regard croisé sur l’œuvre de Rob Rombout s’étalera d’octobre à décembre 2018. Tout au long de ces semaines, de nombreux événements seront organisés. Plus d’informations sur le site de la manifestation.

.
Plus d’informations :
- Site de la manifestation

43062500_2206715812932946_158158124816007168_o-530

201810-RENTRÉE-ACADÉMIQUE-NEWSLETTER-D530

octobre 2018

Rentrée académique 2018-19 de l’ÉSAVL-ARBAL

à l’Hôtel de Ville de Liège

Pour la première fois, la Cérémonie de Rentrée académique 2018-19 de l’ÉSAVL-ARBAL s’est effectuée en dehors de celle-ci : à l’Hôtel de Ville de Liège. Devant un parterre de plus d’une centaine de personnes, la Cérémonie a été introduite par les discours de Monsieur Jean-Claude Marcourt (Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et des Médias), de Monsieur Pierre Stassart (Échevin de l’Instruction publique de la Ville de Liège), et de Monsieur Daniel Sluse (Directeur de l’ÉSAVL-ARBAL). Mais aussi de Marc Mélon (Professeur à l’Université de Liège), qui a proposé une analyse de l’œuvre du cinéaste documentaire d’auteurs Rob Rombout.
En effet, la Cérémonie avait aussi pour but de lancer la manifestation « BEING [NOT] THERE » Regards croisés sur l’œuvre de Rob Rombout. La Cérémonie était d’ailleurs accompagnée d’une mise en espace de plusieurs films documentaires de Rob Rombout.
Cette manifestation est organisée par l’ÉSAVL-ARBAL, et voit s’associer trois écoles (Doc Nomads, Master en Arts du Spectacle de l’Université de Liège, et atelier de Vidéographie de l’ÉSAVL-ARBAL) et trois centres d’exposition liégeois (Galerie des beaux-arts, Société libre d’Émulation et Space Collection), pour proposer  projections, expositions, workshops, échanges pédagogiques et conférences… sur l’œuvre de Rob Rombout. La manifestation débute donc ce jour de Cérémonie de Rentrée académique et se poursuivra jusque mi-décembre 2018. Plus d’informations sur le site de la manifestation.

.
Plus d’informations :
- Site de la manifestation

Scan-MOLESKINE-WEEK-03-2017-NB-WEB-530(80)

mercredi 31 octobre 2018

Entre image et texte, papier et crayon, Paul

Mahoux, professeur en Illustration à l’ÉSAVL-

ARBAL, questionne notre rapport au temps

dans sa nouvelle exposition

Paul Mahoux, professeur au sein de l’atelier d’Illustration, propose une exposition à la toute jeune Galerie Rature (Liège). À nouveau, il y questionne le rapport complexe entre image et texte. Cette fois-ci, sur un mode singulier, l’agenda, qui donna le nom à son exposition : Te souviens-tu… ?

« Te souviens-tu de ce que tu as fait le jeudi d’il y a trois semaines ?

Chaque semaine, pendant un an, remplir la page de droite de mon agenda Moleskine de dessins et de mots. Décider quelles traces des derniers jours traversés vont s’inscrire sur cette page sans jamais être en mesure de prévoir quels éléments vont s’agencer, ni sur cette page chaque début de semaine, ni entre elles au fil des cinquante-deux semaines d’une année. Poser aussi la question aux amis croisés durant cette période : te souviens-tu de ce que tu as fait, le jeudi d’il y a trois semaines ? C’était le but du voyage, le jeu, l’enjeu. Paul  Mahoux

Forme d’expérience sensible du temps, sondant à la fois les inquiétudes, rêveries et enthousiasmes qu’inspire l’enchaînement des jours aux lendemains d’une rupture amoureuse, “l’écriture-trace” de Paul Mahoux renoue avec l’art de la miniature et interroge la diversité des relations texte-image. La vie culturelle de la Cité y côtoie l’actualité internationale et les citations épinglées lors de nombreuses lectures entrent en résonance avec les rendez-vous du quotidien. C’est bien un monde que l’artiste tient dans sa poche: un univers double, où la représentation du réel se métamorphose peut-être en fiction.
 Charlyne Audin » (Galerie Rature)

Le vernissage de ces cinquante-deux semaines donc se déroulera le jeudi 8 novembre 2018, à 18 h 30. L’exposition est visible du 9 au 25 novembre 2018. N’oubliez pas d’insérer cet événement dans votre agenda, bien entendu…

.
Plus d’informations :
- Page de présentation de la manifestation sur le site de la Galerie Rature

article_218-530(80)

mardi 30 octobre 2018

Stéphanie Defays, diplômée de l’ÉSAVL-ARBAL,

expose ses couleurs à la Société libre

d’Émulation

Après des études en Histoire de l’art à l’Université de Liège, Stéphanie Defays a obtenu son diplôme de Master Spécialisé en Peinture de l’ÉSAVL-ARBAL. Depuis lors, elle centre tout son travail artistique sur la couleur, travail qu’elle expose régulièrement. André Delalleau, son professeur de Peinture, disait d’elle :

« Stéphanie Defays explore de façon systématique et symbolique les possibilités de la couleur, recherche d’intériorité mêlée de méditation et de spiritualité. Sur les traces de Claude Monet, de Mark Rothko ou de Barnett Newman, elle s’émancipe de ces influences respectables pour développer un travail de la couleur-lumière offrant toujours des résultats singuliers, graphiques et poétiques. »

Nouvelle exposition ainsi pour Stéphanie, au cœur de Liège, à la Maison Renaissance de la Société libre d’Émulation. L’exposition, proposée sous l’intitulé de Cosmogonies, est accompagnée de plusieurs événements. Elle se déroulera du 8 novembre au 15 décembre 2018. Le vernissage aura lieu le 7 novembre 2018, de 18 h à 20 h 30.

.
Plus d’informations :
- Page de présentation de la manifestation sur le site de la Société libre d’Émulation
- Site personnel de Stéphanie Defays (1)
- Site personnel de Stéphanie Defays (2)

paulBORDELEAU-AFFICHE-530(80)

lundi 29 octobre 2018

L’Option d’Illustration de l’ÉSAVL-ARBAL

rencontre Paul Bordeleau, des Éditions La

Pastèque

Ce vendredi 19 octobre 2018, l’Option d’Illustration de l’ÉSAVL-ARBAL a eu le plaisir de proposer aux étudiants de l’ÉSAVL-ARBAL une rencontre avec Paul Bordeleau, artiste canadien spécialisé dans la création de bandes dessinées et dans l’illustration, et un des animateurs des Éditions La Pastèque (Montréal).

.
Plus d’informations :
- Site des Éditions La Pastèque

Sarah-minutillo-la-boverie-quatremille-liege-530(80)

7u26hsg1kne-530(80)

mercredi 3 octobre 2018

Sarah Minutello, diplômée en juin 2018 de

l’ÉSAVL-ARBAL, sélectionnée à « Espace

Jeunes Artistes » en octobre 2018

En juin 2018, Sarah Minutillo a obtenu son diplôme de Master Spécialisé en Peinture à l’ÉSAVL-ARBAL. Depuis lors, elle a été sélectionnée pour l’Espace Jeunes Artistes. Présentation de l’exposition par l’artiste même :

« Établir le parallèle possible entre la dureté, la beauté et/ou la banalité du quotidien. Je me penche sur des photos piochées dans notre fil d’actualités et choisis de m’attarder sur certaines, de leur accorder de l’importance, du temps, celui nécessaire à la consécration de la peinture et du dessin.
 Si les photographies utilisées ne sont pas toujours actuelles, les sujets et idées qu’elles renvoient le sont davantage. Mes images familiales sont anecdotiques mais une peut en rappeler une autre, ramener à sa propre imagerie. J’utilise la mienne sans en dévoiler plus.
 Recréer ce zapping, le mettre en avant mais paradoxalement faire ressortir individuellement chaque image, les isoler dans le blanc du support. Transposer un médium et son contexte donné dans un autre, tout en gardant la trace consciente de ce transfert. 
Le regard du spectateur, et son vocabulaire inconscient ou conscient des formes et des idées achève la composition. »
 Sarah Minutillo

Dans le cadre, elle présente ainsi une exposition du 4 octobre au 30 novembre 2018 au Musée La Boverie (Liège). Le vernissage a lieu le mercredi 3 octobre à partir de 18 h.

.
Plus d’informations :
- Page de présentation de la manifestation sur le site du Musée La Boverie

Invitsavitzkaya-530(80)

mercredi 3 octobre 2018

Eugène Savitzkaya, enseignant en littérature à

l’ÉSAVL-ARBAL, expose ses dessins et peintures

Eugène Savitzkaya est écrivain, mais aussi enseignant en littérature à l’ÉSAVL-ARBAL. Avec cette exposition, il s’affiche aussi comme artiste plasticien : il a en effet réalisé de nombreux dessins, qu’il présente à la Galerie Didier Devillez. Pour cette exposition, intitulée Aux Fééries Unguéales, des dessins donc, mais aussi de la peinture, du multimédia sous forme d’installations…
Exposition le 5 et 6 octobre 2018, à partir de 18 h 30. Vernissage le jeudi 4 octobre 2018, à partir de 18 h.

.
Plus d’informations :
- Page de présentation de la manifestation sur le site de la Galerie Didier Devillez

image1-Vangor-530(80)

mardi 2 octobre 2018

Sofie Vangor, enseignante à l’ÉSAVL-ARBAL, en

performance à Liège

En duo avec Emmanuelle Ross, Sofie Vangor réalisera un performance intitulée Épousemoi ce samedi 6 octobre 2018 à 14 h sur la Place Saint-Étienne à Liège. Sofie Vangor est chargée d’enseignement en Gravure à l’atelier du même nom au sein de l’Option de Gravure de l’ÉSAVL-ARBAL.

image-Prix-Itzal-Akitiboa-530(80)

lundi 1 octobre 2018

Thomas Layatho, diplômé de l’ÉSAVL-ARBAL,

sélectionné pour le Prix Itzal Aktiboa 2018

Thomas Loyatho a été diplômé en Master Spécialisé en Peinture à l’ÉSAVL-ARBAL. Il a déjà à son actif plusieurs expositions. Le voici à présent sélectionné pour le Prix Itzal Aktiboa 2018 de la Jeune Création Art Contemporain, organisé par l’association Itzal Aktiboa, un collectif d’artistes pour la diffusion de l’art contemporain :

Sept artistes ont été choisis comme finalistes dans le concours pour le Prix Itzal Aktiboa Jeune Création Art Contemporain 2018 : Taxio Ardanaz, Luis Olaso, Maite Pinto, Miriam Isasi, María Jiménez Moreno, Thomas Loyatho et Léa Vessot. Ils présenteront leurs œuvres dans une exposition collective au cours du mois d’octobre à la Prison des Évêques à Saint Jean Pied de Port.
Sélectionnés parmi 34 candidats par un jury sous la présidence de la co-directrice du Centre d’Art Contemporain de Huarte (Navarre), Nerea de Diego, les sept finalistes représentent une variété de disciplines allant de la peinture à la vidéo.
L’exposition sera ouverte du samedi 6 octobre au jeudi 1er novembre inclus, tous les jours sauf le mardi de 11 h à 12 h 30 et de 14 h 30 à 18 h 30.
Le concours, organisé par l’association Itzal Aktiboa avec le soutien de l’Institut Culturel Basque, du Conseil Départemental des Pyrénées Atlantiques et de la Ville de Saint Jean Pied de Port, comporte un Prix de 2. 000 euros qui sera décerné à l’un des sept finalistes lors de l’inauguration de l’exposition.(Itzal Aktiboa)

L’installation de Thomas Loyatho « 70cm / heure » comporte un fil d’herbe qu’il a tressé et qui court dans l’espace, accompagné d’une vidéo de ses mains au tressage dans un travail méditatif sur la valeur que l’on confère à une réalisation en fonction du temps qu’on lui consacre. (Itzal Aktiboa)

.
Plus d’informations :
- Page de présentation de la manifestation sur le site Itzal Aktiboa

BAM-festival-caserne-fonck-quatremille-liege-530(80)

jeudi 27 septembre 2018

Ronald Dagonnier et Mike Latona, de l’ÉSAVL-

ARBAL, à nouveau aux commandes du BAM

Festival 2018

Tous les deux sont toujours aux commandes du BAM Festival : Ronald Dagonnier, professeur en Arts numériques / infographie à l’ÉSAVL-ARBAL, et Mike Latona, enseignant en Vidéographie à l’atelier du même nom à l’ÉSAVL-ARBAL.
Ce BAM Festival (Liège) est devenu le festival d’arts numériques incontournables en région liégeoise depuis sa première édition, en 2014. Ce vendredi 19 et samedi 20 octobre 2018 octobre 2018, nous en serrons à la cinquième édition. Les mêmes ingrédients seront présents pour un succès toujours renouvelé : expositions, performances, installations, workshops, closing party…, la plupart du temps à partir d’artistes internationaux.
L’atelier de Vidéographie de l’ÉSVL-ARBAL est encore associé pour cette nouvelle édition : outre la participation à l’organisation, plusieurs étudiants (dont Sylvain Lange) ou diplômés de l’atelier (Eva L’Hoest) proposeront leurs créations numériques propres. Bref, un festival qui propose un savoureux alliage entre création internationale et création locale émergente.

.
Plus d’informations :
- Site de la manifestation édition 2018
- Facebook de la manifestation édition 2018

AP_B_dedale-530(80)

Dedale_2018-530(80)

vendredi 21 septembre 2018

Zoé Byloos, étudiante, et Charlotte Kinon,

diplômée, toutes les deux de l’ÉSAVL-ARBAL,

s’exposent à « Dédale »

Dédale Parcours des arts contemporains en milieu urbain est une manifestation d’arts contemporains organisée par le Centre culturel de l’Arrondissement de Huy, avec le soutien de la Fondation Bolly-Charlier. Plusieurs lieux pour cette manifestation, disséminés dans la Ville de Huy, dont le thème de cette 5e édition sont les tabous et non-dits.
Ainsi, au détour d’une rue, vous pourrez visiter l’installation de Zoé Byllos, étudiante au sein de l’Option de Vidéographie de l’ÉSAVL-ARBAL. Présentation :

Étudiante à l’Académie des Beaux-Arts de Liège, Zoé Byloos présente une vidéo-projection, au sol, à l’entrée d’une boutique. Elle tente de susciter la réaction des passants par le propos de ses images. Dans le cadre de l’image vidéo, des corps apparaissent. Fatigués, les sans-abris viennent se coucher sur le sol. Ils sont seuls ou groupés, accompagnés parfois d’un animal. Sur quelques cartons, ils s’allongent où ils peuvent. Ils récupèrent, continuent de vivre.
Doit-on leur porter attention ? S’abstenir d’un regard ou d’un bonjour ? La société nous in vite-t-elle véritablement à nous détourner des,personnes subissant la précarité ? La plupart des gens ne regardent pas la misère et contribuent à la perte d’une certaine humanité.
Amenés à passer par-dessus l’image, les passants fouleront d’un pas la projection ou choisiront de ne pas marcher sur les corps. (Centre culturel de l’Arrondissement de Huy)

Ainsi, au détour d’une autre rue, vous pourrez apprécier le travail de gravure de Charlotte Kinon, diplômée en Master Spécialisé Gravure, toujours de l’ÉSAVL-ARBAL, et ce, en juin 2018. Présentation :

Charlotte Kinon vient de terminer son master en gravure et dessin à l’Académie des Beaux-Arts de la ville de Liège. Elle réalise des portraits de famille depuis qu’elle a découvert qu’elle connaissait mal la sienne. En quête d’identité, elle a fait des recherches, fouillé dans les tiroirs, récupéré de nombreuses photos de sa mère et de sa grand-mère paternelle, récolté le plus d’anecdotes possible. Des secrets de famille lui ont été finalement révélés. Depuis, elle représente ces histoires troubles.
Suite à ses recherches familiales, Charlotte Kinon s’est aussi intéressée aux histoires des autres. « Il n’y a pas de famille irréprochable, nous avons tous nos secrets et nos non-dits, des habitudes et des rituels différents, et c’est pour moi une source presque inépuisable d’images à retranscrire ».
Différentes scènes réveillant des tabous familiaux tels que l’homosexualité, l’inceste, la violence, l’identité usurpée et le huit clos… sont affichées. Une histoire par gravure, inspirée de faits réels. Propice à ce type d’images, la gravure offre un aspect brut par la pointe de métal,
traçant le trait final du premier coup jusqu’à la fin du long processus. Charlotte Kinon tente par la technique de transmettre une sensation de malaise, une ambiguïté mêlant la dérision, l’ironie du sort ou la vengeance. (Centre culturel de l’Arrondissement de Huy)

Toujours dans ce cadre, Benoît Félix, artiste enseignant en Dessin à l’ÉSAVL-ARBAL, viendra jouer les troubles fêtes à ce dédale de tabous et de non-dits en hissant Le drapeau national du ciel.
L’exposition aura lieu du 15 septembre au 14 octobre 2018.

.
Plus d’informations :
- Brochure de la manifestation, PDF
- Page de présentation de la manifestation sur le site du Centre culture de l’Arrondissement de Huy

18.42.15-530(80)

vendredi 21 septembre 2018

Encore une exposition pour Martin Chaumont,

diplômé de l’ÉSAVL-ARBAL

Nouvelle exposition pour Martin Chaumont, diplômé en Master Spécialisé Peinture à l’ÉSAV-ARBAL en juin 2017. Cette fois-ci, c’est la Galerie Quai4 qui l’accueil dans son espace d’exposition liégeois.
Ce n’est pas la première fois que cette galerie d’art accueille des diplômés, voire des étudiants, de l’ÉSAVL-ARBAL, leurs offrant une des premières opportunités d’exposer dans un lieu d’exposition professionnel.
L’exposition se déroulera du 28 septembre au 27 octobre 2018. Vernissage le jeudi 27 septembre 2018.

.
Plus d’informations :
- Page de présentation de l’exposition sur le site Quai4

Grootaers-530(80

vendredi 21 septembre 2018

Exposition pour Thierry Grootaers, artiste

enseignant à l’ÉSAVL-ARBAL

Du 5 au 27 octobre 2018, Thierry Grootaers expose à la Galerie d’art situé au sein du Château Mottin (Hannut). Cette Galerie est gérée par le Centre culture d’Hannut. Elle a pour enjeu de donner une nouvelle opportunité de visibilité à la jeune création contemporaine. Quant à Thierry Grootaers, il est professeur de Peinture à l’atelier du même nom au sein de l’ÉSAVL-ARBAL.

.
Plus d’informations :
- Page de présentation de l’exposition sur le site du Centre culture d’Hannut
- Page de présentation de l’exposition sur le site Hannut est à vous

Sans-titre-2.001

jeudi 20 septembre 2018

L’atelier de Publicité de l’ÉSAVL-ARBAL

remporte un Prix

L’atelier de Publicité de l’ÉSAVL-ARBAL a participé au Concours du 25e anniversaire du Traité de Maastricht. Ce concours était organisé conjointement par les Provinces de Liège et du Limbourg néerlandais. Il consistait à réaliser une illustration pour un timbre, célébrant l’amitié entre ces deux Provinces.
L’atelier est animé par Michèle Arnold, professeur de Publicité, et son équipe pédagogique, Gilles Banneux et Marc Sterkendries. C’est un de leurs étudiants, Antonio Puglisi, qui a remporté haut la main ce concours. Antonio est étudiant en 3e Bachelier. Son timbre (cf. image de gauche) se verra ainsi  distribuée par la poste néerlandaise dans tous les Pays-Bas. Une belle publicité pour cet étudiant et cet atelier.

Biblio-3024-530(80

mardi 11 septembre 2018

Réouverture de la Bibliothèque de l’ÉSAVL-

ARBAL ce mardi 18 septembre 2018

La Bibliothèque de l’ÉSAVL-ARBAL réouvre ce mardi 18 septembre 2018. Visite, inscription, emprunt, demande d’informations tout azimut, dès ce mardi donc, à partir de 8 h 30. Les horaires de cette année 2018-19 :

– lundi : 8 h 30 à 12 h 30
– mardi : 8 h 30 à 10 h 30 et 14 h à 19 h
– mercredi : 8 h 30 à 12 h 30 et de 13 h 30 à 17 h
– jeudi : 8 h 30 à 12 h 30 et de 15 h à 17 h
– vendredi : fermé.

Pour rappel, le catalogue de la Bibliothèque est accessible en ligne, via le Catalogue collectif des Bibliothèques publiques en Province de Liège. Rien de plus simple : dans Recherche avancée, à Limiter la recherche, dans le sous-menu Bibliothèque : choisir Liège (Ville) : Liège (Ville). Académie des beaux-arts (bibliothèque). Ou mieux encore, entamez une Recherche simple : si le livre est en possession à la Bibliothèque de l’ÉSAVL-ARBAL, apparaître en bas de la page Notice complète, la mention Bibliothèque de l’A.R.B.A.L (pour Académie Royale des Beaux-Arts de Liège).
.
Plus d’informations :
- Page de présentation de la Bibliothèque de l’ÉSAVL-ARBAL

CCF08092018_0001-530(60)

mardi 11 septembre 2018

Pascaline Chavane, diplômée en Scénographie

à l’ÉSAVL-ARBAL, en interview dans Télépro

Pascaline Chavanne a été diplômée en Master en Scénographie à l’ÉSAVL-ARBAL. Depuis lors, elle s’est spécialisée dans le costume, entre autres, au cinéma. Elle y a d’ailleurs remporté de nombreux prix, dont un César (et huit nominations).
Nous retrouvons Pascaline en ce début de septembre 2018 en interview dans le magazine télévisuel Télépro (30 août 2018). Elle y évoque les films dont elle a assuré les costumes et décrit son travail au quotidien.

danloy-2-600x800-530(80)

mardi 11 septembre 2018

L’atelier de Sculpture de l’ÉSAVL-ARBAL met en

ligne les travaux 2017-18 de ses étudiants

L’atelier de Sculpture possède son propre site internet. Il a ainsi mis en ligne récemment de nombreuses images des réalisations artistiques de ses Bacheliers et ses Masters 2017-18, dont celles de Claude-Henri Danloy (cf. image de gauche), images prises lors d’expositions organisées à l’extérieur et à l’intérieur de l’ÉSAVL-ARBAL, ou prises pendant les jurys artistiques extérieurs. Certaines images sont accompagnées de notes d’intention de leurs auteurs.

MOIje-Affiche-A4-1000

livre-moi-je-530(80)

septembre 2018

Nouvelle publication et exposition pour

l’ÉSAVL-ARBAL, « MOI, je » 3e édition

Nouvelle publication de l’ÉSALV-ARBAL, et première de cette nouvelle année académique 2018-19. En fait, il s’agit de la 3e édition du projet pédagogique « MOI, je ».
« MOI, je » est en effet une publication éditée par l’ÉSAVL-ARBAL et regroupant les écrits des étudiants réalisés au sein de leur cours de Scénario / écriture, dont le professeur est Michel Vandam. Présentation de cette 3e édition par Michel Vandam, animateur de « MOI, je » :

À propos du volume 3 de « MOI, je »

Cela fait plus d’une quinzaine d’années que le cours de scénario/écriture ouvert à l’ESAVL se développe sous forme d’ateliers d’écriture selon 3 axes : fiction, auto-fiction, autobiographie. Ce cours s’adresse aux étudiant.e.s des Options Bande dessinée, Illustration, Scénographie, Vidéographie.

Si l’on considère que la fiction est de l’autobiographie « avec des trous de mémoire », on ne peut pas éluder les questions « Qui suis-je ? » et « Qu’en faire ? ».
Tenter d’y répondre, c’est permettre à l’étudiant-écrivant de développer un univers singulier, une grammaire personnelle. Dans tout travail artistique, on ne peut pas faire l’économie de soi. D’une manière ou l’autre, à des degrés divers, consciemment ou non, tout récit se révèle autobiogra-phique.
Fouiller dans son grenier à souvenirs. « Zoomer sur soi-même ». Ne pas s’enfermer dans un texte à enjeu(x) dès le départ. Décider de l’endroit où l’on place sa caméra (point de vue) afin d’y déposer ses mots en toute quiétude. Ramasser les différentes pièces de son puzzle (Perec), organiser ces morceaux de soi-même en récit/texte. Prendre conscience de ce que cache intimement chaque mot, contextualiser ses/ces mots. Se lancer dans une introspection légère. Construire des récits dans lesquels d’autres pourront se retrouver sans se noyer dans les émotions de leur auteur. Allers et retours entre soi et les autres. L’autobiographie devient alors une pratique de création.

Durant l’année consacrée à l’autobiographie, les étudiant-e-s, à la suite de leurs textes, ont décliné leur travail en fonction de leur spécificité (bande dessinée, illustration, scénographie, vidéographie). C’est ainsi qu’ils/elles exposeront leurs livres objet et leurs vidéos à l’Émulation, et vous présenteront le volume 3 de « MOI, je ».

Le volume 3 de « MOI, je » sera également disponible à la librairie « Livre aux trésors », Place Xavier Neujean, à Liège.

« MOI, je » est gratuit.

Comme à chaque édition, de très nombreux étudiants de ce cours de Scénario / écriture participent à ce projet :

– pour l’Option Bande dessinée : Elise Cueva Yanez, Eleni Damianaki, Antoniya Dimitrova, Sophie Gambs, Tom Germain, Maxime Gillot, Paul Olamba Wa, Charles Pire, Alice Ruguet, Nicolas Schmitz
– pour l’Option Illustration : Alice Chapit, Léa Chaufoureau, Jordan Delannoy,Mathilde François, Elisa Garcia, Maria Gonzalez Nacher, Benjamin Goosse, Maxime Gougeon, Lana Halleux, Meïça Hazami, Marine Jacquemin, Alexandre Pairoux, Joachim Servais, Audrey Stormme, Céline Vanhay, Shiyu Yan
– pour l’Option de Scénographie : Laura Cuppens, Mélia Van Gysegem
– pour l’Option de Vidéographie : Olivier Bada, Lisa Choudhna, Antoine De Lannoy, David Delepinne, Salahdin El Moutaani, Jiuhao Jin, Malsy Klasen, Sylvain Lange, Charline Larue, Pedro Morato Gabao, Maria Perez Punzano, Martin Soumagne, Déborah Thys.

La publication sera disponible gracieusement dès ce mercredi 5 septembre 2018 à la librairie Livre aux trésors (Place Xavier Neujean, Liège, site), jusqu’à épuisement du stock, librairie qui accueillera une partie de l’exposition accompagnant cette publication.

En effet, outre la publication, cette 3e édition débouche à nouveau sur une exposition mettant en espace les écrits des étudiants (impressions numériques, livre-objets, vidéos), et présentant la publication.
« MOI, je » versus exposition se déroulera donc du 5 au 9 septembre 2018, de 14 h à 18 h, cette fois-ci à la Société libre d’Émulation. Le vernissage aura lieu le mercredi 5 septembre, à partir de 18 h, vernissage qui comme les précédentes éditions, rencontrera un vif succès. Le livre y sera proposé gracieusement, sur qu’à épuisement du stock.

« Académie Royale des Beaux-Arts de la Ville de Liège »,

un nom pour trois écoles

L’Académie Royale des Beaux-Arts de Liège (ARBAL),
c’est d’abord le nom d’un établissement
qui accueille trois écoles.

L’Académie Royale des Beaux-Arts de Liège,
c’est aussi une partie du nom de chacune de ces trois écoles :
Académie Royale des Beaux-arts de Liège
Enseignement secondaire artistique à horaire réduit (ESAHR) ;
– Centre d’enseignement secondaire Léonard Defrance –
Académie Royale des Beaux-arts de Liège ;

– École Supérieure des Arts de la Ville de Liège
– Académie
Royale des Beaux-Arts de Liège (ÉSAVL-ARBAL).

Trois écoles donc, qui s’associent
régulièrement pour organiser
expositions, conférences, séminaires,
Journées Portes Ouvertes…,
sous la bannière commune
d’Académie Royale des Beaux-Arts
de la Ville de Liège.

AFFICHE-2015-A3-BR-D3-500


La plupart des syllabus de l’ÉSAVL-ARBAL sont envoyés par les enseignants directement aux étudiants via leurs adresses mails.
Les syllabus suivants peuvent aussi être téléchargés à partir de ce site :

- Syllabus Droit d’auteur (2018-19)


19.49.42