Logo_+_texte_(2)_ESAVL-ARBAL-1100

BD • DESSIN  GRAVURE ILLUSTRATION PEINTURE PUBLICITÉ SCÉNOGRAPHIE SCULPTURE VIDÉOGRAPHIE

L’École Supérieure des Arts de la Ville de Liège – Académie Royale des Beaux-Arts de Liège (ÉSAVL-ARBAL) est un institut d’enseignement supérieur en Arts plastiques, visuels et de l’espace. L’école propose neuf disciplines, en deux cycles de formation, Bachelier et Master (sauf l’Option en Dessin, uniquement le Master). À chaque Bachelier correspondant son Master. Chaque Master se décline en trois finalités : Spécialisé, Didactique et Approfondi. L‘ÉSAVL-ARBAL propose aussi l’Agrégation.
À quelques minutes du centre de Liège, de taille moyenne, dispensée par des artistes-enseignants, ancrée dans son environnement artistique et culturel, l’ÉSAVL-ARBAL est une des plus anciennes écoles en matière d’enseignement artistique en Belgique.

LequipeDuJour_Invit_ok_mail-1100x740

LequipeDuJour_Invit_ok_mail-2-1100x820

Actualités

leadImage_leadimage-530x220

Lundi 13 janvier 2020

Plusieurs enseignants de l’ÉSAVL-ARBAL invités à « Icare, les ailes du désir »

Plusieurs artistes sont invités dans le cadre de l’exposition Icare, les ailes du désir. Ainsi sont présents plusieurs enseignants de l’ÉSAVL-ARBAL : Éric Deprez, Benjamin Monti et Marie Zolamian. Icare, les ailes du désir est une exposition dessin et peinture organisée par le Centre culturel de Marchin, entre le dimanche 26 janvier et le mercredi 26 février 2020. Vernissage le dimanche 26 janvier.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition sur le site du Centre culturel de Marchin

ad_mentem-530x359(80)

Lundi 13 janvier 2020

Nouvelle exposition de Magda Amarioarei, diplômée de l’ÉSAVL-ARBAL

Après son exposition personnelle à la Galerie Espace Flux (Liège), et bien d’autres bien avant, nouvelle exposition pour Magda Amarioarei, diplômée en Master en Peinture à l’ÉSAVL-ARBAL en 2011. L’exposition, intitulée Ad mentem, se déroulera au 23 rue de la longue haie, à Bruxelles. Vernissage le vendredi 17 janvier 2020, à partir de 18 h. Exposition le 18, 19, 25 et 26 janvier 2020, de 14 h à 18 h.
Pas d’informations supplémentaires d’internet sur cette exposition et le lieu qui l’accueille, à l’heure où nous écrivons ces lignes. Nous pourrons toujours nous remplier sur le beau et très complet site personnel de Magda : www.magdaamarioarei.com.

cover.-FluxNews-80jpg-530x745(80)

Lundi 13 janvier 2020

Eva L’Hoest, diplômée de l’ÉSAVL-ARBAL, en couverture du dernier Flux News

La dernière édition de Flux News, paru fin de l’année 2019, sous le numéro 80, propose en couverture une œuvre d’Eva L’Hoest (site personnel), diplômée de Master approfondi en Vidéographie (image de gauche). Une œuvre (impression 3D rétroéclairée), parmi plusieurs autres exposées à la Biennale d’art contemporain de Lyon 2019, à la quelle participe Eva L’Hoest et dont nous avons déjà sur ce site rendu compte. Une très belle manière de promouvoir son travail.

Plus d’informations :
Page de présentation du n° 80 du magazine sur le site de son éditeur, Flux News
Page de présentation d’Eva L’Hoest sur le site de la Biennale d’art contemporain Lyon 2019

16.11.17-530x690(80)

Lundi 13 janvier 2020

Exposition au Mima Museum pour Laurent Impeduglia, de l’ÉSAVL-ARBAL

Exposition collective pour Laurent Impeduglia, professeur de Dessin à l’ÉSAVL-ARBAL (site personnel). L’exposition se tient au Mima Museum. Le Mima Museum (en fait, le Millennium Iconoclast Museum of Art) est un espace d’art contemporain logé au centre de Bruxelles, précisément sur le territorie de la commune de Molenbeek. Un espace culturel âgé de 4 années, qui se veut décaler, iconoclaste, entre le street art et l’urban art, et qui ne pouvait que convenir pour cet artiste atype, et pour cette exposition au titre qui l’est tout autant : Zoo. L’exposition se visite du 31 janvier au 30 août 2020.

Plus d’informations :
Page de présentation de la manifestation sur le site du Mima Museum

Teaser-Véronique-Caye-530x325(80)

Lundi 13 janvier 2020

L’atelier de Scénographie de l’ÉSAVL-ARBAL invite Véronique Caye

Dans le cadre de la Semaine blanche édition 2020 de l’ÉSAVL-ARBAL, l’atelier de Scénographie invite Véronique Caye :

« Metteuse en scène et vidéaste, Véronique Caye est diplômée de l’Université Paris VIII. En 2011, elle suit une formation à la réalisation cinématographique à la FÉMIS. En 2015, elle participe au College-teatro de la Biennale de Venise sous la direction de Romeo Castellucci.
Elle mène une recherche sur la place de l’image dans les arts contemporains et explore le médium vidéo par une utilisation multiple du support – mise en scène de l’image, scénographies visuelles, vidéos et documentaires de création, installations, performances et transmissions. À travers ces différentes formes, elle développe une dramaturgie de l’image, en l’inscrivant résolument dans une recherche qui laisse toujours le sensible dominer le médium.
Depuis 2002, elle a créé plusieurs spectacles et films en France et à l’étranger notamment Shot (Ménagerie de Verre 2002), Tokyo Line (Red Brick Warehouse Yokohama 2005), Silenzio (Centre des Arts Enghien 2011), Genius Loci (Festival d’Avignon 2011), Sous le signe de saturne (CNES Observatoire de l’espace 2012), Mein dein blaues Zimmer (Festival Chemnitz 2013), Les suspendues (Gardien du temple) (Festival Curiositas 2015, Institut du Monde arabe Paris 2016), Vera Icona (installation/performance) (Institut du Monde arabe 2018). Elle développe actuellement une recherche théorique et artistique (livre, installation/performance, spectacle et vidéo) intitulée Vera Icona – poétique de l’image-scène (2017-2020). Elle est en résidence à La Chartreuse de Villeneuve Lez Avignon en 2018 et 2019 pour cette recherche et artiste invitée à l’ENS Paris-Saclay Scène de Recherche en 2019/2020 pour la création du spectacle La Tempête (Vera Icona). »
(Centre national des arts du cirque, de la rue et du théâtre).

Cette conférence-rencontre à l’ÉSAVL-ARBAL, qui se veut interdisciplinaire, se tiendra du lundi 27 au mer­credi 29 jan­vier 2020. Véromique Caye abordera la problématique de la vidéo au sein de l’espace théâtral, en résonance avec sa dernière œuvre en forme d’installation/performance/spectacle vidéographique, Vera Icona (Image vraie), œuvre hybride qui met en scène directement cette question et en propose une réponse inédite. Seront invités à cette conférence/rencontre, les étudiants de Scénographie, mais aussi ceux de Vidéographie.

la-nef-des-fous-6b8f6695ca2a106c9e54a9cf23fc10a3-530x397(80)

Lundi 13 janvier 2020

Laurent Impeduglia, de l’ÉSAVL-ARBAL, en entretien dans le dernier Flux News

Laurent Impeduglia est professeur de Dessin au sein de l’ÉSAVL-ARBAL. Il a accordé un long entretien au magazine culturel liégeois Flux News, n° 80 (2019). Et ce, dans le cadre d’En piste !, une manifestation organisée au Musée La Boverie, et présentant non ses tableaux très colorés fourmillant de détails iconographiques, voire surchargés, mais un ensemble de dessins. Sous la plume de Dominique Legrand, l’article de Flux News, intitulé La nef des fous selon Laurent Impeduglia (p. 9), aborde ce nouveau virage, tout en conservant la patte made in Impeduglia, et questionne quelques références impeduglieste, entre alchimie, sacré, mythologie, apocalypse…

« L’imaginaire irrévérencieux peuplé de mythologies archaïques et d’hréorïsations contemporains entre alors en scène pour composer des ‘paysages’ de délices terrestres énonçant une tension non-dite, la part humaine e tragique de l’homme, sans jamais se départir d’un humour caustique salvateur… jusqu’à un certain point. » (Dominique Legrand).

Où l’on apprend aussi dans cet article que pour Laurent Impeduglia, à l’instar du tableau, le dessin contient cette vérité qu’il cherche depuis toujours. Comment ainsi revenir au tableau, sans la perdre ? La réponse dans Flux News n° 80, toujours disponible en version papier dans les espaces culturels belges francophones.

Plus d’informations :
Page de présentation du n° 80 du magazine sur le site de son éditeur, Flux News

pastedImagebase640-530x756(80)

Vendredi 10 janvier 2020

Nouvelle exposition pour Mégane Likin, diplômée de l’ÉSAVL-ARBAL

L’asbl Lieux-Communs organise une exposition personnelle de Ménage Likin, récemment diplômée de Peinture à l’ÉSAVL-ARBAL. Elle a déjà exposé au Musée La Boverie (2018), à la Galerie Quai4 (2019), et aussi à la Biennale de la photographie de Marchin (2019).

« Elle peint des souvenirs, résurgences vagues et précises qui pourraient être les nôtres, et dont la fragilité et l’apparence d’inachèvement nous font comprendre qu’ils émanent d’une manière changeante, évolutive. » (Emmanuel D’Autreppe. Article complet à lire sur le site de la Galerie Quai4).

Ce thème du temps et de son passage s’actualise aussi dans le titre de son exposition : Temps présent. L’exposition se déroulera à la Galerie Short Cuts, rue Simon Martin, 2, Champion. Cet espace d’exposition est animé par la plateforme d’art contemporain qu’est Lieu-Communs. L’exposition aura lieu du 18 janvier au 22 février 2020. Vernissage le samedi 18 janvier à 18 h.

Plus d’informations :
Site de la Galerie Short Cuts
Article Mégane Likin, talentueuse hutoirse (payant), Avenir.net, août 2019
Article d’Emmanuel D’Autreppe sur le site de la Galerie Quai4Reportage vidéo et entretien vidéo de Mégane Likin, dans le cadre de la Biennale de la photographie de Marchin, BX1 Médias de Bruxelles, août 2019
Reportage vidéo, dans le cadre de l’exposition au Musée La Boverie, à partir de 13’52’’, RTC TéléLiège, janvier 2019

94adf20285c61bdb290ee1b2708bcb225ee4fe1f5d8655a160337b51b586d5de-530x706(80)

Vendredi 10 janvier 2020

Andrea Radermacher-Mennicken, diplômée de l’ÉSAVL-ARBAL, et Laurent Impeduglia, professeur à l’ÉSAVL-ARBAL, exposent à Strasbourg

La Galerie Delphine Courtay (Strasbourg) propose une exposition collective intitulée How we love. Y participe Andrea Radermacher-Mennicken, diplômée en Master en Gravure à l’ÉSAVL-ARBAL :

« Née en 1964 à Eupen (B), Andrea Radermacher-Mennicken vit et travaille à Raeren en Belgique. Après des études de peinture aux Beaux-Arts à Liège, elle expose ses oeuvres depuis 2011 en Allemagne et Belgique principalement. En octobre 2019, elle reçoit un Prix pour l’art féministe à l’Ikob – musée d’art contemporain de Eupen en Belgique.
Ses images gravées, photographiées, peintes, ainsi que ses objets et installations questionnent les projections de soi dans nos relations à l’autre, notre perception de soi à travers le regard de l’autre, et l’évolution de celle-ci dans le temps, à travers les âges et les générations. » (Galerie Delphine Courtay).

Laurent Impeduglia, professeur de Dessin à l’ÉSAVL-ARBAL, y expose aussi :

« Laurent Impeduglia développe une oeuvre en perpétuelle mutation. La litanie de ses sources d’inspiration est vertigineuse : depuis les religions qui fondent nos société tels jusqu’à la culture Pop en passant par les iconographies de la héroïsation, de la fabrication industrielle, du pouvoir ou du fétichisme de la marchandise. Il peut ainsi mettre en scène des personnages souvent tirées de l’univers de l’enfance (publicité, jeux vidéo, comics…) qu’il combine sans hiérarchie et sans but apparent avec des éléments naturels ou architecturaux, des formes abstraites et des symboles parfois obscurs. Souvent domine une vision violente et ironique de l’absurdité d’un monde vide de sens.
Depuis 1999 il est invité à exposer ses œuvres à l’international, dans de nombreuses galeries, centres d’art et salons d’art contemporain en Europe, Amérique du Nord et du Sud ainsi qu’en Asie. Ses œuvres sont entrées dans de nombreuses collections publiques et privées. Il obtient différents prix artistiques dont le Prix de la Ville de Strasbourg à ST-ART en 2016.
Après un premier solo show à la galerie en septembre – octobre 2019, l’artiste belge revient avec une toute nouvelle série inédite de dessins érotiques au fusain, “Kamasutra”. Chaque scène amoureuse nous rappelle le fragile équilibre à trouver dans la quête spirituelle de l’harmonie de l’Être et de l’Union de soi à l’autre. » (Galerie Delphine Courtay).

L’exposition se déroulera du 24 janvier au 21 mars 2020, à la Galerie Delphine Courtay, à Strasbourg.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition sur le site de la Galerie Delphine Courtay

61CuMSE1y9L-530-706

Mercredi 9 janvier 2020

Daniel Schiffer, professeur à l’ÉSAVL-ARBAL réédite son ouvrage sur le dandysme

Daniel Schiffer est professeur à l’ÉSAVL-ARBAL en philosophie de l’art. Mais il est aussi philosophe et essayiste. À ce titre, il est l’auteur d’une petite vingtaine d’ouvrages dont certains se sont concentrés exclusivement sur le dandysme. À ce titre, il vient de réédité Le dandysme. La création de soi (2019, Éditions François Bourin). Cet ouvrage, édité initialement en 2011, est une bonne synthèse de ses recherches sur ce thème et une bonne introduction à sa réflexion.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’ouvrage sur le site de son éditeur, François Bourin

1019078_1-530x530

Lundi 6 janvier 2020

Andrea Radermache-Mennicken, diplômée de l’ÉSAVL-ARBAL, sélectionnée pour la Triennale de la gravure 2020

La nouvelle édition de la Triennale de la gravure (Liège), celle de 2020, se profile à l’horizon. D’ailleurs, les organisateurs ont déjà procédé à la sélection des candidats pour le Prix de la Triennale de Gravure 2020 et l’exposition correspondante. Figure dans cette sélection, Andrea Radermache-Mennicken (site personnel), diplômée du Master en Gravure à l’ÉSAVL-ARBAL. Parmi 470 candidatures de 62 pays différents, elle a été sélectionnée avec 47 autres candidats. Une belle performance donc pour cette artiste déjà confirmée.
La Triennale de Gravure 2020 se déroulera du 29 mai au 16 aout 2020. au Musée La Boverie, par une exposition entre autres au sein de ce Musée.

Plus d’informations :
Présentation de la Triennale, sur le site du Musée La Boverie

b32eefad-f3c5-4866-ab51-0cef99b44ec8-530x1060(80)

Lundi 6 janvier 2020

Ronald Dagonnier, de l’ÉSAVL-ARBAL, lauréat du Prix de la Création 2019

Ronald Dagonnier (site personnel) est professeur en Infographie / Arts numériques au sein de l’ÉSAVL-ARBAL. Il a reçu en octobre 2019 le Prix de la Création de la Ville de Liège édition 2019. Sélectionné parmi une vingtaine de candidatures, Ronald Dagonnier se voit ainsi couronné pour sa démarche artistique engagée et sans concession :

« Ronald Dagonnier est un artiste engagé qui porte un regard critique sur les monstres sacrés de notre société et sur les dérives d’un système économique qui ignore l’Humanité. » (WAW Magazine).

Plus d’informations :
Présentation du Prix, sur le site du Musée La Boverie
Présentation des deux lauréats, sur le site de la Ville de Liège
Article Bidoulleur d’images et de sons, sur le site de WAW Magazine

78211161_514336752491968_5992924080364322816_n-550x783(60)

Vendredi 20 décembre 2019

Le Conseil des étudiants de l’ÉSAVL-ARBAL a organisé une soirée spéciale Fêtes de fin d’année ce 18 décembre 2019

Tous les étudiants, mais aussi le personnel administratif, technique et académique, accompagnés ou non, de l’ÉSAVL-ARBAL, se sont retrouvés autour d’un verre de l’amitié ce mercredi 18 décembre 2019 au sein de la Salle 7 de l’ÉSAVL-ARBAL. Cette soirée était organisée par le Conseil des étudiants.

13391614_1046000068769753_344054792561378244_o-530x1054

Mercredi 18 décembre 2019

Martin Chaumont, enseignant à l’ÉSAVL-ARBAL, expose à Quai 4

Diplômé de l’ÉSAVL-ARBAL, Martin Chaumont est à présent assistant au sein du cours de Dessin / dessin et moyen d’expression de la même école. En parallèle, il poursuit sa pratique artistique, avec un nouvel halte à la Galerie Quai 4, qui comme son nom semble l’indiquer, se situe sur un quai de bord de Meuse, celui du Churchill, au numéro 4, et ce, à Liège. La Galerie y exposera donc les dernières œuvres picturales de Martin Chaumont :

« La peinture de Martin semble calme et ordonnée. Il peint par séries de recherches visuelles. Sa préoccupation principale est “le cadrage”, pas celui qui borde docilement un plan “bien cadré“ mais plutôt celui qui déborde et qui vient entraver notre perception, celui qui gène et qui nous pousse à s’interroger, à nous donner envie de voir ce que le peintre nous cache. D’abord noir et bien délimité, ce cadrage finira par se colorer, se flouter et se fondre dans l’image, accentuant cette perte de repères.
Le travail de l’artiste peut être exposé selon le mouvement de ses interrogations et essais. L’observateur appréhendera alors la démarche en retrouvant les mêmes motifs qui rebondissent de tableaux en tableaux. Les peintures cohabitent et communiquent, mais elles peuvent également se suffire à elles-mêmes, possédant toutes cette force qui happe le regard. Posez là sur un mur blanc, et elle rayonne sur tout l’espace.
Sans s’en rendre compte, on se perd dans ces paysages frôlant l’abstraction, on se laisse envelopper et emporter au loin. Petit à petit, on perd pied et le monde qui nous entoure s’efface. » (Loraine Jacoletig).

L’exposition s’étendra du 6 au 21 décembre 2019. Le vernissage aura lieu ce jeudi 5 décembre, à partir de 17 h, avec, comme il se doit, la présence de l’artiste.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition sur le site de la Galerie Quai 4

expo_trink_hall_bgo_996x500-530x500(80)

Mardi 17 décembre 2019

Carl Havelange, professeur à l’ÉSAVL-ARBAL, propose son Musée idéal

Dans le cadre du Master approfondi, organisé par l’Université de Liège et par l’ÉSAVL-ARBAL, Carl Havelange, professeur de Philosophie à l’Université de Liège et professeur en Théories et pratiques de la médiation entre arts et sciences de l’art à l’ÉSAVL-ARBAL, propose l’exposition Le Musée idéal. Une exposition à mettre en relation avec le Colloque Penser les arts situés, et dans le cadre de la finalisation du Trinkhall, anciennement MADmusée :

« Dans le cadre de la future (ré)ouverture du Trinkhall, anciennement MADmusée, le 19 mars 2020, l’œuvre d’Alain Meert et Patrick Marczewski, Le Musée idéal, sera exposée dans l’Espace rencontre de la Bibliothèque George Orwell. de La Cité Miroir.
Cette œuvre réalisée tout au long de l’année 2019 par un des artistes phares des ateliers du Créahm en vue de l’ouverture du Trinkhall. L’artiste a répondu à la question qui lui était adressée – Qu’est-ce qu’un musée ? -, par le moyen d’un bateau somptueux, toutes voiles dehors, où s’exposent nonchalamment dessins, peintures et sculptures. C’est un théâtre de papiers, de cartons, d’objets, présences multipliées, insolites et familières qui se logent exactement dans l’entre-deux des consciences. Le monde entier qui tient dans un bateau, c’est une arche. Et c’est un musée qui navigue en rêvant parmi les idées, les formes et les émotions. Capitaine de vaisseau, Alain Meert est un pirate.
En excluant toute forme de stigmatisation liée au handicap mental, la notion d’arts situés rend pleinement justice à la richesse et à la diversité des œuvres. Attentive au respect de la dignité et de l’égalité, Les Territoires de la Mémoire ont décidé de soutenir l’ouverture du Trinkhall en accueillant Le Musée idéal à La Cité Miroir.
Cette exposition accompagne le colloque “Penser les arts” situés qui se tient à l’Université de Liège et à La Cité Miroir, du 4 au 6 décembre 2019. » (La Cité Miroir).

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition sur le site de La Cité Miroir
Interview vidéo de Carl Havelange sur le site de Flux News

78752466_10215373865836638_340956970930405376_n-530x280

Mardi 17 décembre 2019

« Attentat(s) vidéo », une manifestation de l’Option de Vidéographie de l’ÉSAVL-ARBAL

L’Option de vidéographie de l’ÉSAVL-ARBAL commettra plusieurs attentats vidéographiques au sein du Cupper Café, rue Saint-Barthélémy, 1, Liège, ce jeudi 19 décembre 2019, à 19 h.
Les étudiants à la manoeuvre sont Luca Cleeren, Mylan Connickx, Valentin Conraads, Laura Meunier, Alexandre Pirson, Florian Schynts et Kevin Vandendael.
Les Attentat(s) vidéo sont animés par Ronald Dagonnier, professeur en Arts numériques et en vidéographie au sein de l’ÉSAVL-ARBAL.

Plus d’informations :
Page Facebook du Cupper Cafe

affiche-pop-MO-530x749(60)

Vendredi 6 décembre 2019

Professeur en Scénario au sein de l’ÉSAVL-ARBAL, Michel Vandam expose ses instagrames

Cette fin de décembre 2019, à L’Enseigne / À l’enseigne du Commissaire Maigret, Michel Vandam, professeur d’Écriture et de Scénario à l’ÉSAVL-ARBAL proposera une exposition intitulée Pop MO / Michel Vandam. Présentation :

« En face de lui, presque chaque samedi, une dame inonde l’entrée de l’hôpital de l’Espérance (CHC Montegnée) de son humour, de sa disponibilité et de son accent bien d’ici. Depuis plus de deux ans, il l’instagramme à l’arrache entre 2 coups de fil destinés aux urgences, 2 patients, 2 visiteurs, un monnayeur ou un ascenseur en panne. Elle, elle joue le grand jeu. Boucles d’oreilles et colliers à gogo.
Du 15 décembre au 18 janvier, une soixantaine de portraits Instagram squattent l’Enseigne.
Pop MO (Monique Diederen) et Michel Vandam vous invitent le 14 décembre au vernissage de leur expo , de 18h30 à 20h30.
Le 14 décembre, Michel Vandam prestera son dernier samedi à l’Accueil du CHC L’Espérance.
Il y a quelques mois, quand il a pensé tous ces portraits à l’arrache de Pop Mo comme une possibilité d’exposition, il s’est adressé à Christophe Gilot et sa double casquette libraire / galeriste, le propriétaire de L’Enseigne / L’enseigne du commissaire Maigret. » (L’Enseigne / À l’enseigne du Commissaire Maigret).

L’Enseigne se situe au Boulevard de la Constitution, 3, à Liège. Le vernissage aura lieu le 14 décembre, à partir du 18 h 30. L’exposition se déroulera du 15 décembre 2019 au 18 janvier 2020.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition sur la Page Événement Facebook de L’Enseigne
Page Facebook de L’Enseigne
Site de Michel Vandam

994388_1-530(80)

Vendredi 6 décembre 2019

Paul Mahoux et Jérome Mayer, tous les deux enseignants à l’ÉSAVL-ARBAL, participent à l’exposition « Auprès de mon arbre… /2 »

Organisée par la Société libre d’Émulation, l’exposition Auprès de mon arbre… /2 a démarré le 6 novembre et se déroulera jusqu’au 14 décembre 2019. Sous le thème de l’arbre, le visiteur y rencontrera entre autres des œuvres de deux enseignants de l’ÉSAVL-ARBAL : Paul Mahoux, professeur en Illustration à l’atelier du même nom ; Jérôme Mayer, professeur d’Image dans le milieu et chargé d’enseignement en Vidéographie à l’atelier du même nom.
Le dernier jour, l’exposition se terminera en apothéose grâce à différents événements : lecture, performance musicale et émission radio. Ce finissage comportera en effet lecture, performance musicale et émission radio. Le tout donc le 14 décembre.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition sur le site de la Société libre d’Émulation
Page de présentation de la journée de finissage sur le site de la Société libre d’Émulation

img_5080-530x430

Jeudi 5 décembre 2019

Marie Zolamian, professeur à l’ÉSAVL-ARBAL, en exposition à la Galerie Nadja Vilenne

Nouvelle exposition personnelle pour Marie Zolamian, professeur en Peinture à l’atelier du même nom au sein de l’ÉSAVL-ARBAL. Cette exposition est organisée par sa galerie liégeoise Nadja Vilenne. Le vernissage aura lieu le dimanche 8 décembre 2019, l’exposition démarrera du 12 décembre 2019 au 25 janvier 2020.

Plus d’informations :
Site de la Galerie Nadja Vilenne

75340945_2458846770837471_582326698377216000_n-530(80)

Mardi 3 décembre 2019

Michaël Koçak, diplômé de l’ÉSAVL-ARBAL, expose en duo à la Space Collection

Diplômé de l’ÉSAVL-ARBAL en Master en Publicité, Mikail Koçak présente une exposition en duo avec Thierry Grootaers (site personnel), professeur en Peinture à l’atelier du même nom à l’ÉSAVL-ARBAL. L’exposition, intitulée Safe Space, est le fruit de leur rencontre artistique :

« Depuis presque un an, Mikail Koçak (°1989) et Thierry Grootaers (°1974) préparent une collaboration artistique. Si leurs pratiques esthétiques semblent éloignées l’une de l’autre (l’un pour des installations aux composantes variées, le second pour sa peinture et ses sculptures), des thématiques communes traversent leurs grammaires plastiques et leurs univers artistiques.
Leurs manières d’intégrer des souvenirs et des expériences personnelles et générationnelles dans leurs créations se rencontrent, des éléments domestiques se mélangent ; le paysage témoin de mutations modernes et de replis intérieurs ; la maison comme frontière protectrice ; la frontière comme cadre de référence familial, social et culturel depuis lequel on regarde l’Autre.
De ces réflexions, naît une exposition-boîte livrée à deux“clef sur porte”, une manière de créer en duo sans assimilation ni fusion des individualités.
Une scénographie-scénario sans méthode, avec fous-rires et confrontations de récits se met en place. On parle mutation et construction. Dans l’ancien appartement transformé en espace d’exposition, une maison préfabriquée se construit. Les artistes-artisans insèrent leur propre structure de murs de bois dans le salon et placent de la moquette dans la chambre. Les artistes-architectes pensent l’espace en termes esthétiques et fonctionnels. Au four et au moulin, on façonne un intérieur à base de doutes malicieux, de poésies et d’une dose astucieuse d’absurdité. » (Anna Ozane, Space Collection).

L’exposition se visite du 30 novembre au 21 décembre, à la Space Collection.
Le 21, le dernier jour de l’exposition donc, les deux artistes dialogueront autour de leur rencontre artistique, de leur exposition avec le public présent.

Plus d’informations :
Page Événement Facebook de l’exposition, Space Collection
Site de la Space Collection

TRINKHALL-Colloque-Penser-les-arts-situés(3)-530x749

Lundi 2 décembre 2019

Carl Havelange, professeur à l’ÉSAVL-ARBAL, participe au Colloque « Penser les arts situés »

Carl Havelange est professeur de Philosophie à l’Université de Liège. Il est aussi professeur en Théories et pratiques de la médiation entre arts et sciences de l’art (issu d’un partenariat entre l’Université de Liège et l’ÉSAVL-ARBAL, dans le cadre du Master approfondi de cette dernière). Il participera en tant que conférencier au Colloque Penser les arts situés, et interviendra entre autres sur le thème Les arts situés. Archéologie, usage et poétique d’un concept émergent.

« Le colloque Penser les arts situés se propose de soumettre à la discussion la notion “d’arts situés”, susceptible d’apporter un éclairage renouvelé sur la perception des œuvres d’art et leur mise en usage, notamment, dans un contexte muséal. Elle prend en compte l’œuvre d’art dans la globalité de sa dynamique processuelle, l’ensemble des relations que l’œuvre entretient avec ses environnements, tant du point de vue de ses conditions de réalisation que des dynamiques sociales, esthétiques et culturelles de sa réception. Depuis la naissance et l’affirmation des avant-gardes, au début du XXe siècle, les “arts du dehors” – arts des fous, arts primitifs, arts bruts, arts outsiders, par exemple -, ne cessent d’imposer l’évidence de leur situation, singulière et irréductible aux processus d’artification qui leur confèrent légitimité et visibilité dans le “monde de l’art”. Les arts du dehors, par les effets de frontière qu’ils ne cessent de mettre en mouvement, constituent un terrain d’enquête idéal pour identifier et comprendre l’inscription de toute forme d’expression artistique dans cette dynamique complexe de la situation.

La collection du musée du Trink-Hall.Museum (ancien MADmusée), essentiellement composée d’œuvres d’art réalisées par des artistes handicapés mentaux dans un contexte d’atelier, offre un très riche exemple de situation, tant en raison des dispositifs collectifs qui sont liés à la création en atelier, qu’en raison des dispositions psychiques particulières des artistes porteurs d’un handicap mental. La notion d’arts situés se donne dès lors comme l’instrument adéquat pour penser la relation art et handicap mental et concevoir la politique muséale du Trink-Hall.Museum, en évitant toute forme de réduction ou de stigmatisation qui entachent, trop souvent, l’invention et la réception des “arts du dehors”.
En faisant appel à des spécialistes de l’art – historiens, anthropologues ou philosophes –, et à des acteurs de terrain confrontés à la création en atelier et à la question du handicap mental, le présent colloque ambitionne de donner corps à la notion d’arts situés, dont l’opérativité concerne aussi bien le domaine de la critique que celui de l’action muséale et, plus généralement, de l’action culturelle. » (Colloque Penser les arts situés).

Ce colloque est organisé en partenariat avec le Trinkhall Museum (ancien MADmusée) émanant du Créahm, la Ville de Liège, la Fédération Wallonie-Bruxelles, La Cité Miroir, l’Université de Liège (Unité de Recherches Traverses) et le F.R.S.-FNRS.
Le colloque aura lieu le 4, 5 et 6 décembre 2019, à l’Université de Liège et La Cité Miroir (Liège). Réservation souhaitée, à Amandine.Servais@uliege.be.

Plus d’informations :
Page de consultation et de téléchargement du Colloque Penser les arts situés, PDF
Page de présentation de la manifestation sur le site La Cité Miroir
Page d’inscription au Colloque
Page de présentation du projet Trinkhall Museum, auquel ce Colloque fait référence entre autres

Michel-Barzingd-530(80)

a7236345073fce448ca882c16c73eb-530(80)

Les Calendriers 2020 en cours d’assemblage au sein de l’atelier de Gravure de l’ÉSAVL-ARBAL.

Lundi 2 décembre 2019

Les Calendriers édition 2020 de la Nouvelle Poupée d’encre et de l’atelier de Gravure de l’ÉSAVL-ARBAL en exposition et dès à présent disponibles à la vente

La Nouvelle Poupée d’encre et l’atelier de Gravure de l’ÉSAVL-ARBAL ont pour tradition d’éditer un calendrier pour la nouvelle année. C’est encore le cas donc en cette fin d’année 2019, avec l’édition de quatre calendriers 2020. Ils reprennent des œuvres d’artistes en gravure et en techniques apparentées. Certains de ces artistes sont diplômés de l’ÉSAVL-ARBAL. Certains sont encore étudiants à l’atelier de Gravure. D’autres sont enseignants au sein de l’ÉSAVL-ARBAL. Les calendriers sont disponibles à la vente, mais peuvent aussi simplement s’apprécier lors de leur exposition à la Bibliothèque les Chiroux, du 4 décembre 2019 au 11 janvier 2020. Le vernissage aura lieu ce mardi 3 décembre, avec, entre autres, une conférence sur les techniques de la gravure, proposée par Philippe Delaite, professeur émérite de l’ÉSAVL-ARBAL et artiste graveur.

Plus d’informations :
Page de présentation des Calendriers 2020 sur le site de la Nouvelle Poupée d’encre
Page de présentation de l’exposition sur le site de la Bibliothèque les Chiroux

« Académie Royale des Beaux-Arts de la Ville de Liège »,

un nom pour trois écoles

L’Académie Royale des Beaux-Arts de Liège (ARBAL),
c’est d’abord le nom d’un établissement
qui accueille trois écoles.

L’Académie Royale des Beaux-Arts de Liège,
c’est aussi une partie du nom de chacune de ces trois écoles :
Académie Royale des Beaux-arts de Liège
Enseignement secondaire artistique à horaire réduit (ESAHR) ;
– Centre d’enseignement secondaire Léonard Defrance –
Académie Royale des Beaux-arts de Liège ;

– École Supérieure des Arts de la Ville de Liège
– Académie
Royale des Beaux-Arts de Liège (ÉSAVL-ARBAL).

Trois écoles donc, qui s’associent
régulièrement pour organiser
expositions, conférences, séminaires,
Journées Portes Ouvertes…,
sous la bannière commune
d’Académie Royale des Beaux-Arts
de la Ville de Liège.

AFFICHE-2015-A3-BR-D3-500


La plupart des syllabus de l’ÉSAVL-ARBAL sont envoyés par les enseignants directement aux étudiants via leurs adresses mails.
Les syllabus suivants peuvent aussi être téléchargés à partir de ce site :

Syllabus Droit d’auteur (2019-20)

208-2019
Syllabus Droit d’auteur (2018-19)
Syllabus Droit d’auteur Partie 2 (2018-19)
Syllabus Droit commercial Partie 1 (2018-19)

Syllabus Droit commercial Corrigenda (p. 21) (2018-19)


19.49.42