École Supérieure des Arts de la Ville de Liège > Manifestations > Anciens étudiants >

2018

Activités des anciens étudiants de l'ÉSAVL-ARBAL en 2018

B9714289477Z.1_20180102172237_000+G68AE5F29.1-530(80)

B9714289477Z.1_20180102174045_000+G68AE5NDE.1-530(80)

25311128_1938511016174153_6013815460716119993_o-530(80)

ÉDITION

janvier 2018

Sarah Hoscheit, diplômée en Illustration à

l’ÉSAVL-ARBAL, a dessiné le Calendrier 2018

d’Intradel

Quoi de mieux que de démarrer cette année 2018 par un calendrier. Celui d’Intradel (société intercommunale liégeoise de gestion des déchets), réalisé par Sarah Hoscheit. Chaque mois se voit ainsi illustré de sa main. Main qui s’est formée à l’ÉSAVL-ARBAL. Sarah ey st en effet diplômée en Master en Illustration en 2012. Le calendrier est diffusé dans toute la Province de Liège. (Images : La Meuse)

Plus d’informations

Badjawe-530

CONCEPTION VISUELLE

janvier 2018

Diplômé de l’ÉSAVL-ARBAL, entre deux graffs,

Toska conçoit l’étiquette d’une nouvelle bière

Diplômé du Master en Peinture à l’ÉSAVL-ARBAL, Toska (site personnel) est un artiste street art, mais aussi le concepteur de l’étiquette d’une nouvelle bière liégeoise artisanale, la Badjawe.

18.14.17-530(80)

ÉDITION

janvier 2018

Nouvel album BD pour Frédéric Seron, diplômé

de l’ÉSAVL-ARBAL

Frédéric Seron est plus connu sous le nom de Clarke dans le monde de la bande dessinée. Et au sein de l’ÉSAVL-ARBAL, il est plus connu en tant qu’étudiant. Une fois son diplôme Option Bande dessinée/Illustration, il a publié de nombreuses bandes dessinées, et a aussi travaillé pour Spirou (série Mélusine).
Ces derniers jours, en tant que scénariste et dessinateur, il vient de sortir un nouvel album, Les Danois (102 pages). Édité par Le Lombart, cette fable d’anticipation poético-absurde traite d’un sujet très contemporain et semble bien reçue par la critique.

Espace-Jeunes-Artiste-Pauline-MAY-cover-event-FB-1920x1080px-600x338-530

EXPOSITION

février 2018

Diplômée de l’ÉSAVL-ARBAL, Pauline May est

l’invitée de l’Espace Jeunes Artistes

Pauline May (site personnel) a été diplômée de l’Option en Vidéographie aux débuts des années 2010. Aujourd’hui, après de nombreux autres diplômés de l’ÉSAVL-ARBAL, elle a été sélectionnée pour une exposition monographique à l’Espace Jeunes Artistes. Elle y exposera son projet Joka (conte islandais), issu de ces nombreuses résidences internationales. Joka se présente sous de multiples formes : vidéographie, photographie, installation multimédia…
Ce projet se déploiera du 8 février au 31 mars 2018, au Musée de la Boverie. Vernissage le mercredi 7 février, à 18 h.

201801-ECOBIOGRAPHY-MAGDA-ACADEV-NEWSLETTER-530(80)

EXPOSITION

janvier 2018

Magda Amarioraei, diplômée de l’ÉSAVL-ARBAL,

expose au sein de la Galerie des beaux-arts

Après plusieurs formations artistiques, dont un Master en Peinture à l’ÉSAVL-ARBAL (2011), Magda Amarioarei (site personnel) propose un bilan de son parcours artistique d’une petite dizaine d’années, à la Galerie des beaux-arts. Anciennement Cercle des beaux-arts, elle est passée sous ce nouveau nom depuis qu’elle est gérée un moitié de l’année par l’ÉSAVL-ARBAL.
Cette exposition monographique, Ecobiographie, se déroule du 18 janvier au 3 février 2018. De 20 pages, un catalogue, édité par l’ÉSAVL-ARBAL, accompagne cette exposition. Il contient de multiples reproductions picturales, et un texte introductif d’André Delalleau. Extrait :
« Elle peint, c’est indéniable.
Une obstination.
Le résultat est coloré, fluide, les formes baroques évoquent la nature des rivières ou des nuages, des flots, des sous-bois, des structures et rhizomes organiques (…).
L’observation se prolonge, l’évocation de ce monde réel ou féérique s’embrume. La peinture devient autonome. Des lignes, des surfaces créent des espaces abstraits et brisés, non naturalistes. Elle est ambiguë, douce et violente, sensible, quoiqu’insécurisante.
Dois-je regarder abstrait ou me raconter des histoires d’elles ayant suivi l’artiste, de sa Roumanie natale jusqu’à nos contrées, enfuies de leurs contes ancestraux et surgissant de ces brindilles et lichens ? »

201802-BIP-ACADEV-NEWSLETTER-530(80)

EXPOSITION

février 2018

La Galerie des beaux-arts (ÉSAVL-ARBAL)

expose dans le cadre de la Biennale de l’image

possible 2018 « Ni ceci, ni cela »

Nouvelle exposition pour la Galerie des beaux-arts, le nouvel espace d’exposition de l’ÉSAVL-ARBAL, présenté à cette page. Cette fois-ci en collaboration avec la Biennal de l’image possible (Liège).
L’ÉSAVL-ARBAL est en effet partenaire de cette manifestation de l’image sous toute ces formes contemporaines à caractère internationale, une des plus importante en matière d’arts plastiques de Liège. Une des participations de l’ÉSAVL-ARBAL consiste à proposer via sa Galerie des beaux-arts un exposition de deux diplômés en Peinture : João Costa Leal et Charles-Henry Sommelette. Intitulée Ni ceci, ni cela, elle est la première exposition d’envergure pour João Costa Leal.
Comme à son habitude, l’ÉSAVL-ARBAL accompagne cette exposition d’un catalogue. Extrait des de 16 p. :

« João Costa Leal est un artiste en reconversion qui course les limites de la transcendance. Les souterrains dans lesquels il architecte de transpercer la versalité de ses rapports de forme, cherchant le vide esthétique, sont des morceaux tombés de ses ailes. La peinture, le point de contact. João boit des pierre. Ses installations représentent des tentatives d’être mis à nu et de comprendre, entendez par là prendre avec, le chemin vers l’autre – du bout des doigts, l’enfance entre les mains : La vie sans but, ce grand soleil brûlant. Le vol perdu de l’oiseau toujours étranger.

On n’enterre par les arbres qui tombent. L’état de grâce nous est définitivement aveugle. Une marchandise. Nos larmes sont sèches comme dans une Formule 1. »

« Charles-Henry Sommelette est un jeune peinture (1984) ardennais, qui considère justement que ses plus belles sources d’inspirations sont dans l’univers qui l’entoure. Qu’il s’agisse de peintures sur toiles de petit format ou de très grands fusains sur papier, la nature est là, présente révélant des blessures urbaines et toutes porteuses de ce “rumble” lynchien qui rend son travail si porteur de transcendance. La banalité des choses se pare dans son travail d’un sens du sacré qui nous ramène à un panthéisme primitif. » Michel Dubois.

Vernissage ce vendredi 16 février 2018, à partir de 19 h. Exposition accessible du 17 février au 1 avril.
Cette exposition est organisée en collaboration avec le Centre culturel les Chiroux, organisateur de la Biennal de l’image possible.