École Supérieure des Arts de la Ville de Liège > Manifestations > Diplômés >

2020

Manifestations de 2020 incluant des diplômés de l'ÉSAVL-ARBAL

1019078_1-530x530

SÉLECTION / GRAVURE
Janvier 2020

Andrea Radermache-Mennicken, diplômée de l’ÉSAVL-ARBAL, sélectionnée pour la Triennale de la gravure 2020

La nouvelle édition de la Triennale de la gravure (Liège), celle de 2020, se profile à l’horizon. D’ailleurs, les organisateurs ont déjà procédé à la sélection des candidats pour le Prix de la Triennale de Gravure 2020 et l’exposition correspondante. Figure dans cette sélection, Andrea Radermache-Mennicken (site personnel), diplômée du Master en Gravure à l’ÉSAVL-ARBAL. Parmi 470 candidatures de 62 pays différents, elle a été sélectionnée avec 47 autres candidats. Une belle performance donc pour cette artiste déjà confirmée.
La Triennale de Gravure 2020 se déroulera du 29 mai au 16 aout 2020. au Musée La Boverie, par une exposition entre autres au sein de ce Musée.

Plus d’informations :
Présentation de la Triennale, sur le site du Musée La Boverie

94adf20285c61bdb290ee1b2708bcb225ee4fe1f5d8655a160337b51b586d5de-530x706(80)

EXPOSITION
Janvier 2020

Andrea Radermacher-Mennicken, diplômée de l’ÉSAVL-ARBAL, et Laurent Impeduglia, professeur à l’ÉSAVL-ARBAL, exposent à Strasbourg

La Galerie Delphine Courtay (Strasbourg) propose une exposition collective intitulée How we love. Y participe Andrea Radermacher-Mennicken, diplômée en Master en Gravure à l’ÉSAVL-ARBAL :

« Née en 1964 à Eupen (B), Andrea Radermacher-Mennicken vit et travaille à Raeren en Belgique. Après des études de peinture aux Beaux-Arts à Liège, elle expose ses oeuvres depuis 2011 en Allemagne et Belgique principalement. En octobre 2019, elle reçoit un Prix pour l’art féministe à l’Ikob – musée d’art contemporain de Eupen en Belgique.
Ses images gravées, photographiées, peintes, ainsi que ses objets et installations questionnent les projections de soi dans nos relations à l’autre, notre perception de soi à travers le regard de l’autre, et l’évolution de celle-ci dans le temps, à travers les âges et les générations. » (Galerie Delphine Courtay).

Laurent Impeduglia, professeur de Dessin à l’ÉSAVL-ARBAL, y expose aussi :

« Laurent Impeduglia développe une oeuvre en perpétuelle mutation. La litanie de ses sources d’inspiration est vertigineuse : depuis les religions qui fondent nos société tels jusqu’à la culture Pop en passant par les iconographies de la héroïsation, de la fabrication industrielle, du pouvoir ou du fétichisme de la marchandise. Il peut ainsi mettre en scène des personnages souvent tirées de l’univers de l’enfance (publicité, jeux vidéo, comics…) qu’il combine sans hiérarchie et sans but apparent avec des éléments naturels ou architecturaux, des formes abstraites et des symboles parfois obscurs. Souvent domine une vision violente et ironique de l’absurdité d’un monde vide de sens.
Depuis 1999 il est invité à exposer ses œuvres à l’international, dans de nombreuses galeries, centres d’art et salons d’art contemporain en Europe, Amérique du Nord et du Sud ainsi qu’en Asie. Ses œuvres sont entrées dans de nombreuses collections publiques et privées. Il obtient différents prix artistiques dont le Prix de la Ville de Strasbourg à ST-ART en 2016.
Après un premier solo show à la galerie en septembre – octobre 2019, l’artiste belge revient avec une toute nouvelle série inédite de dessins érotiques au fusain, “Kamasutra”. Chaque scène amoureuse nous rappelle le fragile équilibre à trouver dans la quête spirituelle de l’harmonie de l’Être et de l’Union de soi à l’autre. » (Galerie Delphine Courtay).

L’exposition se déroulera du 24 janvier au 21 mars 2020, à la Galerie Delphine Courtay, à Strasbourg.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition sur le site de la Galerie Delphine Courtay

algebre_masqueetmoi_visuelmnema-530x286(80)

EXPOSITION / ART DU MASQUE
Janvier 2020

Un étudiant, un jeune diplômé et un enseignant, tous de l’ÉSAVL-ARBAL, participent à « Masques-et-Moi »

L’exposition Masques est une exposition du Musée du Quai Branly qui est accueillie par La Cité Miroir (Liège). Cette exposition présente ainsi une centaine de masques issus des arts premiers.
Dans le cadre de cette exposition, La Cité Miroir a organisé une autre exposition, cette fois-ci réunissant une soixantaine d’artistes qui, par les œuvres qu’ils proposent, entreront en dialogue avec l’exposition Masques. L’exposition s’intitule Masques-et-moi. D’une exposition à l’autre — Regards croisés. 58 artistes réagissent à la visite de l’exposition « Masques ».
Lors de cette exposition, nous pourrons rencontrer les œuvres entre autres d’Hussein Bedday (étudiant en Master approfondi en Peinture), Michaël Koçak (jeune diplômé en Master spécialisé en Publicité) et Thierry Grootaers (professeur en Peinture à l’atelier du même nom), tous les trois de l’ÉSAVL-ARBAL.
L’exposition se teindra donc à La Cité Miroir (Liège), du 6 au 20 février 2020. Le vernissage aura lieu le mercredi 5 février 2020 à 18 h.

Plus d’informations :
Page de l’exposition sur le site de La Cité Miroir

pastedImagebase640-530x756(80)

EXPOSITION / PEINTURE
Janvier 2020

Nouvelle exposition pour Mégane Likin, diplômée de l’ÉSAVL-ARBAL

L’asbl Lieux-Communs organise une exposition personnelle de Ménage Likin, récemment diplômée de Peinture à l’ÉSAVL-ARBAL. Elle a déjà exposé au Musée La Boverie (2018), à la Galerie Quai4 (2019), et aussi à la Biennale de la photographie de Marchin (2019).

« Elle peint des souvenirs, résurgences vagues et précises qui pourraient être les nôtres, et dont la fragilité et l’apparence d’inachèvement nous font comprendre qu’ils émanent d’une manière changeante, évolutive. » (Emmanuel D’Autreppe. Article complet à lire sur le site de la Galerie Quai4).

Ce thème du temps et de son passage s’actualise aussi dans le titre de son exposition : Temps présent. L’exposition se déroulera à la Galerie Short Cuts, rue Simon Martin, 2, Champion. Cet espace d’exposition est animé par la plateforme d’art contemporain qu’est Lieu-Communs. L’exposition aura lieu du 18 janvier au 22 février 2020. Vernissage le samedi 18 janvier à 18 h.

Plus d’informations :
Site de la Galerie Short Cuts
Article Mégane Likin, talentueuse hutoirse (payant), Avenir.net, août 2019
Article d’Emmanuel D’Autreppe sur le site de la Galerie Quai4Reportage vidéo et entretien vidéo de Mégane Likin, dans le cadre de la Biennale de la photographie de Marchin, BX1 Médias de Bruxelles, août 2019
Reportage vidéo, dans le cadre de l’exposition au Musée La Boverie, à partir de 13’52’’, RTC TéléLiège, janvier 2019

cover.-FluxNews-80jpg-530x745(80)

EXPOSITION / ART NUMÉRIQUE / MULTIMÉDIA
Janvier 2020

Eva L’Hoest, diplômée de l’ÉSAVL-ARBAL, en couverture du dernier Flux News

La dernière édition de Flux News, paru fin de l’année 2019, sous le numéro 80, propose en couverture une œuvre d’Eva L’Hoest (site personnel), diplômée de Master approfondi en Vidéographie (image de gauche). Une œuvre (impression 3D rétroéclairée), parmi plusieurs autres exposées à la Biennale d’art contemporain de Lyon 2019, à la quelle participe Eva L’Hoest et dont nous avons déjà sur ce site rendu compte. Une très belle manière de promouvoir son travail.

Plus d’informations :
Page de présentation du n° 80 du magazine sur le site de son éditeur, Flux News
Page de présentation d’Eva L’Hoest sur le site de la Biennale d’art contemporain Lyon 2019

ad_mentem-530x359(80)

EXPOSITION / PEINTURE
Janvier 2020

Nouvelle exposition de Magda Amarioarei, diplômée de l’ÉSAVL-ARBAL

Après son exposition personnelle à la Galerie Espace Flux (Liège), et bien d’autres bien avant, nouvelle exposition pour Magda Amarioarei, diplômée en Master en Peinture à l’ÉSAVL-ARBAL en 2011. L’exposition, intitulée Ad mentem, se déroulera au 23 rue de la longue haie, à Bruxelles. Vernissage le vendredi 17 janvier 2020, à partir de 18 h. Exposition le 18, 19, 25 et 26 janvier 2020, de 14 h à 18 h.
Pas d’informations supplémentaires d’internet sur cette exposition et le lieu qui l’accueille, à l’heure où nous écrivons ces lignes. Nous pourrons toujours nous remplier sur le beau et très complet site personnel de Magda : www.magdaamarioarei.com.

82200239_2746215135466364_5269545471960940544_o-530x753(80)

EXPOSITION / PEINTURE
Janvier 2020

Deux artistes diplômées en Peinture à l’ÉSAVL-ARBAL sélectionnées pour le Prix Jean & Irène Ransy 2020

Nous avons souvent annoncé leurs expositions, celles de Mégane Likin (site personnel), et de Gaëtane Verbruggen (site personnel). Toutes deux ont ainsi exposé dans de multiples espaces d’arts depuis leurs obtentions de leurs diplômes en Master spécialisé en Peinture de l’ÉSAVL-ARBAL. Toutes deux ont même eu le privilège d’intégrer une galerie d’art. La Galerie Quai 4 pour Mégane. La Galerie Nadja Vilenne pour Gaëtane. À présent, elles concourent pour ce Prix Jean et Irène Ransy :

« Organisé par le Secteur des Arts plastiques de la Province de Hainaut, depuis 2001, le Prix Jean et Irène Ransy a pour vocation de mettre en évidence la pratique de la peinture figurative comme moyen d’expression de l’art actuel en offrant aux plasticiens belges de moins de 45 ans l’espace et les moyens de présenter leur travail au public lors d’une exposition collective.
Pour cette édition, le jury a sélectionné 13 artistes qui exposeront aux Anciens Abattoirs de Mons. Le lauréat, annoncé le jour du vernissage, recevra quant à lui une somme de 5.000 euros, destinée à l’aider dans son projet artistique. Prendre éternellement du plaisir à regarder la peinture et ses représentations en tentant de se questionner sur ce médium à une époque où se décloisonnent les pratiques artistiques, ce sont bien les motivations actuelles de l’organisation du Prix de Peinture figurative Jean et Irène Ransy. »
(Mu In the city).

L’exposition des treize candidats se déroule aux Anciens abattoirs de Mons, du vendredi 25 janvier au 16 février 2020. Dévoilement du nom du lauréat le jour du vernissage, le vendredi 24 janvier.

Plus d’informations :
Page de présentation du Prix sur le site de Mu In the city
Page de présentation des œuvres des candidats sélectionnés sur le site du Secteur des arts plastiques du Hainaut
Page Facebook des Anciens abattoirs de Mons
Page Facebook du Secteur des arts plastiques de la Province du Hainaut
Page Facebook de Charlotte Delleur

82801075_3141383845890511_7691074086717358080_o-530x260

Espace-Jeunes-Artiste-2020-Camille-Feldman-invit-web-530x260(80)

EXPOSITION / ART GRAPHIQUE
Janvier 2020

Camille Feldmann, diplômé de l’ÉSAVL-ARBAL, expose à Espace Jeunes Artistes

Diplômé en Master spécialisé en Publicité en juin 2016, Camille Feldmann a été sélectionné pour réaliser une exposition personnelle dans le cadre d’Espace Jeunes artistiques, édition 2020. Camille Feldmann parle ainsi de son travail :

« Des voix. Souvenir sensoriel d’êtres humains. De la vie qui, en passant, a rebondi et laissé des morceaux contre les murs et les objets. Lorsqu’on les frôle, ces fragments nous rattrapent par la pensée ou la sensation, nous caressent, nous enveloppent, nous replacent dans un espace-temps. Une seconde. Plusieurs minutes, hors du temps qui, une fois passées, nous font plonger dans une nostalgie du présent.
J’écris ou plutôt je prends note. Par la photo, le dessin ou le simple fait de ramasser et stocker des choses, je capte, je m’approprie ces détails magnifiquement remplis de rien, de tout, de vie.
Mon travail artistique est une tentative de fixer le temps qui passe et m’échappe, et cela sur divers médiums, pour combler une mémoire faillible et une peur de l’avenir. » (Camille Feldmann, Page Facebook Événement).

Du 6 février au 29 mars 2020, au Musée La Boverie.
D’autres artistes diplômés de l’ÉSAVL-ARBAL sont programmés dans ce programme de soutien et de valorisation de la jeune création montante liégeoise édition 2020 : Charlotte Delleur et Julien Janvier.

Plus d’informations :
Dépliant Espace Jeunes Artistes
Page de présentation d’Espace Jeunes Artistes sur le site du Musée La Boverie
Page Facebook Événement de l’exposition

83943201_2681993775362152_5971490836347617280_o-530x386(80)

EXPOSITION / ART GRAPHIQUE
Janvier 2020

Une exposition de plus pour Charles-Henry Sommelette, artiste issu de l’ÉSAVL-ARBAL

Charles-Henry Sommelette a été diplômé en Peinture de l’ÉSAVL-ARBAL en 2009 (site personnel). Depuis lors, il a beaucoup exposé, en solo ou en groupe, et souvent récompensé.

« Charles-Henry Sommelette est un jeune peintre (1984), ardennais, qui considère justement que ses plus belles sources d’inspirations sont dans l’univers qui l’entoure. Qu’il s’agisse de peintures sur toiles de petit format ou de très grands fusains sur papier, la nature est là, présente révélant des blessures urbaines et toutes porteuses de ce “rumble” lynchien qui rend son travail si porteur de transcendance. La banalité des choses se pare dans son travail d’un sens du sacré qui nous ramène à un panthéisme primitif. Son travail sur fusain, au fil de l’évolution de sa maîtrise, démontre qu’il s’agit là de “peinture” et non de dessin, complétant ainsi son travail à l’huile. » (Michel Dubois, CACLB).

Il propose ainsi une nouvelle exposition personnelle, à partir de dessins au fusain, sous le titre Lieux communs, à la Yoko Uhoda Gallery (Liège), du 1er au 22 février 2020.

Plus d’informations :
Site de la Yoko Uhoda Gallery
Page Facebook de la Yoko Uhoda Gallery

82929337_1791357394328587_5379325806709309440_n-530x779(80)

EXPOSITION / PEINTURE
Janvier 2020

Gaëtane Verbruggen, diplômée de l’ÉSAVL-ARBAL, reçoit le Prix Jean & Irène Ransy 2020

Treize candidats avaient été retenus pour ce Prix de Jean & Irène Ransy 2020, dont Gaëtane Verbruggen, diplômée en Master spécialisé en Peinture en juin 2018. Ce vendredi 24 janvier 2020, le jury lui a attribué le Prix Jean & Irène Ransy, édition 2020. Multiples expositions, plusieurs récompenses, représentée par une galerie…, un parcours sans faute pour Gaëtane, pour un avenir qui s’annonce plein de promesses.

Plus d’informations :
Page de présentation du Prix sur le cite de Mu In the city
Page de présentation des œuvres des candidats sélectionnés sur le site du Secteur des arts plastiques du Hainaut
Page Facebook des Anciens abattoirs de Mons
Page Facebook du Secteur des arts plastiques de la Province du Hainaut
Page Facebook de Charlotte Delleur

Image de gauche : Gaëtane Verbruggen reçoit le Prix Jean & Irène Ransy (image Secteur des arts plastiques de la Province du Hainaut)

ART-AU-CENTRE-2-AFFICHE_A2_VF2-5-pdf-731x1024-530x747(80)

EXPOSITION
Février 2020

Étudiants, diplômés et enseignants, tous de l’ÉSAVL-ARBAL, exposent au Art au Centre #2

Art au Centre est une manifestation consistant à investir les lieux inoccupés au centre de Liège (souvent des lieux commerciaux inoccupés) pour les transformer temporairement en lieu d’exposition. Ainsi de très nombreux lieux seront proposés à travers tout le centre-ville de Liège.
Quelques extraits du dossier de presse permettent de mieux saisir la singularité de ce projet :

« Les 23 artistes participants à la seconde exposition du projet Art au entre ont été sélectionnés par un comité de 11 commissaires d’exposition actifs en Belgique et en France. Le réseau local, national et international du comité et la multiplicité des pratiques d’exposition de ses membres assurent au projet une grande diversité de propositions et un bon équilibre entre artistes liégeois, belge et étrangers / artistes émergents et confirmés.

Art au Centre est un projet de revitalisation du centre-ville de Liège par l’art.

Pour la deuxième édition d’Art au Centre, du 6 février au 30 avril 2020, 22 artistes liégeois, belges et étrangers, investiront 22 vitrines de commerces vides pour y présenter leurs œuvres. Peinture, sculpture, installation, performance, vidéo…. toutes les formes d’art actuel seront représentées. Le parcours de cette exposition à ciel ouvert, ainsi que les textes explicatifs de chacune des vitrines pourront être consultés en français et en anglais sur le site internet du projet www.artaucentre.be. » (Art au Centre).

Parmi les 22 artistes liégeois participants, des étudiants de l’ÉSAVL-ARBAL, dont Usha Lathuraz et Sarah Minutillo, toutes les deux finalisant leur Master à l’ÉSAVL-ARBAL, des diplômés de l’ÉSAVL-ARBAL, dont Zoé Médard, et deux enseignants de l’ÉSAVL-ARBAL, Thierry Grootaers et Laurent Impeduglia.

Plus d’informations :
Site d’Art au Centre

82192370_2903097236446783_558013867767103488_o-530x332(80)

EXPOSITION / ARTS GRAPHIQUES
Janvier 2020

Tom Germain et Maxime Gillot, issus du Master en Bande dessinée de l’ÉSAVL-ARBAL, en exposition au Cupper Café

Tom Germain et Maxime Gillot ont fait leurs études à l’ÉSAVL-ARBAL et obtenu en juin 2019 leur Master spécialisé Bande dessinée. Ils exposent ensemble leur travail artistique, avec bien d’autres artistes, au Cupper Café.
Du 29 janvier au 16 février 2020. Vernissage le premier jour d’ouverture et finissage le dernier jour de l’exposition, de 19 h à minuit pour les deux jours.

Plus d’informations :
Page Facebook Événement
Page Facebook du Cupper Café

AM80-530x656(80)

EXPOSITION / ARTS NUMÉRIQUES / MULTIMÉDIA
Février 2020

Un article dans L’Art même pour Eva L’Hoest, diplômée de l’ÉSAVL-ARBAL

Le numéro 80 de la revue L’Art même propose un essai esthétique sur la Biennale d’art contemporain de Lyon édition 2020. Sous la plume d’Anne-Françoise Lessuise, entre autres conférencière à l’atelier de vidéographie de l’ÉSAVL-ARBAL, cet article propose une analyse entre autres des deux œuvres présentées dans cette Biennale par Eva L’Hoest, dont Shitsukan of Objects (2019). Eva L’Hoest est une artiste multimédia diplômée de Master approfondi en Vidéographie à l’ÉSAVL-ARBAL en 2015. L’article, intitulé Le vrai est ce qu’il peut ; le faux est ce qu’il veut (pp. 15-17), aborde le thème du rapport entre l’image et le réel, terreau privilégie de la post-photographie. Le triptyque d’écrans Shitsukan of Objects y est pensé comme une tension entre technologie et homme, une des grilles d’intelligibilité possible pour ce travail envoûtant et majestueux dans la maîtrise technique :

« Les écrans exhibent des formes artificielles mais curieuses et envoûtantes, des textures factices incomparables, des mouvements de caméra fluides et inhumains, des personnages synthétiquement charnels, le tout organisé dans un macrocosme narratif dont on perçoit, sans les comprendre de prime abord, les références courbes par les logiciel, les symboles et les métaphores altérés algorithmiquement. » (Anne-François Lessuise, p. 17, 2020, L’Art même).

Revue gratuite, la version papier est déjà en circulation. La version PDF vient d’être mis à disposition sur le site de L’Art même.

Plus d’informations :
Accès direct au PDF n° 80 de L’Art même, issu du site de cette dernière
Page de téléchargement de la revue L’Art même sur son site

82168144_790934024759675_5789461760041811968_o-530x233(80)

Usha-Lathuraz-1-530x353

Zoé-Médard-Territoire-superficiel-Résidence-dhiver-Galerie-CDLT-mars-20192-530x353(80)

Sarah-Minutillo-530x398(80)

Maria-Vita-Goral-530X398(80)

EXPOSITION
Février 2020

Usha Lathuraz, Sarah Minutillo, Zoé Médard, et Maria Vita Goral, toutes issues de l’ÉSAVL-ARBAL, sont aux Arts au Centre #2

Nous avions déjà annoncé cette manifestation d’Art au Centre édition 2, dont l’objectif est la revitalisation du centre urbain liégeois par la transformation de lieux commerciaux inusités (dont les vitrines) en espace d’exposition. Des étudiants, des diplômées, des enseignants, de l’ÉSAVL-ARBAL, participent à ce projet.
À présent que le site d’Art au Centre s’est actualisé pour présenter sa deuxième édition, nous pouvons préciser les projets proposés par les étudiants et les diplômées de l’ÉSAVL-ARBAL :

Usha Lathuraz (étudiante en Master en Peinture), lauréate de l’Appel à projets Art au Centre #2, propose Playing Blocks (2e image à gauche) :

« Récolte de lettres, de souvenirs, de pensées, de définitions, de SMS, de cartes… Protégés par une vitre, imprimés en minuscules ou étiquetés et peints par-dessus, il y a toujours un obstacle entre le lecteur et le travail. Un effort à faire pour découvrir des secrets, des phrases intimes, des mots d’amour, un parcours de vie à travers des mots.
Construire une fragilité, faire image des étapes d’évolution d’une vie. Créer des cycles. Construire un art comme un parcours temporel, qui accompagne un changement. 
Tous ces cycles sont d’éternels recommencements, suite de phénomènes, transformations. La répétition d’un motif, l’épuisement d’une forme. C’est une perte constante : la perte de l’enfance, la perte de la jeunesse. Mais aussi une construction continuelle, un choix de chemins, ce parcours de vie. 
Les cubes en bois, premiers jeux d’enfants, apparaissent dans le travail comme des composants qui rythment une histoire. Une ligne du temps verticale évoque ce cycle, où chaque seconde qui passe est un moment décisif. Ensuite, la transformation de ce moment en souvenir. » (Usha Lathuraz, 2020).

Sous le commissariat d’Anne Ozanne, (critique d’art, éditrice, et  commissaire d’exposition entre autres), Zoé Médard (diplômée de Master en Vidéographie) propose Once upon a time (3e image à gauche) :

« Plasticienne formée en vidéo à l’ÉSAVL-ARBAL, Zoé Médard a développé de multiples facettes à son travail. Pratiquant la vidéo sous des formes expérimentales, documentaires et fictionnelles, elle travaille également la sculpture, la photographie, l’installation, la performance, etc. Inventer l’œuvre dans et à partir de l’espace où elle expose fait la particularité constante de l’artiste. Pour ce projet, Zoé Médard revêt la vitrine d’une seconde peau inventée à partir de détails d’images de vitrines cassées et d’effets de brisures de verre ou de cristaux. L’apparence de la vitre est physiquement retouchée comme on modifie une image virtuelle. La réalité est modifiée et questionne nos certitudes. Ornement étrange, l’intervention est un bijou de façade, une parure pour la rue. Ce qui est abandonné brille à nouveau, ce qui est laid devient beau. Telle une couche de vernis écaillé, ce territoire fictif est porteur de récits, stigmates d’une colère citoyenne ou traces d’événements violents dans l’espace public/collectif. Dans une forme d’empathie, l’œuvre relie cette vitrine à toutes les vitrines du monde. Zoé Médard transforme ce magasin vide en zone d’altérité du lointain. Je suis ici et ailleurs, l’Ici est l’Ailleurs. » (Anne Ozanne, 2020).

Sarah Minutillo (étudiante en Master en Dessin), autre lauréate de l’Appel à projets Art au Centre #2, propose En travers (4e image à gauche) :

« Dans son installation “En travers” Sarah Minutillo s’adresse au spectateur en tant qu’individu en mettant en question sa relation à différents registres d’images du territoire urbain.  L’artiste met en scène des images habituelles de la rue parallèlement à des images privées et intimes.  “Mes préoccupations artistiques principales me portent à interroger le tissu complexe des relations qu’entretiennent les images entre elles et comment nous les abordons. Les images peuvent se présenter à nous sous différents registres : le registre moral, affectif, esthétique ; une multitude de strates où peuvent se côtoyer l’ordinaire et l’extraordinaire. Mon travail est un incessant aller-retour entre la sphère privée et la sphère publique et si les photographies utilisées sont parfois celles d’une époque, les sujets et idées qu’elles convoquent sont actuels. Ma collection d’images personnelles invite parfois l’anecdote mais une image peut en rappeler une autre, sollicitant le spectateur dans son propre répertoire, sa propre imagerie.  
Dans une pratique mêlant le dessin, la peinture et l’installation, la décontextualisation et l’effacement des images sont des ressorts importants dans mon travail. Je pars d’images lisibles et chargées de significations pour les rendre illisibles par la peinture, le dessin. En transposant un médium et son contexte donné dans un autre médium, tout en gardant la trace consciente de ce transfert, je bénéficie de ses nouvelles possibilités. 
J’associe le savoir faire, à l’authenticité, la fragilité d’un dessin sur le vif ; différents médiums, différents formats. Je dévoile les images, les confronte comme je les choisis, instinctivement.” » (Sarah Minutillo, 2020).

Maria Vita Goral (diplômée de Master en Peinture), autre lauréate de l’Appel à projets Art au Centre #2, propose une installation dont le titre français est Le pain quotidien (5e image à gauche) :

« Maria Vita Goral, est née en Ukraine en 1991. Après avoir étudié la peinture à Lviv, elle s’installe à Liège en 2018 et poursuit ses études à l’ÉSAVL-ARBAL. Elle participe à plusieurs expositions (Les Drapiers, Galerie Flux) et résidences d’artistes (RAVI) en 2019. Dans son travail multidisciplinaire, elle utilise les objets et les images de notre quotidien pour faire surgir des questions d’ordre historique, symbolique, psychologique et anthropologique. 
Son installation “Хліб насущний”, ou en français, “Le pain quotidien”, propose un cheminement fait de différentes séquences sensorielles. Des pains de toutes formes s’entassent dans la vitrine. Leurs croûtes sont marquées de nombres et de mots d’origines variées. Une sélection de photographies de tableaux célèbres agencent l’arrière-plan. Des tissus finement brodés forment le fond. A cette mise en scène foisonnante s’ajoutent naturellement les sens supplémentaires qu’injecte l’observateur selon son expérience et son ressenti personnel. L’artiste nous invite à une remise en question de la notion de valeur (réel, immatériel, officiel ou simulée) ? “On est toujours ingrat pour le don du nécessaire, jamais pour le don du superflu. On en veut à qui vous donne le pain quotidien, on est reconnaissant à qui vous donne une parure » Victor Hugo.” » (Art au Centre, 2020).

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition de Usha Lathuraz sur le site d’Art au Centre
Page de présentation de l’exposition de Zoé Médard sur le site d’Art au Centre
Page de présentation de l’exposition de Sarah Minutillo sur le site d’Art au Centre
Page de présentation de l’exposition de Maria Vita Goral sur le site d’Art au Centre
Site d’Art au Centre
Page Facebook d’Art au Centre

04_EJF_affiche_web-530x749(80)

04_EJF_cover-530x678

EXPOSITION / ÉDITION / VIDÉOGRAPHIE
Février 2020

L’ÉSAVL-ARBAL co-édite un nouvel ouvrage et un documentaire vidéo d’Archidoc

Jadis, l’ÉSAVL-ARBAL accueillait une section architecture. Est-ce pour cette raison qu’elle entretient un lien étroit avec Archidoc, un projet d’édition de livres, d’expositions, et de documentaires vidéo, autour d’architectes belges de renom, projet animé par le Groupe d’Ateliers de Recherche (GAR), issu de la Faculté d’Architecture de l’Université de Liège ? Ce qui permet ainsi affirmant le lien indissociable entre science et art, fondement même de toute architecture ?
Pour l’ÉSAVL-ARBAL, ce lien étroit consiste en la co-édition des ouvrages Archidoc, et la réalisation d’un film documentaire accompagnant chaque ouvrage, via son atelier de Vidéographie.
Le dernier ouvrage en date, estampillé numéro 4 de la série, porte sur Émile-José Fettweis (2020, 146 p.). Le documentaire (2020, 20’) a été réalisé par Christopher Bouts et Sylvain Lange, tous deux issus du Master en Vidéographie. Ouvrage et documentaire ont été présentés lors d’une exposition sur le travail d’Émile-José Fettweis fin de l’année 2019, au Musée Wittert de l’Université de Liège.
Cette collaboration est tellement fructueuse qu’un cinquième numéro est déjà en vue.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’ouvrage, sur le site d’Archidoc
› 
Page de présentation du documentaire, sur le site d’Archidoc
› 
Site d’Archidoc
Site du Groupe d’Ateliers de Recherche (GAR)

invitation_FG_ok-1-530x387

EXPOSITION
Février 2020

Yan Conteau, diplômé de l’ÉSAVL-ARBAL, expose aux Brasseurs

Yan Conteau est un jeune artiste diplômé en Master en Illustration à l’ÉSAVL-ARBAL. Il propose une exposition personnelle, intitulé Diptyque n°61-63, aux Brasseurs (Liège), dans le cadre de la Vitrine jeune artiste, de l’Antenne Jeunes Artistes. Ce projet est initié par Jérôme Mayer, professeur à l’ÉSAVL-ARBAL :

« L’Antenne Jeunes Artistes est l’interface entre Les Brasseurs et la création émergente.
Les projets de l’Antenne Jeunes Artistes mettent en place des rencontres organisées avec artistes et professionnels de l’art, étudiants et enseignants, sous la forme de workshops et de présentations publiques.
Jérôme Mayer, artiste responsable de cette plateforme et professeur à l’ÉSAVL-ARBAL, vise la transversalité avec les milieux professionnels, développant des projets proposant visibilité et nouvelles opportunités à des jeunes artistes, et partenariats avec d’autres structures et opérateurs culturels.
Élément important du dispositif, diode éclairée jour et nuit à l’entrée de l’espace des Brasseurs mettant en lumière six propositions originales par an, une large vitrine est dédiée à la jeune création contemporaine, nationale et internationale.
L’enjeu principal de ce laboratoire est de créer un appel d’air vers de jeunes créateurs de toutes pratiques en leur offrant de se confronter tant aux publics des Brasseurs qu’à celui de la rue, dans une dynamique expérimentale de découverte. » (Les Brasseurs).

Fruit de ce dispositf d’insertion socio-professionnelle artistique, Yan Canteau donc. Son exposition se déroulera du 4 mars au 4 avril 2020. Vernissage le samedi 29 février.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition et d’Antenne Jeunes Artistes sur le site Les Brasseurs

11.39.41-530x820(80)

PROJECTION
Février 2020

Olivier Vanval et David Melchior, diplômés de l’ÉSAVL-ARBAL, co-organisent la projection du film « Vive la Flibuste ! » de Noël Godin

Deux diplômés de l’ÉSAVL-ARBAL, Option Vidéographie, Olivier Vanval et David Melchior, co-organisent la projection à Liège du film de Noël Godin, Vive la Flibuste !, ou ce dernier narre ses péripéties pâtissières :

« Vive la Flibuste !
En présence de Noël Godin
Une rencontre organisée par D’une Certaine Gaieté ASBL.
Noël Godin revient dans ses pénates natals avec un film sous le bras. Un film  de 55 minutes sur la IIè Internationale pâtissière et la rencontre entre cinq pays d’activistes pâtissiers. Il ne veut pas en dire plus…
Mais il nous assure que cela stimulera sans aucun doute la discussion avec le public sur les flibustes passées, présentes et futures ! Et nous, on le croit les yeux fermés ! »
(D’une Certaine Gaieté).

La projection est donc co-organisée par l’asbl D’une Certaine Gaieté, mais aussi par le Cercle du laveu. C’est au Cercle, à Liège, que s’effectuera la projection, à partir du 20 h, le vendredi 21 février 2020. Attention, réservation indispensable.

Plus d’informations :
Page de présentation de la manifestation sur le site D’une Certaine Gaieté
Page Facebook D’une Certaine Gaieté
Site du Cercle du laveu

Mi.gration_-_ARTS_et_MOUVEMEN.2e16d0ba.fill-970x485-c100_LHKHpo8-530x265(80)

Exposition écourtée à ce vendredi 13 mars 2020

EXPOSITION
Février 2020

Exposition au Point Culture Liège d’artistes diplômées de l’ÉSAVL-ARBAL

Point Culture Liège est un espace d’exposition en création artistique multidisciplinaire. Un partenariat avec l’ÉSAVL-ARBAL a permis l’organisation d’une exposition de deux artistes diplômées de l’ÉSAVL-ARBAL. Manuela Simonne et Maria Vita Goral y abordent ainsi le thème de l’immigration :

« L’exposition transversale est un projet de Point Culture visant à mettre en valeur de jeunes artistes et l’école dont ils sont issus tout en faisant écho à sa thématique saisonnière.
Pour la thématique ‘Migrer’, Point Culture Liège s’est tourné vers l’École supérieure des arts de la Ville de Liège – Académie royale des beaux-arts de Liège qui a retenu deux récentes diplômées : Manuela Simonne (Master en Vidéographie, 2017) et Maria Vita Goral (Master en Peinture, 2018).
Ayant toutes deux leur propre rapport à la migration, la première étant chilienne et la seconde ukrainienne, Manuela et Maria investiront l’espace pour créer une exposition qui résonnera sous le nom de ‘Migrations : ARTS et MOUVEMENTS’.
L’histoire commencera par une résidence, du 18 au 22 février 2020, qui permettra aux deux artistes de se rencontrer humainement et artistiquement et faire du lieu un terrain d’expérimentation où Manuela s’attaquera à la plastique dans le but d’un travail vidéographique et Maria au textile, sa première approche artistique, avec en tête la couronne comme métaphore de l’identité.
Le tout évoluera en fonction de l’atmosphère et des rencontres. » (Point Culture Liège).

L’exposition (vernissage le jeudi 5 février 2020), lancera ainsi une résidence d’artistes pour les deux diplômées de l’ÉSAVL-ARBAL.

Plus d’informations :
Page de présentation de la manifestation, sur le site de Point Culture Liège

2020-PROMOTION-TENDRESSE-CARTON-1015-VF-1-530x719

Exposition écourtée à ce vendredi 13 mars 2020

EXPOSITION
Février 2020

Zoé Médard, diplômée de l’ÉSAVL-ARBAL, curatrice de l’exposition « Promotion tendresse »

Dans sa volonté de faire de son deuxième espace d’exposition (à savoir la Galerie des beaux-arts), non seulement un outil d’apprentissage, mais un outil d’insertion socio-professionnelle artistique, l’ÉSAVL-ARBAL propose une exposition dont la curatrice est Zoé Médard. Cette artiste diplômée de Master approfondi en Vidéographie de l’ÉSAVL-ARBAL a réuni quatre jeunes artistes, dont Mikaïl Koçak, diplômé en Master en Publicité à l’ÉSAVL-ARBAL, pour une exposition, intitulée Promotion tendresse. Elle se déroulera du 21 février au 18 mars 2020. Vernissage le jeudi 20 février.

9789463930048-530x655(80)

Exposition supprimée

SOUTIEN À L’ÉDITION
Mars 2020

Espace 251 Nord organise une exposition autour l’édition de l’ouvrage « En attendant l’année dernière E2N Archives Actives », ouvrage édité avec le soutien de l’ÉSAVL-ARBAL

Espace 251 Nord (E2N) organise une exposition autour de sa dernière publication parue récemment : En attendant l’année dernière E2N Archives Actives.
Quasi 600 pages ont été ainsi nécessaires pour retracer les activités de 1985 à 2018 d’Espace 251 Nord, un espace d’arts contemporains liégeois actif depuis le début des années 1980. L’ouvrage a été édité, entre autres, avec le soutien de l’ÉSAVL-ARBAL, une volonté de l’ÉSAVL-ARBAL en regard du fait que de très nombreux artistes diplômés de cette dernière ont eu l’occasion d’exposer à Espace 251 Nord, faisant de celui-ci un outil important d’insertion socio-professionnelle artistique liégeois.
L’exposition se déroulera du 14 mars au 19 avril 2020. Vernissage le vendredi 13 mars 2020.

Plus d’informations :
Site d’Espace 251 Nord

L'oeil-731-530x685(80)

84971463_3376487175711347_2039146795925241856_o-530x348(80)

SOUTIEN À LA CRÉATION
Mars 2020

Eva L’Hoest et Charle-Henry Sommelette, diplômés de l’ÉSAVL-ARBAL, seraient deux artistes belges “à suivre à tout prix”, selon la revue L’Œil

Certes, il faut savoir prendre avec distance, voire beaucoup de distance, ce genre de « classement » proposé par exemple, par L’Œil (dans son opus de février 2020). On ne compte pas ainsi le nombre d’artistes « bien classés » dont plus personne n’a jamais entendu parler par la suite.
Mais, par ses temps difficiles, goûtons tout de même à notre plaisir de pointer les deux artistes diplômés de l’ÉSAVL-ARBAL figurant dans ce classement des 10 artistes belges « à suivre à tout prix » selon cette revue française : Eva L’Hoest (Master approfondi en Vidéographie, site personnel) et Charles-Henry Sommelette (Master en Peinture, site personnel).
L’ÉSAVL-ARBAL y est peut-être pour quelque chose – entre autres, n’avait-elle pas édité un ouvrage monographique sur Charles-Henry – , certains opérateurs culturels aussi – entre autres, nous pensons à Anne-François Lesuisse (Biennale de l’image possible, Liège) – , mais ce sont surtout le travail d’intelligence, d’indépendance esthétique, de tolérance à l’incertitude, de discipline, d’acharnement, de détermination, de recherche permanente de qualité, de volonté de dépasser ses limites, de prises de risque… de ses deux artistes, qui leurs ont permis d’émerger ainsi sur les scènes artistiques belges francophones et françaises. Bref, leurs qualités, ce sont celles demandées plus encore aux étudiants actuels de l’ÉSAVL-ARBAL par ces temps difficiles.

Plus d’informations :
Site de la revue L’Œil (Le Journal des Arts.fr)
Article 10 artistes belges à suivre à tout prix, de Pauline Vidal, février 2020, accès payant, sur le site Le Journal des Arts.fr
Article 10 artistes belges « à suivre à tout prix », d’après un prestigieux magazine, LaLibre.be, février 2020, sur le site de LaLibre.be

MKM_Kunstkritikk_1920x1080_logor1-530x298(80)

EXPOSITION / ART VIDÉO / SCULPTURE 3D
Mai 2020

Nouvelle exposition pour Eva L’Hoest, diplômée de l’ÉSAVL-ARBAL, confirmant ainsi son entrée dans le champ de la création artistique européenne

Eva L’Hoest participe à l’exposition collective Shapeshifters The age of changes is upon us. Again. Always, entre mars et août 2020 et se déroulant au Musée d’art de Malmö (Malmö Konstmuseum), situé en Suède. Cette exposition explore les thèmes principaux de notre époque, le développement incontrôlé de la technologie, l’extinction de la biodiversité, l’entrée en anthropocène, l’illusion d’un progrès comme moteur de mieux être… :

« Le mot “shapeshifteris” est emprunté au monde de la mythologie, où il fait référence à des êtres capables de changer de forme et d’attributs. Dans les mythes, Dieu transforme les humains en animaux, plantes ou objets afin de les punir ou de les libérer. Mais à notre époque, ce ne sont pas les dieux qui provoquent la transformation. Nous avons pris leur place et nos actions recréent la planète, les sociétés humaines et nous-mêmes. Comment pouvons-nous influencer la forme de l’avenir qui nous attend et dans quels scénarios futurs pouvons-nous nous imaginer ? » (Musée d’art de Malmö).

Bien entendu, Eva L’Hoest traite ces thèmes dans sa propre démarche et esthétique :

« Eva L’Hoest explore dans sa pièce “Shitsukan of Objects” (2019) le phénomène de l’hypnose qui peut se produire lorsque les actions humaines sont motivées par diverses technologies – la capacité de ces appareils à asservir et kidnapper les vivants. Dans son œuvre, Eva L’Hoest soulève également des questions sur ce qui se passe dans les processus qui combinent le réel et l’artificiel, et ce qui arrive à la mémoire corporelle lorsqu’elle est immergée dans un monde artificiel. » (Musée d’art de Malmö).

Cette nouvelle participation hors Belgique confirme qu’Eva a définitivement mis un pied dans le champ restreint de la création plasticienne européenne. D’ailleurs, d’autres participations à des expositions extérieures à la Belgique sont prévues. Nous n’avons pas fini de parler de cette diplômée du Master approfondi en Vidéographie de l’ÉSAVL-ARBAL de 2016.

Plus d’informations :
Page de présentation (en anglais) de la manifestation Shapeshifters, sur le site du Musée d’art de Malmö

moons_invit-624x903-530x767(80)

EXPOSITION / PEINTURE
Mai 2020

Pour sa réouverture, belle initiative de la Galerie Nadja Vilenne qui accueille deux diplômés de l’ÉSAVL-ARBAL, Gaëtane Verbruggen et Loïc Moons

En région liégeoise, comme partout ailleurs en Belgique et ailleurs, les galeries d’arts, les espaces d’exposition… rouvrent progressivement, en assurant les règles sanitaires lié à la lutte contre la propagation du coronavirus. Et à nouveau, cette page recompte des manifestations impliquant entre autres les étudiants et les diplômés de l’ÉSAVL-ARBAL.
Dans le cadre du déconfinement, la Galerie Najda Villenne (Liège) rouvre son espace en le proposant à deux récents diplômés de Master Peinture de l’ÉSAVL-ARBAL, Gaëtane Verbruggen et Loïc Moon, aux styles picturaux plutôt opposés. L’exposition est intitulée Court circuit :

« La Galerie Nadja Vilenne a le plaisir de vous annoncer sa réouverture après ces quelques semaines de confinement et invite trois jeunes artistes, trois jeunes peintres à investir le lieu, Gaëtane Verbruggen, Bretcht Koelman et Loïc Moons. Ces trois monographies seront accessibles dès ce lundi 1er juin 2020, jusqu’au dimanche 12 juillet 2020. Dans le respect des règles sanitaires, afin de vous assurer une visite sûre et agréable, la Galerie sera accessible du mardi au dimanche de 14 h à 18 h, uniquement sur rendez-vous en téléphonant au 0475.90.52.26. » (Galerie Nadja Vilenne).

Certes, depuis plus d’un an, Gataëne Verbruggen avait déjà intégré la Galerie, mais cela fait à nouveau plaisir à l’ÉSAVL-ARBAL de voir ses diplômés entamer ou consolider un parcours artistique de qualité et attirer l’attention de galeries d’arts de première ligne.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition sur le Blog de la Galerie Nadja Vilenne

Image de gauche, Loïc Moons. Image du bas, Gaëtane Verbruggen.

verbruggen_invit-530x350(80)

AM81-1-530x660(80)

CRITIQUE D’ART / INSTALLATION VIDÉO / ARTS NUMÉRIQUES
Juin 2020

Un article sur Eva L’Hoest, diplômée de l’ÉSAVL-ARBAL, dans le dernier numéro de l’Art même

L’Art même propose dans son dernier numéro un article d’Antoinette Jattiot, intitulé Dans le ventre de la machine. Cet article, entièrement consacré à Éva L’Hoest, diplômée de Master approfondi en Vidéographie, porte sur les œuvres présentes à la Biennale de Lyon, à savoir la projection multi-écran, et les sculptures impression 3D, réunies sous le titre de Shitsukan of Objects. L’article revient longuement et analyse au détail ces œuvres.

Plus d’informations :
PDF Dans le ventre de la machine, Antoinette Jattiot, 2020, pp. 32-33, extrait de l’Art même, n° 81, 2020
Page de téléchargement de la revue l’Art même, n° 81, 2020

AM81-Dans-le-ventre-de-la-machine-530x328(80)

AAC-3-FACEBOOK-PAGE-530x272

84814770-2263-4176-9F12-49E8C7C7DDDC-530x637(80)

EXPOSITION / MULTIMÉDIA
Juin 2020

Troisième édition pour Art au centre, avec un diplômé, quatre étudiants, et un enseignant de l’ÉSAVL-ARBAL

Le site d’Art au centre vient de s’actualiser, ce qui nous permet de présenter cette initiative liégeoise en version .3 d’Art au centre. L’art a horreur du vide, l’Art au centre aussi.
Ainsi, pendant toutes les vacances d’été 2020, de nombreuses vitrines de commerces liégeois plus au moins désertés de ses occupants laisseront place à des productions d’arts plastiques toutes disciplines confondues, productions visibles donc depuis la rue, à ciel ouvert.
Ce projet de revitalisation du centre-ville de Liège par l’art accueille quasi plus d’une trentaine d’artistes, triées sur le volet, dont Julien Janvier, diplômé de l’ÉSAVL-ARBAL, qui présente Sur le chemin :

« Mon travail est le fruit de plusieurs années d’expérimentation. La spontanéité y garde une place très importante. Je ne cherche pas le rendu réaliste mais tous mes sujets sont tirés du réel. La nature m’entoure et je joue avec. Je lui offre une nouvelle piste de lecture. Cependant cette dernière reste avant tout un prétexte pour peindre. Le sujet, c’est la peinture. Je ne me prive pas d’enfreindre les codes picturaux. Je déteste tout ce que la majorité approuve et inversement. Je crée mes codes personnels. Je pars souvent de sujets simples, de formes simples, présents dans mes dessins pour en faire quelque chose de différent. Je suis contre la notion du beau et du laid. » (Art au centre).

Depuis son diplôme en 2017, Julien Janvier a déjà exposé plusieurs, dont au sein du Musée La Boverie et à la Galerie Uhoda. Son site personnel mérite le détour.

À Art au centre #3 sont aussi présents quatre étudiants de l’ÉSAVL-ARBAL en cours de finalisation de leur diplôme de Master. À l’appel ont donc répondu Yoko Martial (Option Vidéogaphie), Erika Montagna (Option Sculpture), David Vieutemps (Option Gravure), et Xiaochuan Wang (Option Peinture). La présence de ces quatre artistes en devenir est le fruit d’une collaboration entre Art au centre et le cours d’Image dans le Milieu de l’ÉSAVL-ARBAL, et de son professeur, Jérôme Mayer. Celui-ci d’ailleurs participe pleinement à cette manifestation en y exposant une installation vidéo, 00:08:38:00, sous le commissariat d’Anna Ozanne et de Mikail Koçak :

« Le travail artistique de Jérôme Mayer sonde le caractère passager de notre existence. Le plasticien propose ici une installation vidéographique spécifiquement créée pour la vitrine et son environnement. Des séquences au rythme lent sont projetées sur l’entièreté de la surface de la vitre. S’y entremêlent des images frontales et floues de parties du visage de l’artiste avec des images énigmatiques de vapeur organique tirées d’espaces lointains. L’œuvre fonctionne dans l’espace public comme une fenêtre vers l’espace privé, sorte de selfie à la fois intime et distant. La rue est envisagée de manière pragmatique : un lieu de passage. L’intégration sonore d’une ligne de basses, composée par Farida Amadou, avec qui il collabore dans plusieurs projets, fait vibrer sourdement la vitre au moment où le chronomètre de la vidéo apparaît, établissant un lien temporel et corporel entre l’artiste et l’observateur de l’œuvre projetée. Les images éphémères offertes au regard suggèrent l’impermanence de notre réalité en temps réel. » (Art au centre).

Le site d’Art au centre, très documenté, propose en version PDF le catalogue d’accompagnement de l’exposition. Reste consultable sur le site, la présentation des deux précédentes éditions, #1 et #2.

L’édition #3 s’étalera tout l’été 2020, pour se clôturer avec celui-ci : du 9 juin au 31 août 2020.

Plus d’informations :
Site d’Art au centre

Image de gauche, Julien Janvier

Zéro-Budget-J-Janvier-530x1000(80)

EXPOSITION / MULTIMÉDIA
Juin 2020

Zéro Budget crée un espace d’exposition artistique virtuelle. Une initiative pas si éloignée de l’ÉSAVL-ARBAL que cela

Nous retrouvons beaucoup de monde ayant croisé la route de l’ÉSAVL-ARBAL derrière ce concept Zéro Budget (Liège). Mais d’abord, qu’est-ce que Zéro budget ?
Il s’agit d’une nouvelle plateforme artistique présentant chaque semaine une exposition virtuelle d’un artiste plasticien, avec vernissage, tout aussi virtuel. Le tout est hébergé dans notre cas par Instagram. Le concept n’est pas neuf, mais en ces temps difficiles, rudement efficace et plaidoyé, d’autant que d’autres événements orbitent autour de chaque exposition.
Derrière ce concept donc, à la manœuvre, Anna Ozanne, de la Space Collection (Liège), et Mikail Koçak, de Mermeremer (Liège), diplômé de l’ÉSAVL-ARBAL. Ces deux initiateurs ont mis en route début avril 2020 cette espace d’exposition virtuelle. Parmi la petite dizaine d’exposants depuis lors, plusieurs diplômés de l’ÉSAVL-ARBAL, tels que Camille Feldman, Zoé Médard, ou encore Julien Janvier. Ce dernier a proposé une exposition virtuelle autour de la céramique en papier. Le magazine culturel Trends Style lui a consacré quelques lignes dans son édition du 28 mai 2020 :

« Parmi les œuvres mises en avant par Zero Budget, le travail de Julien Janvier a attiré tout particulièrement notre attention. Plasticien diplômé de l’École Supérieure des Arts de la Ville de Liège en 2017, Julien Janvier développe depuis ses débuts une approche marquée par la spontanéité et l’éclectisme. “J’essaie de créer un art qui m’est propre. Je n’ai peur ni du mauvais goût ni des erreurs, que j’intègre dans mon travail”. Ayant fait sienne la phrase de Balthus “La peinture, à partir du moment où ça devient artistique, ça devient mauvais”, il n’hésite pas à se laisser emporter par les accidents qui émaillent le processus créatif. “Si, cherchant à dessiner un arbre ou une plante, je commets une erreur, je ne jette pas mon travail. Au contraire, j’exploite cette erreur pour bifurquer vers un dessin plus abstrait”, explique l’artiste. » (Trends Style).

Ont aussi exposé dans Zéro budget, Sofie Vangor, enseignante en Gravure à l’ÉSAVL-ARBAL, ou encore, Thierry Grootaers, professeur en Peinture toujours à l’ÉSAVL-ARBAL.
Le succès de cette plateforme est là. Espérons qu’il perdure et se transforme en une nouvelle manière d’apprécier la création plastique liégeoise, sachant bien entendu, que les propositions artistiques sont adaptées à ce type d’exposition.
Pour en savoir plus sur ce projet Zéro budget, la lecture d’un article très détaillé, avec entretient, dans le Trends Style du 28 mai 2020 est recommandé : Zéro Buget : une nouvelle plateforme artistique sur Instagram, Virginie Dupont et Alexis Alvarez, 28 mai 2020. Voilà. Tout est dit.

Plus d’informations :
Page Instagram Zéro Budget
Sur le site de Trends Style, page de consultation de l’article Zéro Buget : une nouvelle plateforme artistique sur Instagram, Virginie Dupont et Alexis Alvarez, 28 mai 2020

Image de gauche, Julien Janvier

16.19.38-530x428(80)

fg_dog-530x667(80)

EXPOSITION / PEINTURE
Juin 2020

Mégane Likin, diplômée de l’ÉSAVL-ARBAL, participe à « Interlude », de même que des enseignants de l’ÉSAVL-ARBAL

Cette exposition, organisée par la Galerie Quai4, propose le travail, souvent pictural, réalisé par des artistes lors du confinement dû à la lutte contre l’épidémie de coronavirus. Le titre de l’exposition le dit bien, Interlude propose la création née de ce moment suspendu dans le temps.
Neuf artistes ont répondu à l’invitation, dont Mégane Likin, diplômée en Master Peinture à l’ÉSAVL-ARBAL, mais aussi deux enseignants de l’ÉSAVL-ARBAL, Martin Chaumont et François Goffin. L’exposition tout du long s’accompagnera de rencontres avec les artistes exposants.
L’exposition aura lieu du 19 juin au 17 juillet 2020. Le vernissage se déroulera le vendredi 17 juillet (et non en début d’expsition, c’est-à-dire en juin), à partir de 15 h. La programmation des rencontres avec les artistes sera actualisée sur le site de Quai4.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition sur le site de la Galerie Quai4

matthieu_litt_through_the_walls_cp-530x663(80)

EXPOSITION / PEINTURE
Juin 2020

Un diplômé et un enseignant de l’ÉSAVL-ARBAL participent à « L’air du temps »

La Fondation Bolly-Charlier organise une exposition collective intitulée L’air du temps. Y participent entre autres, Charles-Henry Sommelette, diplômé de l’ÉSAVL-ARBAL, et Sébastien Plevoets, enseignant en Peinture à l’atelier du même nom au sein de l’ÉSAVL-ARBAL.

« L’air du temps ? Il reste imprévisible et les chemins pour prendre l’air sont parfois difficiles à suivre.
Mais, malgré les évènements, il faut s’efforcer de rester en mouvement, ou de trouver l’apaisement.
La prochaine exposition de la Fondation Bolly-Charlier, à la Galerie Juvénal à Huy, accueillera avec plaisir quatre artistes qui, parmi beaucoup d’autres, ont continué leur travail artistique ces derniers mois : Matthieu Litt, Sébastien Plevoets, Charles-Henry Sommelette, et Farida Seminerio-Okladnikoff.
Pas de vernissage organisé, mais l’exposition ouvrira ses portes le jeudi 2 juillet.
Une occasion de prendre l’air, durant tout l’été.
Invitation cordiale à toutes et tous,
Alain Delaunois »

L’exposition se déroule à la Galerie Juvénal (Huy), du jeudi 2 juillet au dimanche 23 août 2020.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition sur le site de la Fondation Bolly-Charlier

Image de gauche, Matthieu Litt

loic016-530x801(60)

INTERNET / PEINTURE
Septembre 2020

Loïc Moons en image à la Galerie Nadja Vilenne

Loïc Moons, récemment diplômé en Peinture à l’ÉSAVL-ARBAL, a exposé à la Galerie Nadja Vilenne, dans le cadre de Circuit court, entre le lundi 1er juin et dimanche 12 juillet 2020. Les images sont à présent disponible sur le site de cette galerie.

Plus d’informations :
Page de consultation des images de l’exposition de Loïc Moons

QUATREMILLE_JUILLET-15-530x430(60)

ENTRETIEN / DESSIN
Septembre 2020

Deux anciens étudiants de l’ÉSAVL-ARBAL en interview sur le site Quatre Mille

Le site Quatre Mille, un magazine en ligne sur l’actualité culturelle liégoise, propose deux interviews d’artistes diplômés de l’ÉSAVL-ARBAL : Sarah Minutello (Master en Dessin) et Jo Delannoy (dit Joe Dessine un peu, Master en Illustration, image de gauche).

Plus d’informations :
Page de consultation de l’interview de Sarah Minutillo sur le site Quatre mille
Page de consultation de l’interview de Jo Dessine un peu sur le site Quatre mille

BA6D17EB-9DBA-4B81-A6BF-35AF9D83E912-530x641(60)

EXPOSITION / PEINTURE
Septembre 2020

Julien Janvier, diplômé de l’ÉSAVL-ARBAL, expose dans le cadre d’Espace Jeunes Artistes

Julien Janvier est artiste peintre diplômé de Master Peinture de l’ÉSAVL-ARBAL en 2017 :

« Diplômé en 2017 d’un master en peinture à l’Académie des Beaux-Arts, Julien Janvier commence sa scolarité à Saint-Luc, Liège. Son parcours artistique scolaire y avait débuté en secondaire, en infographie.Par la suite, il suit deux années en publicité, avant de se diriger vers la peinture, un domaine qui lui correspond davantage.
“Mon travail est le fruit de plusieurs années d’expérimentation et la spontanéité y garde une place très importante. Je ne cherche pas le rendu réaliste, mais tous mes sujets sont tirés du réel. La nature m’entoure et je joue avec elle, je lui offre une nouvelle piste de lecture. Cependant la nature reste avant tout un prétexte pour peindre. Le sujet, c’est la peinture.Je ne me prive pas d’enfreindre les codes picturaux,je déteste tout ce que la majorité approuve et inversement, je crée mes codes personnels. Je pars souvent de sujets simples, de formes simples, présentes dans mes dessins pour en faire quelque chose de différent. Je suis contre la notion du beau et du laid ”. Julien Janvier » (Espace Jeunes Artistes).

Il rejoint le nombre élevé de diplômés de l’ÉSAVL-ARBAL ayant participés à Espace Jeunes Artistes. Son exposition personnelle y était prévue les mois juin et juillet, mais dans les faits, coronavirus oblige, elle a été déplacée pour ce mois de novembre et décembre, et fini ainsi l’année 2020.
L’exposition personnelle se tiendra du 5 novembre au 31 décembre 2020, au Musée la Boverie. Pour patienter, visitez son site personnel.

Plus d’informations :
Page de présentation d’Espace Jeunes Artistes sur le site du Musée la Boverie

Image de gauche, Julien Janvier

mosa-9-530x342(80)

EXPOSITION / DESSIN
Octobre 2020

Deux diplômés et deux enseignants de l’ÉSAVL-ARBAL à la Galerie Nadja Vilenne

La Galerie Nadja Villenne (Liège) organise deux week-ends portes ouvertes pour son exposition collective Un autonome à dess(e)ins, basée sur la réalisation de dessins d’artistes de sa Galerie. Y participent deux artistes diplômés en Peinture de l’ÉSAVL-ARBAL, Loïc Moons et Gaëtane Verbruggen, et deux artistes-enseignants, toujours de l’ÉSAVL-ARBAL, Benjamin Monti, enseignant en Illustration à l’atelier du même nom, et Marie Zolamian, professeur en Peinture à l’atelier du même nom.
Les deux week-ends sont ceux du 10 et 11 octobre et du 17 et 18 octobre 2020.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition sur le site de la Galerie Nadja Vilenne
Image de gauche : Marie Zolamian

15.42.44-530-259(80)

1600434992-sarah-minutillo-web-530x707(60)

EXPOSITION, PERFORMANCE / INSTALLATION
Octobre 2020

Sarah Munitello et Malsy Klasen, artistes diplômées de l’ÉSAVL-ARBAL, participent à « Écho / Écart »

Pour présenter cette manifestation d’envergure, le mieux est encore de consulter ce qu’en dit le site de l’École supérieure des arts La Cambre :

« Dans le cadre du week-end d’ouverture de l’exposition IT NEVER ENDS John M Armleder & Guests à KANAL — Centre Pompidou, venez découvrir une série d’événements en direct, des conférences et workshops avec entre autres plusieurs étudiant.e.s de La Cambre pour des performances Écho / Écart.
Armleder est invité à investir, pour sept mois, les espaces du Showroom de l’ancien garage Citroën bruxellois. L’artiste y propose, en dialogue avec une série d’installations monumentales qu’il a spécifiquement pensées pour chacun des six plateaux bruts du lieu, une constellation d’expositions, d’événements et de rencontres qui offrent la possibilité de plonger dans son univers et celui de celles et ceux qu’il aime.»
(La Cambre).

Dans ce cadre, Sarah Munitello, artiste diplômée de Master en Peinture et de Master en Dessin, et Malsy Klasen, diplômée en Vidéographie, toutes deux de l’ÉSAVL-ARBAL, ont participé ou participeront à différents événements.
En effet, en tant qu’étudiante en Master en Dessin, sachant que ce Master est une collaboration avec La Cambre, Sarah Munitello a pu intégrer différents ateliers et projet de cette école. Sa participation à cette manifestation Écart / Écho en est ainsi le fruit.
Les différents événements auxquelles participent les deux anciennes étudiantes sont :

– le 26 et 27 septembre, la performance collective Showroom 0-5. Plus d’informations
– du 24 septembre au 25 avril 2021, l’exposition Showroom 0-5. Plus d’informations
– du 24 septembre 2020 au 25 avril 2021, elles seront les artistes invitées de l’exposition It never ends, de John M. Armleder. Plus d’informations

Plus d’informations :
Site Kanal Centre Pompidou
Image de gauche : Sarah Munitello

20201006_180812_3-530x384(60)

EXPOSITION / PEINTURE
Octobre 2020

Loïc Moons, diplômé de l’ÉSAVL-ARBAL, expose à nouveau

Loïc Moons, artiste récemment diplômé en Master Peinture à l’ÉSAVL-ARBAL, et qui a intégré la Galerie liégeoise Nadja Vilenne, n’en expose pas moins dans des lieux d’exposition plus confidentiels, comme ce Centre d’arts contemporains Les Brasseurs.
L’artiste intégrera le disposition de promotion des artistes émergents Antenne Jeunes Artistes / Vitrine Jeune Artiste. Il y présentera plusieurs de ces récentes peintures, dont le tableau (image de gauche) qui donnera le nom à l’exposition, Golden Boy. Présentation de la démarche plastique de l’artiste :

« Les toiles de Loïc Moons, saturées de symboles graphiques, débordent d’une énergie brutale induite par la superposition intuitive de textures colorées et de motifs foudroyants.
Imposantes et sévères, des silhouettes humanoïdes nous toisent de tout leur haut. Parmi celles-ci, des figures robotiques et autres personnages manga-esques s’inscrivent dans un univers chaotique fait d’onomatopées explosives et polychromes.
Pour sa proposition aux Brasseurs, l’artiste a choisi de libérer une de ses figures anthropomorphes de la surface de la toile, la délivrant de la contrainte du châssis et lui permettant ainsi d’incorporer un espace autre. Un détour jubilatoire, prolongement naturel de sa pratique ludique du travail de la matière et de la couleur.
Une corporalité massive, tel un Bouddha couché, conscient avec ironie de son état d’éveil, nous fait ainsi face. » (Corentin Lahaye, Les Barsseurs).

L’exposition se tiendra du 7 novembre au 19 décembre 2020, au Brasseurs donc, situé au centre de Liège, à quelques minutes de la Place Saint-Lambert.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition sur le site des Brasseurs

Avec-le-fil-des-jours-pour-unique-voyage-Les-fagnes-01-800x750(60)

Avec-le-fil-des-jours-pour-unique-voyage-Les-fagnes-00-800x750(60)

EXPOSITION / PHOTOGRAPHIE
Octobre 2020

De la peinture à la photographie, Mégane Likin, diplômée de l’ÉSAVL-ARBAL, expose en OFF au BIP 2020

L’image précédente, et la suivante, réalisées par Mégane Likin, auraient pu être deux de ses tableaux, puisqu’elle est diplômée de Master Peinture de l’ÉSAVL-ARBAL, et qu’elle expose régulièrement depuis l’obtention de son diplôme. Mais il s’agit en fait de photographies, car, parallèlement à sa pratique picturale, Mégane a développé avec succès la photographie. Elle y déploie toute sa sensibilité picturale, au point de confondre les deux médiums. Mais bien entendu, il ne s’agit pas d’un pur jeu formel, puisque l’émotion et la recherche plastique sont au rendez-vous, tout en sachant qu’elle n’est pas la première à investir avec qualité un médium a priori éloigné de sa discipline mère.

« Le fil des jours pour unique voyage
Au travers de la photographie, derrière la translucidité du papier, un travail qui résulte de pérégrinations simples de la vie quotidienne. Des allers-retours construisant un assemblage de prises de vues, qui, naturellement, deviennent l’essence même de l’inspiration. Le flux d’idées constantes, canalisées au travers de la capture photographique, devient le dessein du sujet principal. Un format papier rappelant celui sur lequel les mots se sont couchés. Partagées, parfois, des pensées ont été envoyées. La photographie et le dessin entremêlés, le matériau sert à mettre en exergue ou à dissimuler des détails oubliés. Celui-ci demande alors au spectateur d’aller puiser lui-même dans son imagerie mentale afin de deviner le détail lointain qui pourrait faire ressurgir une sensation oubliée. Sorte de trace laissée sur le papier, la photographie n’est que le souvenir d’un moment passé. Déjà oublié, il se trouve à présent presque effacé. »
(Galerie Quai4).

Dans le cadre de la Biennale de l’image possible (BIP OFF), Mégane expose ainsi à nouveau dans le champ de la photographie, avec cette exposition à la Galerie Quai4, une galerie liégeoise plutôt accès sur le médium photographique. Le titre de l’exposition, à fort pouvoir évocateur, traduit bien l’ambiance à laquelle est convié le visiteur : Le fil des jours pour unique voyage.
Cette deuxième exposition photographie d’envergure confirme que Mégane a bien l’intention de poursuivre avec force ce médium, en parallèle avec la peinture, qu’elle ne souhaite pas cependant reléguer au second plan.
L’exposition, soutenue par la Fédération Wallonie-Bruxelles, se teindra donc à la Galerie Quai4, aura lieu entre le 8 et le 31 octobre 2020. Vernissage le samedi 10 octobre 2020, avec la présence de l’artiste, comme le souligne la Galerie.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition sur le site de la Galerie Quai4
Page de présentation de l’exposition sur le site de la Biennale de l’image possible 2020