École Supérieure des Arts de la Ville de Liège > Manifestations > Diplômés >

2021

Manifestations de 2021 incluant des diplômés de l'ÉSAVL-ARBAL

C689C96A-6AA1-4A27-851C-D02583F17A95-530x663-80

EXPOSITION / PEINTURE
Janvier 2021

Julien Janvier, diplômé de l’ÉSAVL-ARBAL, vient de mettre en ligne son site personnel

Poursuivons notre découverte de sites d’étudiants ou de diplômés de l’ÉSAVL-ARBAL. Après celui d’Anne-Sophie Fontenelle, voici celui de Julien Janvier, diplômé en Master spécialisé en Peinture en juin 2017.
Ces différentes expositions, à la Boverie, à Art au Centre, à Yoko Uhoda, à la Centrale… et peut-être le confinement, ont conduit Julien Janvier à réaliser son site personnel accessible depuis seulement depuis quelques semaines. Dessins, peintures, parcours artistique… toutes les rubriques attendues s’y retrouvent, dans un cadre très professionnel, et dessinent une volonté très déterminée chez Julien Janvier de positionner sa création artistique dans le champ de l’art émergeant. Ce site est manifestement une nouvelle étape et se doit d’être découvert :

Site personnel de Julien Janvier

esavlchataigneraie2020-D

EXPOSITION EN LIGNE / MULTIDISCIPLINARITÉ
Janvier 2021

La Châtaigneraie met en ligne son exposition « De l’Académie (É.S.A.V.L.) à La Châtaigneraie 2020 »

De l’Académie (É.S.A.V.L.) à La Châtaigneraie 2020 est une exposition organisée par La Châtaigneraie et l’ÉSAVL-ARBAL. L’exposition propose les travaux artistiques des étudiants de l’ÉSAVL-ARBAL, étudiants qui ont été diplômés en juin 2020 voir en juin 2019, toutes options confondues.
Les étudiants, à présent diplômés, sont Margaux Blanchard (Vidéographie), Jan Classen (Sculpture), Moïra Deepjan (Sculpture), Lydie Dramah (Bande dessinée / Illustration), Yann Freichels (Peinture), Maxime Gillot (Bande dessinée / Illustration), Sophie Joly (Peinture), Hannah Kalaora (Peinture), Basile Kravagna (Vidéographie), Sarah Minutillo (Dessin), Erika Montagna (Sculpture), Justine Piot (Publicité), Roberta Sucato (Gravure), Cyréllie Van Den Broek (Peinture), Nell Werbert-Simon (Vidéographie).
Ce n’est pas la première fois qu’une telle exposition a lieu. Elle se présente en fait sous forme d’une biennale. L’édition 2020 était prévue fin de cette année 2020. Mais elle n’a pu avoir lieu. Nous en devinons les raisons.
L’exposition a ainsi été déplacée au mars 2021 (sous réserve d’un changement de date). D’ici là, La Châtaigneraie a eu la bonne idée de la mettre en ligne, sous forme d’une exposition virtuelle. Les jeunes diplômés y proposent leurs œuvres, contextualisés par des présentations écrites.

« “De l’Académie (É.S.A.V.L.) à La Châtaigneraie 2020
”
Découvrez l’exposition en primeur !

Depuis un certain temps, l’actualité nous empêche d’assouvir notre soif de culture. Elle a également perturbé le fonctionnement de nombreuses institutions, dont La Châtaigneraie.
Notre saison 2020 s’est vue chamboulée, des expositions ont dû être annulées, d’autres reportées…
Dans ce contexte, notre biennale “De l’Académie (É.S.A.V.L.) à La Châtaigneraie” n’a pas pu ouvrir ses portes le 20 novembre dernier.
 Et bien que nous ayons la chance de pouvoir retourner au musée depuis quelques jours, il ne sera malheureusement pas possible de mettre cette exposition sur pieds avant le printemps 2021.
En attendant de nous réunir enfin au Centre wallon d’art contemporain, nous vous avons concocté une petite “exposition virtuelle” dans laquelle vous pouvez découvrir le travail des 15 artistes fraîchement sortis de l’École Supérieure des Arts de la Ville de Liège en 2019 et 2020.
Cette expérience ne se substitue pas à une exposition bien réelle mais elle permet de valoriser le travail de jeunes plasticiens. Une des missions que La Châtaigneraie s’est fixées depuis ses débuts et un enjeu essentiel, surtout dans les moments que nous traversons.
Bonne découverte virtuelle avant de venir contempler leurs travaux à La Châtaigneraie dès le mois de mars prochain.
Nous espérons que le voyage vous plaira ! » (La Châtaigneraie).

Merci aux animateurs de La Châtaigneraie pour cette belle initiative qui met en valeur la qualité du travail des étudiants, et l’action indéfectible de La Châtaigneraie pour soutenir les artistes émergents de la scène liégeoise.

Exposition virtuelle De l’Académie (É.S.A.V.L.) à La Châtaigneraie 2020


Un catalogue est en cours de finalisation, et paraîtra uniquement sur support papier à pour l’exposition de mars 2021. L’exposition y sera actualisée, présentant les œuvres qui n’ont pu être proposées dans cette exposition en ligne vu leur nature, et surtout, proposant un vernissage…

expos_2020academiechataigneraie-1170x1419-800x970(60)

EXPOSITION / MULTIDISCIPLINARITÉ
Janvier 2021

Nouvelle date pour l’exposition « De l’Académie (É.S.A.V.L.) à La Châtaigneraie » : du 27 mars au 9 mai 2021

S’il y a bien une tradition au sein de l’ÉSAVL-ARBAL, c’est cette biennale qui se tient à La Châtaigneraie Centre wallon d’art contemporain (Flémalle, Liège).
En effet, depuis de très nombreuses années, ces deux institutions s’associent dans ce projet d’exposer les étudiants fraîchement diplômés de l’ÉSAVL-ARBAL.
Sous le titre de De l’Académie (É.S.A.V.L.) à La Châtaigneraie, cette exposition, accompagnée d’un catalogue, permet à plus d’une dizaine d’étudiants, des neufs Options de l’ÉSAVL-ARBAL d’exposer dans des conditions professionnelles :

« ‘De l’Académie… à la Châtaigneraie ou de l’école d’art…’ à l’institution muséale, pour la 9e édition de cette biennale, La Châtaigneraie présente les travaux de quinze jeunes artistes fraîchement sortis de l’Académie des Beaux-Arts de la Ville de Liège.
Dès ses débuts, le Centre wallon d’art contemporain s’est donné pour mission de promouvoir les jeunes artistes, de les aider dans les premiers moments de leur carrière et de faciliter leur passage à la vie professionnelle. Au fil du temps, de nombreux partenariats se sont établis sporadiquement avec plusieurs écoles d’art : Valenciennes (France), La Cambre (Bruxelles), Szczecin (Pologne)… mais c’est avec l’École supérieure des Arts de la Ville de Liège que les relations sont les plus étroites depuis plus de trente ans à présent.

Suite directe de la série ‘Promotions’ créée au milieu des années 80, la biennale ‘De l’Académie (É.S.A.V.L.) à La Châtaigneraie’ fêtera en 2020 sa 9e édition. Ainsi, depuis plus de quinze ans, de jeunes artistes sélectionné.es parmi les diplômé.es les deux années précédentes prennent possession des cimaises du Centre d’art.
Une occasion d’expérimenter, souvent pour la première fois, le processus global de création d’une exposition. Du choix des pièces, à la scénographie, en passant par la rédaction de textes et l’élaboration d’un catalogue. Accompagné.es par La Châtaigneraie dans cette aventure, leurs travaux sont à découvrir à Flémalle à partir du 21 novembre 2020. » (La Châtaigneraie).

Les étudiants, à présent diplômés, présenteront des travaux réalisés la plupart du temps au sein de leurs années diplômantes. Les étudiants sont Margaux Blanchar (Vidéographie), Jan Classen (Sculpture), Moïra Deepjan (Sculpture), Lydie Dramah (Bande dessinée / Illustration), Yann Freichels (Peinture), Maxime Gillot (Bande dessinée / Illustration), Sophie Joly (Peinture), Hannah Kalaora (Peinture), Basile Kravagna (Vidéographie), Sarah Minutillo (Dessin), Erika Montagna (Sculpture), Justine Piot (Publicité), Roberta Sucato (Gravure), Cyréllie Van Den Broek (Peinture), Nell Werbert-Simon (Vidéographie).
Une première date avait été programmée pour cette exposition, mais les règles sanitaires de lutte contre l’épidémie de coronavirus ont obligés de suspendre cette exposition. À la place, une exposition cette fois en ligne : De l’Académie (É.S.A.V.L.) à La Châtaigneraie 2020.
L’exposition « physique » est toujours bien programmée, avec cette nouvelle date : du 27 mars au 9 mai 2021. Vernissage le vendredi 26 mars à 18 h 30. Au vu des conditions liées à l’épidémie de coronavirus, il est conseillé de consulter le site de La Châtaigneraie en cas de changements de dernière minute, ce qui a été déjà le cas.
Cette exposition ne sera pas un simple coller/copier de l’exposition virtuelle. Outre la présentation du catalogue accompagnant l’exposition, plusieurs œuvres inédites seront proposées, dans une scénographie très étudiée, renouvelant et enrichissant la vision des œuvres en ligne.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition sur le site de La Châtaigneraie

121278015_2809804232576048_3895072675930190723_n-530x713

PUBLICATION / ALBUM BANDE DESSINÉE
Février 2021

Publication pour Lydie Dramah, diplomée de l’ÉSAVL-ARBAL

Fin janvier 2021, Lydie Dramah, récente diplômée en Master en Bande dessinée à l’ÉSAVL-ARBAL, auto-édite son album Trait d’union. Cet ouvrage mêle illustration et bande dessinée, essentiellement à partir de formes géométriques réalisées à la main, virant parfois à un travail proprement de textures, toujours à partir de forme simple sinon rudimentaire :
:

« Trait d’union est une bande dessinée expérimentale, non figurative, qui aborde une interprétation de la chimie sentimentale qui peut se créer entre deux êtres humains. L’histoire est muette, et dessinée entièrement en noir et blanc. Le récit a été réalisé en 2020, pour mon jury de fin d’études de master de bande dessinée. » (Page Facebook Lydie Dramah).

« Cette bande dessinée atypique nous emmène dans un univers résolument non figuratif, mélangeant les formes, les traits et les points.
“Ne pas laisser transparaitre mon texte de manière limpide est un choix artistique” développe Lydie Dramah. “Il est le fruit d’une réflexion trop personnelle pour être dévoilée aux yeux de tous.” Né durant le confinement, ce livre provient d’une intention narrative tournant autour de la chimie intérieure, émotionnellement, se transformant pour finir en une chimie sentimentale. Un détail : les différentes parties sont reliées entre elles par l’évolution de motifs figurant sur la première page des chapitres. Mais cette fantaisie n’est pas la seule spécificité de l’ouvrage…
L’originalité du livre graphique de Lydie Dramah, c’est la manière dont les exemplaires sont édités. L’expression “auto-édition” n’aura jamais aussi bien porté son nom. Pour preuve : même la reliure a été confectionnée par l’artiste et son compagnon. Ici, pas question de gâcher de la matière première ! “J’utilise les chutes de papier que j’ai en trop” nous révèle cette écologiste dans l’âme. “Pour d’autres illustrations ou comme cartes de visite”. » (quatremille.be).

La page Facebook de Lydie Dramah propose quelques pages de Trait d’union. D’autres auto-éditions sont en cours de réalisation.

Plus d’informations :
Page Facebook de Lydie Dramah

A1CR0YQf4CL-530x726-50

PUBLICATION / ALBUM BANDE DESSINÉE
Février 2021

Vink, d’immigré à auteur de bande dessinée reconnu, via l’ÉSAVL-ARBAL

Le site d’informations RTBF.be nous informe fin janvier 2021, que « Le dessinateur Vink donne 170 planches originales à la Ville de Liège ». Quel lien avec l’ÉSAVL-ARBAL ?
Vink, de son vrai nom Vinh Khoa, est né au Viêt Nam. Face à la guerre dans son pays, il s’est réfugié en Belgique. Il a ainsi été étudiant entre 1974 et 1977 à l’ÉSAVL-ARBAL. Par la suite, il est devenu un auteur de bande dessinée reconnu (scénario, dessin, coloriage…), et a su en faire son métier. Il a publié de nombreux albums.

« C’est un coloriste hors pair et l’un “des plus talentueux dessinateurs réalistes de bande dessinée.”. Il a reçu le Grand Prix Saint-Michel en 1985 pour le second volume du Moine fou.”. » (Wikipédia).

Après une carrière artistique de premier plan, il a pris sa retraite il y a 5 ans, et vient de décider de donner 170 planches de sa production aux musées de la Ville de Liège :

« Parce que je me sens toujours redevable vis-à-vis de la Belgique qui m’a bien accueilli. Je suis arrivé ici en 1969 en pleine guerre du Vietnam. J’avais 19 ans. Mes parents m’ont envoyé ici. S’ils ne l’avaient pas fait, je serais mort.
J’ai étudié trois ans à l’Académie des Beaux-Arts et en sortant, j’ai eu l’opportunité d’entrer chez Tintin. Le rédacteur en chef m’a proposé de raconter des contes et légendes du Vietnam. Et c’est comme ça que je me suis lancé dans le métier, comme dessinateur et comme scénariste. » (François Braibant, RTBF.be).

Dans une période de morosité, voire de perte de repères, chez certains étudiants, le parcours de Vink est peut redonner que confiance dans un avenir possible chez les étudiants.

Plus d’informations :
Page de présentation de Vink sur le site de Wikipédia
Page de consultation de Le dessinateur Vink donne 170 planches originales à la Ville de Liège, François Braibant, 26 janvier 2021, RTBF.be

cosmogonie1_modifié-530x500-80

EXPOSITION / PEINTURE
Février 2021

Un site tout en couleur pour Stéphanie Defays, diplômée de l’ÉSAVL-ARBAL

Nous poursuivons notre série de présentation de sites personnels artistiques d’artistes diplômés de l’ÉSAVL-ARBAL, en ces temps d’épidémie de coronavirus, où les expositions sont plutôt rares, et avec les mesures sanitaires, pas nécessairement engageantes.
Reste ainsi les sites personnels des artistes. Ils sont nombreux, et ce, d’autant que la réalisation d’un site porfolio artistique est devenue une nécessité pour un parcours d’intégration socio-professionnelle réussi du jeune diplômé en art.
Ainsi Stéphanie Defays, diplômée de l’ÉSAVL-ARBAL, propose-t-elle son site. Entres autres, elle y décrit son parcours scolaire. D’abord une licence en Histoire de l’art, puis un Master spécialisé en Peinture à l’ÉSAVL-ARBAL, obtenu en 2015. Depuis lors, Stéphanie Defays partage son temps entre ses recherches sur la couleur, la participation à des expositions, l’enseignement et la gestion culturelle.
Sur son site, nous découvrons aussi la traditionnelle rubrique Textes. Y figurent ainsi plusieurs textes de critiques d’art, dont celui d’André Delalleau, Directeur de l’ÉSAVL-ARBAL :

« Stéphanie Defays explore de façon systématique et symbolique les possibilités de la couleur, recherche d’intériorité mêlée de méditation et de spiritualité. Sur les traces de Claude Monet, de Mark Rothko ou de Barnett Newman, elle s’émancipe de ces influences respectables pour développer un travail de la couleur-lumière offrant toujours des résultats singuliers, graphiques et poétiques. » (André Delalleau).

Un texte qui donne ainsi envie de (re)découvrir son site :

Site personnel de Stéphanie Defays

affiche-exposition-BOOTH14-3-1537x2048-530x706-50

EXPOSITION / PEINTURE, SCULPTURE, INSTALLATION
Février 2021

Exposition collective pour Andrea Radermacher, diplômée de l’ÉSAVL-ARBAL, et Laurent Impeduglia, professeur à l’ÉSAVL-ARBAL

Artiste diplômée du Master en Gravure à l’ÉSAVL-ARBAL, Andrea-Radermacher-Mennnicken a intégré la Galerie Delphine Courtay (Strasbourg, France) récemment, au même titre que Laurent Impeduglia, professeur de Dessin à l’ÉSAVL-ARBAL. Tous les deux présenteront une sélection d’œuvres originales de petit format ainsi que des œuvres sur papier pour une exposition intitulée Booth • E14 :

« Née en 1964 à Eupen (Belgique), Andrea Radermacher-Mennicken vit et travaille à Raeren en Belgique. Après des études de peinture aux Beaux-Arts à Liège, elle expose ses œuvres depuis 2011 en Allemagne et Belgique principalement. En octobre 2019, elle reçoit un Prix pour l’art féministe à l’IKOB – Musée d’art contemporain d’Eupen en Belgique. Ses images gravées, photographiées, peintes, ainsi que ses objets et installations questionnent les projections de soi dans nos relations à l’autre, notre perception de soi à travers le regard de l’autre, et l’évolution de celle-ci dans le temps, à travers les âges et les générations. » (Galerie Delphine Courtay).

L’exposition se déroulera du 21 janvier au 27 février 2021.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition sur le site de la Galerie Delphine Courtay

137201962_10160678534909832_8471023412879615003_o-530x209-100

EXPOSITION / BANDE DESSINÉE, ILLUSTRATION
Février 2021

Laurent Danloy, diplômé de l’ÉSAVL-ARBAL, aux commandes de « CRAIE », qui s’expose au Comptoir du livre

Comme il le note sur son site, Laurent Danloy a été licencié en Arts graphiques au sein de l’ÉSAVL-ARBAL en 2003. Aujourd’hui, sa charge d’enseignement à la Haute école Sainte-Croix de Liège lui permet de poursuivre sa création graphique. Ainsi vient-il d’organiser au sein du Comptoir du livre (Liège), l’exposition CRAIE Exposition – Laurent Danloy & Co. Elle propose au visiteur une mise en espace de CRAIE, un fanzine alliant l’illustration, la bande dessinée et les arts graphiques :

« CRAIE est un fanzine créé par l’artiste plasticien Laurent Danloy. Il envisage ce support comme un terrain de jeu spontané, mais aussi comme un lieu de rencontre. La seule contrainte est de travailler l’éphémère pour l’inscrire dans une microédition tirée à 60 ou 70 exemplaires. L’édition compte à présent sept numéros, certains opérés en solo et d’autres en collaboration. » (Stay Happening).

L’exposition permettra ainsi de découvrir ce fanzine dans son ensemble. Elle aura lieu au Comptoir du livre du vendredi 15 janvier au samedi 13 février 2021.

Plus d’informations :
Présentation de l’exposition sur le site de Stay Happening
Page Événement Facebook de l’exposition
Site Le Comptoir du livre

BD-Jeunes-talents-quai-bulel-s2020-530x737-50

PUBLICATION / BANDE DESSINÉE
Février 2021

Jean Cremers, diplômé de l’ÉSAVL-ARBAL, primé aux « Jeunes Talents Bande dessinée », organisés par Quai des Bulles

Jean Cremers est diplômé en Bande dessinée de l’ÉSAVL-ARBAL. Dans le cadre du Concours Jeunes talents 2020 Bande dessinée, il a reçu le Grand Prix Jeunes Talents 2020, à partir d’une sélection de 16 candidats finalistes.
Ce concours est organisé par Quai des Bulles. Cette association organise festival, exposition, atelier, rencontre… et concours. Elle est située à Saint-Malo (France).

Plus d’informations :
Page de présentation du Concours Jeunes Talents 2020 sur le site de son organisateur, Quai des bulles

c4b92ce9-b6b2-4f12-84c1-5d1d230030c9-530x241-90

EXPOSITION / DESSIN, ILLUSTRATION
Février 2021

Léone Dethier, diplômée de l’ÉSAVL-ARBAL, est à Espace Jeunes Artistes jusque fin mars 2021

Léone Dethier a obtenu son diplôme de Master Bande dessinée à l’ÉSAVL-ARBAL en juin 2020. Aujourd’hui, elle expose dans le cadre du programme Espace Jeunes Artistes :

« La Ville de Liège souhaite offrir à des artistes liégeois, œuvrant dans le domaine des arts plastiques, l’opportunité d’accéder à un espace d’exposition spécifique au sein de la Boverie.
Ce projet s’adresse aux jeunes artistes, mais aussi à ceux dont la démarche, indépendamment de l’âge, est récente / nouvelle et qui n’ont pas ou peu proposé d’exposition à titre personnel. Les œuvres qui sont présentées doivent s’accorder aux priorités d’un musée d’art contemporain.
Les objectifs de ce projet sont multiples. Il s’agit de permettre aux artistes d’accroître la visibilité de leurs travaux, mais aussi d’être confrontés aux contraintes de la mise en place d’une exposition dans un espace précisé. L’importance accordée à la création contemporaine doit permettre de mettre en avant des travaux originaux, novateurs.
Toutes les disciplines des arts plastiques sont prises en compte (peinture, sculpture, arts graphiques, textiles, multimedia, installations, vidéo…). » (Liège Musées).

Une initiative très appréciée des jeunes artistes diplômés de l’ÉSAVL-ARBAL. On ne compte plus leur nombre à y avoir participé. Preuve s’il en était besoin que cette initiative portée Liège Musées correspond un réel besoin : avoir une exposition personnelle dans des conditions professionnelles dans un des musées les plus en vue de la région liégeoise.
L’exposition de Léone Dethier s’inscrit donc dans cette perspective. Elle s’intitule Colombophobie, et donc, a pour thème les pigions :

« Recto verso prolifique au grain gris et caractère incertain. En quelques battements d’ailes, la technique du monotype accroche. Et reflète par ses ombres et textures une esthétique et une poésie qui lui sont propres.
Mettre en place des stratagèmes pour cacher. Puis d’autres, pour montrer. Voir et se voir, à travers ces oiseaux de la grisaille.
Le pigeon des villes.
Être parmi eux, être parmi nous. Les pigeons sont mal-aimés. Certains ont peur qu’ils nous envahissent. D’autres les nourrissent en prenant des risques. Un pigeon c’est aussi quelqu’un qui s’est fait plumer. Dépossédé par ses illusions. » (Léone Dethier, Musée La Boverie).

L’exposition a démarré depuis le 4 février 2021. Mais il reste encore un bon mois pour la visiter, puisqu’elle ne se clôturera que fin mars 2021, le 28 mars exactement.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition sur le site du Musée La Boverie
Page de présentation de la procédure pour s’inscrire à l’Espace Jeunes Artistes sur le site Liège Musées

doc00481620170927072619_small-530x679-70

EXPOSITION / MULTIDISCIPLINAIRE
Février 2021

Exposition pour Denis Verkeyn, artiste issu de l’ÉSAVL-ARBAL

Exposition personnelle pour Denis Verkeyn, artiste diplômé en Master en Sculpture à l’ÉSAVL-ARBAL. Il y présentera essentiellement des dessins, mais sa pratique plasticienne le pousse aussi à la peinture, à la photographie, à la vidéographie.

« Face au travail de Denis Verkeyn, il me paraît important de distinguer ici un mode de peinture fait d’intériorité, j’entends par là une œuvre qui appelle à s’en approcher, une vision silencieuse qui nous renvoie à nous-mêmes, à la réflexion, à la méditation que l’on peut retrouver chez les peintres intimistes. Cependant, il s’agit aussi d’un mode de peinture qui s’impose de manière directe, et donc quelque part, une peinture d’extériorité. Par la subtile concordance des teintes et des contrastes, l’œuvre dégage une intensité remarquable. La facette symboliste est un élément majeur dans le travail de l’artiste, constitué d’un ensemble de signes qui lui sont propres et tiennent de son langage, venant s’y ajouter une recherche soigneusement élaborée de la composition et de l’occupation de l’espace. Il apparaît également, à travers chaque pièce, une réduction à l’essentiel de la réalité. La distribution des aplats et des formes épurées relève non seulement d’une caractéristique poétique, mais aussi d’une réussite quant à la puissance de la peinture harmonisant savoir, maîtrise et sensibilité. » (Marc Demeester, source).

L’exposition personnelle a eu lieu à la Fondation Roger Jacob, du 13 octobre 2020 au 31 janvier 2021.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition sur le site de la Fondation Roger Jacob

Bonne+image+joao-53àx531-60

EXPOSITION / PEITNURE
Février 2021

João Costa Leal, diplômé en Peinture à l’ÉSAVL-ARBAL, en exposition personnelle aux Brasseurs

João Costa Leal a été diplômé en Master Peinture à l’ÉSAVL-ARBAL. Après sa participation à une exposition collective au sein de la Galerie des beaux-arts de Liège en 2018, il propose aux Brasseurs (Liège) une exposition, personnelle cette fois, sous l’intitulée Fugue en avant :

« Il n’y aura pas de bateau, et pourtant la logistique était bien rodée, nos manches déjà retroussées, la remorque à la voiture, attachée. De bateaux, il en est était question depuis des mois : déployés dans l’espace des Brasseurs, comme on l’imaginait, toutes voiles dehors ou baissées, leurs coques fondues ou cendrées, en lévitation ou sectionnées, alignées ou encerclées.
Pas de sabordage pour autant. Un changement de cap soudain, telle une fuite en avant. L’impossible voyage se mue en une fugue, et João nous y emmène. Pas de regrets. Cette déviation est une délivrance. La pièce centrale, devenue fantôme, laisse alors place aux subtils éléments jalonnant les multiples recherches picturales et performatives de l’artiste, dévoilant plus intimement sa quête ininterrompue de complétude vers laquelle il tend mais qu’il sait inaccessible. Plus de quoi détourner l’attention de cet invisible essentiel. » (Corentin Lahaye, source).

L’exposition se déroulera du 3 mars au 10 avril 2021, le vernissage le 27 février, de 14 h à 19 h.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition sur le site des Brasseurs

IMG_0153-530x353-60

EXPOSITION / PEITNURE
Février 2021

Issue de l’Option en Illustration, Manon de la Kethulle expose aux Brasseurs

Manon de la Kethulle expose dans le cadre de la Vitrine Jeune Artiste au sein des Brasseurs, espace de création contemporaine. Manon de la Kethulle a été diplômée en Master en Illustration à l’ÉSAVL-ARBAL. Son exposition s’intitule Pyjama Part, est présent un univers tout en poésie et en nostalgie :

« Jusqu’à l’âge de 14 ans, Manon conserve une adoration pour les poupées Barbie, qu’elle perçoit comme une extension d’elle-même : une version plus évoluée, plus affirmée.
À travers elles s’ouvre un univers parallèle où les aventures les plus extravagantes sont de mise.
Sa créativité s’exprime sous forme de jeux de rôles, de home-made-outfits, de coupes de cheveux sauce punk et de maquillages au Bic bleu des plus seyants pour un regard de braises. Ces poupées n’ont rien de fadasse. Sur leur pare-choc plastique se greffent des personnalités chromées de belles et folles jeunes femmes, prêtes à tout, surtout au pire. La chambre-cocon devient lieu de tournage pour des scènes hautes en couleurs. Ses personnages s’y sentent libres et en sécurité. Les murs de sa forteresse se couvrent d’un patchwork d’images-icônes découpées dans des magazine féminins : une manière de s’approprier entièrement l’espace, de pour la première fois avoir une chambre à soi.
Le temps passe. La lumière avale les couleurs criardes et les recrache, plus ternies. Un arrêt sur image nostalgique d’un état d’entre deux qui s’est si vite enfui. Une mise à nu au vu et au su de tous. L’intimité de la chambre exposée aux passants. Joli contraste. » (Pauline Salinas Segura, source).

se déroulera du 3 mars au 10 avril 2021, le vernissage le 27 février, de 14 h à 19 h.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition sur le site des Brasseurs

Maria-Vita-Goral-cover-Flux-84-530x853-70

PUBLICATION / PHOTOGRAPHIE
Février 2021

Une œuvre de Maria Vita Goral, diplômée de l’ÉSAVL-ARBAL, en couverture de Flux News

Maria Vita Goral a été diplômée de Master en Peinture l’ÉSAVL-ARBAL en 2018. Son œuvre, Gun Flower, fait la couverture du dernier numéro de Flux News, le 84 :

« En couverture du Flux, Maria Vita Goral, jeune artiste ukrainienne vivant et travaillant à Liège nous fait partager son jardin secret et nous apporte un peu de fraicheur et d’insouciance. Cultiver son jardin intérieur de manière poétique est peut-être pour l’artiste la dernière liberté qui lui reste… En intitulant son image “Gun Flower” Maria n’est pas dupe. L’insouciance affichée a ses limites. Défendre son jardin secret, rester fidèle à ses idéaux, devient une bataille de chaque instant dans ce monde déboussolé. » (Flux News).

Plus d’informations :
Site Flux News

CoverCatalogueESAVL_Def-800x1100-40

EXPOSITION / MULTIDISCIPLINARITÉ
Mars 2021

Dans le cadre de l’exposition « De l’Académie (É.S.A.V.L.) à La Châtaigneraie », La Châtaigneraie publie, avec la participation de l’ÉSAVL-ARBAL, le catalogue d’exposition

Une nouvelle édition de De l’Académie (É.S.A.V.L) à la Châtaigneraie a été programmée à partir de fin mars 2021. Elle permet à de très récents diplômés de l’ÉSAVL-ARBAL, d’exposer dans des conditions professionnelles au Centre wallon d’Art contemporain – La Châtaigneraie (Flémalle, Liège).
Comme pour chaque édition, La Châtaigneraie publie un catalogue accompagnement de l’exposition. Celui contient les présentations des jeunes diplômés en art, de même que de nombreuses reproductions de leurs œuvres. L’avant-propos est signé de M. Delalleau, Directeur de l’ÉSAVL-ARBAL :

« Avant-propos

À l’heure où nous écrivons ces lignes, nous souhaitons mettre en lumière la vivacité et la fraîcheur artistique d’une quinzaine de diplômés des promotions 2019 et 2020 de l’É.S.A.V.L.-Académie Royale des Beaux-Arts.
Dans cette période Covid où l’incertitude règne en maître, l’organisation d’une telle exposition reste tributaire d’une situation qui nous échappe.
Cependant, si une crise sanitaire peut imposer une pause artistique et culturelle, elle ne doit pas nous faire oublier que l’art et la culture sont les plus-values intemporelles qui différencient la vie de la survie. Sans art et sans culture, la survie n’a pas de sens.
Pour toute personne cultivée, ce qui précède est d’une banalité confondante.
Pourtant, les restrictions sanitaires sont souvent épinglées de commentaires, politiques ou médiatiques, qui réduisent la culture à un loisir cosmétique ou à des parts de marché sordides, qui réduisent la condition humaine à la vie organique ou consumériste.
Mais, à la suite de ce petit texte, vont défiler des images, des pratiques et des idées esthétiques, poétiques, philosophiques, sociologiques et spirituelles. Là, se trouve notre nourriture.
Dans ce contexte rare, où l’empathie et l’amitié cohabitent avec l’exigence et le professionnalisme, cette énième collaboration entre La Châtaigneraie et l’É.S.A.V.L. nous donne à voir une nouvelle génération prendre son destin en main, sans résignation.

André Delalleau
Directeur de l’École Supérieure des Arts
de la Ville de Liège – Académie des Beaux-Arts

Le catalogue sera à disposition dès le vernissage de l’exposition, prévu le vendredi 26 mars, à partir de 18 h 30. Au vu des conditions liées à l’épidémie de coronavirus, il est conseillé de consulter le site de La Châtaigneraie en cas de changements de dernière minute, ce qui a été déjà le cas.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition sur le site de La Châtaigneraie

site-530x271

EXPOSITION / PEINTURE
Mars 2021

Stéphanie Defays, diplômée de l’ÉSAVL-ARBAL, en exposition collective à Quai4

Stéphanie Defays est une artiste peinture diplômée en Master spécialisé en Peinture à l’ÉSAVL-ARBAL en 2015. Elle participe avec six autres artistes à l’exposition Sensation Couleur, organisée par la Galerie Quai4 (Liège) :

« Stéphanie Defays explore de façon systématique et symbolique les possibilités de la couleur, recherche d’intériorité mêlée de méditation et de spiritualité. Sur les traces de Claude Monet, de Mark Rothko ou de Barnett Newman, elle s’émancipe de ces influences respectables pour développer un travail de la couleur-lumière offrant toujours des résultats singuliers, graphiques et poétiques. » (André Delalleau, 2015, source Quai4).

L’exposition aura lieu 3 avril au 8 mai 2021, le vernissage, le samedi 3 avril.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition sur le site de la Galerie Quai4

162350148_4201665779866044_6978062620064270834_o-530x253-90

EXPOSITION / DESSIN, PEINTURE, SCULPTURE, INSTALLATION
Février 2021

Trois diplômés de l’ÉSAVL-ARBAL sélectionnés pour le Prix du Luxembourg 2021 du CACLB

Quatorze artistes ont été sélectionnés pour participer à l’exposition du Prix du Luxembourg qui ouvrira la saison 2021 du Centre d’Art Contemporain du Luxembourg belge (CACLB) sur le site de Montauban-Buznenol : Elise Claudot, Arthur Delhaye, Igor Dieryck, Naomi Gilon, Maxime Gougeon, Amine Jaafari, Lucas Leffler, Marie Aude, Émile Pierret, Julie Roland, Cléo Totti, Laurent Trezegnies, Carole Wilmet, Jérôme Wilot Maus. Parmi ceux-ci, trois artistes ont été diplômés à l’ÉSAVL-ARBAL Élise Claudot, Maxime Gougeon, et Laurent Trezegnies. Présentation de leurs œuvres et de leurs démarches :

« Élise Claudot
Installation “Écran de fumée”
Le théâtre d’ombres “Écran de fumée” donne un aperçu de ce qui se trouve au-delà des apparences, derrière l’écran, l’inatteignable est presque à notre portée.
Élise Claudot, artiste plasticienne, réalise des installations in situ en collaboration avec la nature où l’eau et le feu se mêlent aux matières récoltées à travers des gestes ritualisés.
Rythmés par les saisons, les éléments naturels façonnent ses créations. L’arbre est omniprésent dans sa recherche du vivant, témoin de notre Histoire avec la Terre. Au fil du temps, la fibre de laine s’est substituée au pinceau pour lui permettre un contact direct avec la matière.
Feutrée à la main, cette membrane animale, maternelle, tisse un lien entre l’humain et la nature. Elle met en lumière des instants éphémères et devient la traduction d’un lieu de réconciliation entre deux mondes intimement liés, qui parfois s’opposent, tantôt s’attirent.

Maxime Gougeon
Une lumière se fragmente sur un corps. Une peau transpire. Un drap se froisse. Une ombre naît et des couleurs se confondent. Toutes ces manifestations, dessinent-elles des fictions ?
Qu’est-ce qu’une narration ? Comment prend-elle forme ?
Ici, quatre photographes sont mis à l’honneur : Polly Alderton, Florian Hetz, Jenny Saville et Glen Luchford. Le principe est simple : collectionner des images, les classer, les ordonner, les sélectionner et les reproduire. Un lien narratif prend de l’essor et c’est une autre œuvre qui naît.
Les histoires sont lentes, presque immobiles. Elles nous invitent au voyage intérieur et éveillent ce qui me touche particulièrement : la contemplation.
Oubliez la narration classique, l’essentiel d’une histoire est la métamorphose d’un instant, c’est l’instabilité. C’est un nœud que l’on ne peut s’empêcher de dénouer. C’est un déséquilibre qui nous intrigue.

Laurent Trezegnies
Ma pratique picturale m’a conduit à exploiter des matériaux industriels variés, dont la capacité expressive est généralement tenue pour inexistante. Je les détourne de leur usage habituel pour les intégrer dans un travail à portée esthétique et plastique. J’illustre par des installations in situ la richesse expressive du trait et de ses interprétations. Je questionne le langage du trait ou du “dessin” au sens élargi. En quoi peut-il être appliqué à des formes environnementales et proposer une nouvelle vibration ?
Dans ce contexte, je propose une intervention en dialogue avec le paysage : les petites
lignes suspendues des jalons se déploient à la manière d’un balisage qui va souligner le contour de l’étang, dans le but de créer une mise en lumière de son dessin dans l’espace. »
(CACLB).

Le lauréat sera désigné lors de l’ouverture de l’exposition, le samedi 17 avril 2021 à 16 h. La L’exposition est accessible du 17 avril au 30 mai 2021. Le tout sur le site de Montauban-Buznenol.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition sur le site du CACLB

masque1-768x512-530x353-70

EXPOSITION / PEINTURE
Avril 2021

Des artistes diplômés et des enseignants de l’ÉSAVL-ARBAL à la Cité Miroir

Des artistes diplômés et des enseignants de l’ÉSAVL-ARBAL participent à Apnée culture confinée. Les artistes diplômés sont Hannah Kalaora (image d’une de ses peintures, à gauche), Mikael Koçak, et Usha Lathuraz. Présentation du travail de cette dernière, par André Delalleau. Il a été son ancien professeur de Peinture et est aujourd’hui directeur de l’ÉSAVL-ARBAL :

« Le travail d’Usha Lathuraz est un travail d’écoute et d’observation. Écoute de souvenirs, des images et moments apparemment légers et intimes mais qui finissent par prendre une épaisseur, celle de la nostalgie, du temps et des êtres qui passent.
Écoute des matériaux de l’art, des accidents de leur pratique ou surgit l’étonnement, la relation imprévue.
L’expérience de la peinture, de la vidéo, de l’écriture, de l’installation font écho à la résurgence mémorielle, elles se rejoignent pour ne former qu’un.
Des techniques ou des objets évoquent le souvenir, le souvenir convoque des techniques ou des objets, juste retour sur soi, entre analyse et sentiment.
Travail et démarche d’évocation calme, d’observations patientes mais tenaces, de recherche ouvertes et téméraires, l’œuvre d’Usha Lathuraz est toujours en devenir, mais contient déjà les bases solides d’une personnalité afirmée. » André Delalleau

Nous rencontrerons aussi à cette exposition des travaux d’artistes qui enseignent à l’ÉSAVL-ARBAL : Ronald Dagonnier, professeur en Arts numériques et Thierry Grootaers, professeur en Peinture.
L’exposition a lieu à la Cité Miroir, du 2 au 30 avril 2021.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition sur le site de la Cité Miroir

2031-530x420(80)

PRIX
Avril 2021

Élise Claudot reçoit le Prix du Luxembourg 2020

Elle faisait partie des quatorze sélectionnés pour ce Prix du Luxembourg 2020 décerné par le Centre d’Art Contemporain du Luxembourg belge (CACLB), Élise Claudot, artiste diplômée de l’ÉSAVL-ARBAL, a été désignée lauréate du Prix du Luxembourg 2020. Elle a été diplômée en 2012 en Master spécialisé Peinture. Ce n’est pas le premier prix qu’elle reçoit : elle avait déjà été lauréate du Prix Pauline Jamar. Plus d’informations sur elle, sa démarche et sa production sur son site personnel. L’exposition qui s’en suit est accessible du 17 avril au 30 mai 2021.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition sur le site du CACLB

REGENERATE_WEBSITE_VISUAL_2feb56a113970e8dfebe37333bf2a719-530x333(80)

EXPOSITION / MULTIDISCIPLINAIRE
Avril 2021

Eva L’Hoest, diplômée de l’ÉSAVL-ARBAL, expose au WIELS, tout comme Marie Zolamian, professeur à l’ÉSAVL-ARBAL

Eva L’Hoest n’en finit pas d’exposer. Cette artiste diplômée de l’Option en Vidéographie de l’ÉSAVL-ARBAL, en finalité approfondie, a déjà a son actif plus d’une vingtaine d’expositions, dont certaines de niveau international, comme la Biennale d’Art contemporain de Lyon.  La voici aujourd’hui parmi les artistes sélectionnés pour l’exposition Regenerate organisée par le WIELS, pour un thème d’exposition d’actualité :

« Rassemblant un grand nombre d’artistes, Regenerate offre une vision actuelle à la fois joyeuse, critique, prudente et optimiste, au fil d’œuvres récentes créées par des artistes en Belgique (avec des escapades occasionnelles au-delà des bulles et des frontières).
Explicitement ou implicitement, les œuvres sélectionnées témoignent de la revitalisation que l’art peut offrir. En se concentrant sur des productions récentes, le projet explore ce qui a émergé durant cette période teintée d’imprévisibilité et d’isolement, et analyse comment la pandémie et son impact ont, jour après jour, sculpté nos imaginaires.
La société humaine fait preuve d’une résilience et d’un pouvoir de régénération remarquables. Après chaque cataclysme, qu’il soit provoqué par l’homme, par la nature, ou (comme c’est souvent le cas) par une combinaison des deux, les communautés se relèvent, se secouent et repartent de plus belle. Un processus de reconstruction qui s’accompagne la plupart du temps de bouleversements, mais la remise à zéro des compteurs engendre également toujours de nouvelles priorités et des schémas comportementaux nouveaux.
De tous temps, les artistes ont été d’excellents baromètres de ces périodes de renouveau, ouvrant la voie en témoignant de nos combats et de notre confusion. Ces derniers mois d’isolement social ont offert l’opportunité de se réévaluer, de se questionner soi-même mais aussi de s’interroger sur les comportements de la société, d’imaginer ce qui pourrait devenir le “nouveau normal”. Pour tout le monde, cela a révélé ce qui était superflu, ce qui était essentiel, même si les conclusions tirées sont loin d’être universelles. Il est trop tôt pour savoir quel type de société émergera de la pandémie de Covid-19 – ou quand elle se calmera au niveau global –, mais WIELS saisit ce moment pour explorer de nouvelles formes de présentation publique.
WIELS propose de partager ses ressources avec de nombreux acteurs de sa communauté artistique, créative et intellectuelle. En tant que centre artistique, le WIELS offre avant tout un espace d’attention publique : aux praticiens, à leurs pratiques et idées. Regenerate vise donc à fournir cette attention sous forme d’une plateforme publique accompagnée d’un soutien financier, intellectuel et logistique pour les pratiques qui ne peuvent compter sur les mécanismes du marché de l’art, de plus en plus instables et de moins en moins fiables. À cette époque où le digital ne cesse de gagner du terrain, WIELS privilégie les rencontres interpersonnelles et avec les œuvres d’art, auxquelles les médias sociaux et les interactions en ligne ne pourront jamais se substituer. »
(WIELS).

Parmi les autres artistes exposants, Marie Zolamian, professeure de Peinture de l’ÉSAVL-ARBAL.
L’exposition est visible du 1er mai au 15 août 2021.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition sur le site du WIELS

182667543_3934034930018959_5957983002306901055_n-530x950-50

EXPOSITION / ILLUSTRATION
Mai 2021

Jo Delannoy, issu du Master Illustration, expose à Liège

Ce n’est que très récemment que Jo Delannoy a obtenu son diplôme de Master en Illustration au sein de l’ÉSALV-ARBAL. Depuis lors, il expose régulièrement. C’est le cas avec cette exposition Hello belle plante ! au sein de la Maison Arc-en-ciel de Liège.
L’exposition se tient du vendredi 7 mai au 28 mai 2021, de 14 h à 22 h.

609b6caa7b50a61692bcef19-530X278-80

EXPOSITION / INSTALLATION VIDÉO, ART NUMÉRIQUE
Mai 2021

Eva L’Hoest, diplômée de l’ÉSAVL-ARBAL, sera au Botanique à partir de septembre 2021

Diplômée du Master Approfondi de l’Option de Vidéographie de l’ÉSAVL-ARBAL, Eva L’Hoest participe au programme MAGMA, de la 10e Triennale d’Ottignies-Louvain-la-Neuve, placée cette année sous le signe de la fluidité :

« Eva L’Hoest travaille les images virtuelles. Elle explore les limites de cette technologie complexe, dont elle démontre le potentiel artistique. Elle nourrit cet univers par un système élaboré d’images mentales, de souvenirs, de réminiscences, de mythes. L’importance de la mémoire, de son irréelle subsistance, se matérialise ainsi dans des tensions, des images fortes, une lenteur ou des ralentis, des bruits de fond imperceptibles ou des jeux de lumière. Elle plonge ainsi le spectateur dans un état second, synesthésique, comme happé dans un monde où sens et réflexions sont suspendus. » (10e Triennale d’Ottignies-Louvain-la-Neuve).

Dans ce cadre, le Botanique lui propose une exposition personnelle :

« L’artiste poursuit avant tout l’exploration de la mémoire et de son infime et étrange réalité subsistante. Pièces après pièces, l’artiste s’approprie les technologies de son contemporain pour révéler à la fois leur nature de prothèses d’appréhension du monde et leur potentiel en tant que médium artistique.
Son travail a été récemment présenté à l’exposition “Un autre monde // Dans notre monde” au Frac Grand-Large Hauts-de-France à Dunkerque, à la Biennale de Riga “And Suddenly it All Blossom” (Lettonie), “Shapeshifters” au Malmö Museum (Suède), “Signal” à Friche La Belle de Mai, la quinzième Biennale de Lyon “When water come together with other water”, la Triennale Okayama Art Summit 2019 “IF THE SNAKE”, Okayama (Japon), “Suspended time, Extended space” Casino Luxembourg (Benelux), “Fluo Noir”(BIP2018, Liège, Belgique. Depuis 2018, ses films ont été programmés aux Rencontres Internationales Paris-Berlin, sous la forme d’une performance au IFFR à Rotterdam, Images-Passage à Annecy et au MACRo Museum à Rome. » (Le Botanique).

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition sur le site du Botanique
Page de présentation de l’exposition sur le site de la 10e Triennale d’Ottignies-Louvain-la-Neuve

cbff1c0243125883d80b7f9ac661e3878ff74dad75bbb3ef44bc7f11169177fd-530x374-80

EXPOSITION / DESSIN
Mai 2021

Exposition de Yann Friechels, diplômé de l’ÉSAVL-ARBAL

Dans le cadre d’ELEMENTS Projet eurégional 2021, au travers de son espace d’exposition la Brasserie Haecht, l’Espace 251 Nord résente une exposition de dessins de Yann Freichels, diplômé en Master Peinture. L’exposition, intitulée Est perdu, ce qu’il en reste, se déroulera à la Brasserie Haecht, 6, rue de la Brasserie, Liège. Ouverture le vendredi 21 mai 2021, de 17 h. à 21 h. Du 21 au 30 mai, de 14 à 18 heures. Fermé les 24 et 25 mai 2021.

Plus d’informations :
Site d’Espace 251 Nord

13.19.11-530x349-60

EXPOSITION
Mai 2021

Andrea Radermacher-Mennicken, diplômée de l’ÉSAVL-ARBAL, en exposition collective

Exposition collective D’une image l’Autre pour Andrea Radermacher-Mennicken, diplômée de l’ÉSAVL-ARBAL. Elle y poursuit sa recherche plastique poétique à partir d’objets du quotidien, cette fois-ci, autour de la figure d’Eleonor Marx :

« Andrea Radermacher-Mennicken (Eupen, 1964) se penche sur la personnalité complexe d’Eleanor Marx. L’artiste pluridisciplinaire présente une série de pièces créées à partir de matériaux marqués par l’usage quotidien, des archétypes appartenant au domaine féminin auxquels elle offre une autre vie transgressive sans dénuement poétique. » (Galerie Triangle bleu).

L’exposition est organisée par la Galerie Triangle bleu (Stavelot) et a démarré le 21 février 2021, pour se clôturer le 30 mai 2021, et reprendre du 4 juillet au 19 septembre 2021 (du vendredi au dimanche de 14 h à 18 h 30 ou sur rendez-vous).

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition sur le site de la Galerie Triangle bleu

sans-titre-fusain-surr-papierencadré71x91cm-2021-2-530x410-50

EXPOSITION / DESSIN
Mai 2021

Charles-Henry Sommelette, de l’ÉSAVL-ARBAL, expose à Bruxelles

Artiste liégeois, diplômé de l’ÉSAVL-ARBAL, Charles-Henry Sommelette expose à Bruxelles, en la Galerie Baronian Xippas. Il y présentera ce qui a fait sa réputation, des paysages noir et blanc réalisés au fusain et graphite su papier dégageant une impression d’étrangeté poétique. À découvrir du 10 juin au 17 juillet 2021.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition sur le site de la Galerie Baroniau Xippas

13.56.38-530x753-60

EXPOSITION
Mai 2021

Exposition personnelle pour Andrea Radermacher-Mennicken, diplômée de l’ÉSAVL-ARBAL

Exposition personnelle pour Andrea Radermacher-Mennicken, diplômée de l’ÉSAVL-ARBAL :

« Par l’association des univers graphiques et plastiques, du ready-made, et de l’artisanat, Andrea semble nous présenter des “instantanés fictifs”, plans fixes ou arrêtés sur une histoire qui commence, se déroule ou finit, et semble grincer des dents devant la condition humaine, mais aussi, devant celle de la femme. » (Espace 157).

Intitulée Mon cliché – ton cliché, l’exposition se déroule à l’Espace 157, l’espace d’exposition de l’Académie des beaux-arts de Verviers. Du samedi 22 mai au samedi 26 juin 2021.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition sur le site de l’Espace 157

180545489_151774120287122_7163494384712262041_n-530x750

EXPOSITION / PEINTURE, DESSIN
Mai 2021

Une « Suite impériales » pour de nombreux artistes issus de l’ÉSAVL-ARBAL

Le kulturA, la Galerie Rature & Inner Space proposent une exposition collective Suite impériales N° 1 . Essentiellement composée de peintures et de dessins, l’exposition regroupe d’artistes confirmés ou en devenir provenant tous de l’ÉSAVL-ARBAL : des étudiants de l’ÉSAVL-ARBAL (Gaëtane Lorenzoni), de récents diplômés (Sarah Minutello…), d’artistes-diplômés en devenir (Joao Costa Leal, Camille Feldman…), d’artistes-diplômés confirmés (Robin Bodeus, Charles-Henry Somelette). Nous noterons aussi la présence d’un professeur de l’ÉSAVL-ARBAL, Thierry Grootaers (professeur en Peinture). Cette Suite impérailes N°1 se déroule du 14 mai au 4 juin 2021. Du jeudi au vendredi, de 14 h à 18 h, et le samedi, de 11 h à 18 h. À la Galerie Rature, rue Roture, 13, Liège.

Plus d’informations :
Page Facebook de la Galerie Rature
Page Facebook d’Inner Space
Page Facebook de KulturA
Site de KulturA

affiche-ACH-SO-4-scaled-530x706-40

EXPOSITION
Mai 2021

Première exposition personnelle française pour Andrea Radermacher-Mennicken, de l’ÉSAVL-ARBAL

Depuis qu’elle a intégré la Galerie Delphine Courtay, Andrea Radermacher-Mennnicken, artiste diplômée du Master en Gravure à l’ÉSAVL-ARBAL enchaîne les expositions. Après sa participation à deux expositions collectives, la Galerie Delphine Courtay la met à l’honneur au travers d’une exposition personnelle :

« Du 2 avril au 8 mai 2021, la galerie delphine courtay organise la première exposition solo en France de l’artiste belge Andrea Radermacher-Mennicken.
L’exposition ach so ! questionne la manière dont nous vivons nos relations à l’autre, en nous confrontant à nos systèmes de communication.
Sa nouvelle série d’objets et installations, images gravées, photographiées ou peintes, mettent en scène les échanges intergénérationnels. L’artiste joue avec les éléments du langage, ses symboles, ses images qu’elle combine entre eux avec des matériaux aux textures surprenantes. L’artiste ne cesse de nous étonner par sa manière ludique de détourner les codes, les formes et les significations de ce qui nous est familier. Des associations surprenantes peuvent alors déclencher en nous des souvenirs, des sentiments et des idées nouvelles. La galerie est honorée d’accueillir en ses murs cette nouvelle exposition, fruit d’une belle collaboration avec l’artiste depuis leur rencontre en 2019. Trois expositions collectives ont déjà permis de faire remarquer son travail, à la galerie (exposition How We Love en 2020 et Booth • E14 en 2021) ainsi qu’en digital lors du salon 3D Luxembourg Art Week 2020.
“Mes images gravées, photographiées ou peintes, mes objets et installations questionnent les relations intergénérationelles. Mes recherches reposent sur un postulat élémentaire : toute relation nécessite une communication. Une communication réussie est étroitement liée à la capacité de savoir se présenter et de créer des profils attrayant qui peuvent (et doivent) être adaptés au fil du temps. Ce qui compte en première analyse n‘est pas tant qui nous sommes vraiment, mais ce que nous voulons être et la manière dont nous sommes perçus par les autres. Je remarque aussi que le défi de la présentation de soi s’avère souvent plus difficile pour les personnes âgées. Les évolutions récentes dans les supports d’échange, en particulier ceux liés aux medias informatiques, amplifient les problèmes de communication de toute une partie de la population ‘senior’ avec le risque de se sentir exclue. Ce sentiment me semble également s’accentuer chez les femmes qui, vieillissantes, peuvent se trouver d’autant plus ‘invisibles’. Le passage d’une génération à l’autre est un aspect important de notre vie. Pour moi, notre société définit la jeunesse comme une somme de possibilités, de chances, de potentiels ; ‘le jeune’ est assimilé à ‘l’avenir’. La communication et la manière dont nous utilisons les éléments du langage, les symboles, les images ana-logiques et numériques font partie des aspects essentiels de mon travail. Ceci non seulement sous la forme de combinaisons de mots et d‘images, mais aussi dans le maniement ludique de codes, de significations ou de formes caractéristiques. Des associations surprenantes déclenchent en nous des souvenirs, des sentiments et des idées nouvelles. Cette expérimentation du langage et de l‘image ne se limite pas à l‘utilisation de l‘écriture, des symboles et des formes de caractères ; la sélection spécifique des matériaux, des textures et même des sons complète le langage de mon univers visuel.” Andrea-Radermacher-Mennnicken, 2020 » (Galerie Delphine Courtay).

L’exposition, intitulée ach so !, se déroulera du 2 avril au 8 mai 2021.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition sur le site de la Galerie Delphine Courtay

DRAMAH_02-530x771

EXPOSITION / DESSIN, ILLUSTRATION
Mai 2021

Lydie Dramah, diplômée de Bande dessinée à l’ÉSAVL-ARBAL, expose ses publications

Lydie Dramah a été récemment diplômée de Master en Bande dessinée. Elle vient de faire paraître Trait d’union, un album mêlant illustration et bande dessinée :

« Dessinatrice de bande dessinée et auto-éditrice de mes propres récits graphiques, je vous invite à venir découvrir mon dernier livre Trait d’union. Auto-édité à quatre mains en 150 exemplaires, vous pourrez voir le livre, et ses 42 planches originales, mais aussi mes autres livres de ces 4 dernières années. »

En effet, elle expose des extraits de ses derniers album à l’espace d’exposition Odette :

« Cette bande dessinée atypique nous emmène dans un univers résolument non figuratif, mélangeant les formes, les traits et les points.
“Ne pas laisser transparaitre mon texte de manière limpide est un choix artistique” développe Lydie Dramah. “Il est le fruit d’une réflexion trop personnelle pour être dévoilée aux yeux de tous.” Né durant le confinement, ce livre provient d’une intention narrative tournant autour de la chimie intérieure, émotionnellement, se transformant pour finir en une chimie sentimentale. Un détail : les différentes parties sont reliées entre elles par l’évolution de motifs figurant sur la première page des chapitres. Mais cette fantaisie n’est pas la seule spécificité de l’ouvrage…
L’originalité du livre graphique de Lydie Dramah, c’est la manière dont les exemplaires sont édités. L’expression “auto-édition” n’aura jamais aussi bien porté son nom. Pour preuve : même la reliure a été confectionnée par l’artiste et son compagnon. Ici, pas question de gâcher de la matière première ! “J’utilise les chutes de papier que j’ai en trop” nous révèle cette écologiste dans l’âme. “Pour d’autres illustrations ou comme cartes de visite”. » (quatremille.be).

L’exposition est à voir du 21 avril au 30 mai 2021.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition sur le site Stay Happening
Page Facebook de Lydie Dramah

175076802_295552502089837_2300523130625209239_n-530x280

schermafbeelding-2021-05-06-om-14-55-20-530x729-30

EXPOSITION
Mai 2021

Hannah Kakarao, diplômée de Peinture à l’ÉSAVL-ARBAL, expose à Anvers

Hannah Kalarao est récemment diplômée en Master spécialisé en Peinture à l’ÉSAVL-ARBAL. Elle participe à l’exposition collective Dear art world… [Beste kunstwereld, …], organisée par la Galerie +1, située à Anvers. Du 8 mai au 26 juin 2021.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition sur le site de la Galerie +1

09-48-12

PROJECTION / VIDÉOGRAPHIE
Juin 2021

Eva L’Hoest, diplômée de Vidéographie à l’ÉSAVL-ARBAL, retenue pour la Biennale de Sydney 2022

Soixante artistes, de trente-trois pays, pour la Biennale de Sydney 2022 (Australie). Une seule artiste belge retenue, Eva L’Hoest, diplômée de l’Option de Vidéographie de l’ÉSAVL-ARBAL, finalité approfondi. Cette nouvelle participation à une biennale d’envergure internationale confirme ainsi l’ancrage internationale d’Eva L’Hoest.
La Biennale aura lieu de mars à juin 2022.

Plus d’informations :
Page de présentation des artistes sélectionnés sur le site de la Biennale de Sydney

Art-au-Centre-6-Liège-530x248-80

EXPOSITION
Juin 2021

Laurent Danloy, diplômé de l’ÉSAVL-ARBAL, est à Art au Centre #6

Comme le mentionne son site, Laurent Danloy a obtenu sa licence en Arts graphiques à l’ÉSAVL-ARBAL en 2003. Il participe à la sixième édition d’Art au Centre. Cette manifestation propose un parcours de vingt-six vitrines d’exposition réalisés par vingt-neuf artistes, dans le cadre du projet de revitalisation du centre-ville de Liège.
Présentation de la démarche de Laurent Danloy :

« Artiste plasticien du voyage… en quête de tous paysages… intérieurs, extérieurs… pourvu qu’ils s’épousent dans un moment de création. Peindre, dessiner, graver… sont autant de moyens de parcourir les possibles. Dans son œuvre, une grande place est donnée à l’accident : “Je peux le laisser être mais aussi le provoquer. Il fait partie intégrante de mon travail.”

Derrière les images qui en résultent… un hostilement, entre deux forces… dense, vaporeux… entre le haut, le bas… le détachement, le lien… Mais certainement ce pouvoir de partir du visible pour en puiser sa face cachée.

Je pense que c’est ici que Laurent Danloy donne à son travail le sens de sa trajectoire…
“Dans ma manière de travailler, je pars toujours du réel. Ce réel peut partir de deux courbes dont je peux très vite me détacher. Pour moi, le réel c’est ce que je peux voir et toucher. Maintenant, un sentiment peut être réel.”
C’est à ce moment précis que le travail artistique de Laurent se découvre… dans la déconstruction de ce réel qui met en lumière l’inapparent…
“Je peux très bien filmer l’inertie d’un caillou ou peindre une pierre et avoir l’impression qu’elle lévite.” » (Sofie Vangor, source).

« Enfant, j’étais fasciné par les petits concessionnaires où il y avait une voiture dans la vitrine.
Je me demandais comment ils avaient fait pour rentrer quelque chose de si gros par la porte.
Pour ce projet, je suis parti de ce souvenir et pour continuer dans l’absurde ou de la poésie, je voulais proposer, dans une vitrine de magasin, une chose invendable… » (Laurent Danloy, source).

Participe aussi à cette exposition Éric Deprez, enseignant en Peinture à l’atelier de Peinture de l’ÉSAVL-ARBAL.
Art au Centre #6 démarre le 3 juin pour se clôturer le 31 août 2021.

Plus d’informations :
Site de la manifestation

Affiche-_Brique_-23x38-1-620x1024-530x874-20

EXPOSITION
Juin 2021

Un diplômé et un enseignant de l’ÉSAVL-ARBAL au Famenne & Art Museum

Diplômé de l’ÉSAVL-ARBAL en Peinture, Charles-Henry Sommelette participe à une nouvelle exposition, autour du thème de la brique : Brique un jour, brique toujours. Il y rencontrera un autre artiste exposant, Laurent Impeduglia, professeur de Dessin à l’ÉSAVL-ARBAL. L’exposition, organisée par Famenne & Art Museum (Marche-en-Famenne) a lieu du 6 juin au 30 septembre 2021.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition sur le site de Famenne & Art Museum

RAVI2021-mars-web_ravi-dec19-fb-768x565-530x390-30

EXPOSITION
Juin 2021

Crescendo s’expose à Liège

Le projet Crescendo s’expose aux RAVI à Liège, à partir de ce vendredi 25 juin 2021 :

« Le projet Crescendo est porté par l’Esä du Nord-Pas- de-Calais/Dunkerque Tourcoing en partenariat avec l’ESAVL-Académie Royale des Beaux-Arts de Liège. Il concerne une sélection de 3 diplômés récents de chaque institution qui bénéficient de résidences d’artistes, de février à juillet 2021, tant du côté français que belge. Dans le cadre de ce projet , les RAVI ont accueilli Alexiane Le Roy, Maxime Gillot, Lara Singh et Emmanouil Zervakis
Ce programme bénéficie du soutien du Ministère de la Culture (France) dans le cadre de l’appel à projet CulturePro. » (RAVI).

Les ateliers seront ainsi accessible du vendredi 25 au dimanche 27 juin 2021.

Plus d’informations :
Page de présentation de la manifestation sur le site des RAVI

17.41.34-530x489-50

PARCOURS PROFESSIONNEL
Septembre 2021

Diplômé en Illustration aux Beaux-arts de Liège, Chloé Streveler, rejoint le magazine Vif Weekend

Elle a été diplômée de Bachelier ÉSA Saint-Luc Liège, puis de Master des BAL-ÉSA au temps ou cette école s’appelait encore ÉSAVL-ARBAL, en Option Illustration. Ensuite, elle a été pendant plusieurs année free-lance en illustration. Aujourd’hui, Chloé Streveler, c’est d’elle dont il s’agit, est devenue nouvelle collaboratrice (en illustration) au magazine Vif Weekend pour la rubrique Le coup d’œil :

« Pour sa première expérience en tant que chroniqueuse, Chloé se sent fin prête à entrer dans l’aventure que lui a proposée Vif Weekend, croquer le lifestyle, chaque semaine dans la rubrique Le Coup d’œil, en dernière page du magazine. Et ça fait bien longtemps qu’elle garde un œil sur la revue : “A 15 ans, je piquais les magazines de mon père pour les découper et décorer ma chambre. Tout l’arrière de mon armoire était rempli d’articles et d’images du Vif Weekend, et me voilà maintenant chroniqueuse…” » (Sirine El Ansari, Vif Weekend).

Retrouver l’article complète autour de cette nomination à : Rencontre avec Chloé Streveler, nouvelle illustratrice du Vif Weekend, Sirine El Ansari, Vif Weekend, août 2021

Une belle promotion pour cette artiste qui n’a jamais laissé tomber ses crayons. Vous pouvez aussi la retrouver sur son site personnel artistique et apprécier son talent incontesté et tout en finesse et poésie.

Plus d’informations :
Rencontre avec Chloé Streveler, nouvelle illustratrice du Vif Weekend, Sirine El Ansari, Vif Weekend, août 2021
Site personnel de Chloé Streveler

Expo-CC-CJ_affiche-A3-530x680-80

EXPOSITION
Octobre 2021

Diplômée des Beaux-Arts de Liège, Gaëtane Verbruggen expose avec Marie Zolamian, professeur dans la même école

L’une, Gaëtane Verbruggen, a été l’étudiante de l’autre, Marie Zolamian, professeur en Peinture aux Beaux-arts de Liège. Les voici à nouveau réunies pour cette exposition Côté Cour, Côté Jardin, ce qui s’entend puisque cette exposition occupe la Salle de Pieds Légers, du Théâtre de Liège, dans le cadre d’un partenariat entre le Théâtre de Liège, et le Département Culture de la Province de Liège, autour de sa Collection artistique provinciale :

« Dès lors, à chaque nouvelle saison du théâtre, une invitation est offerte à une personnalité singulière (metteur·euse en scène, comédien·ne, scénographe, auteur·e) à poser un regard sur la collection et à faire un choix parmi les œuvres d’art de cette collection riche et variée trop peu connue du grand public. Cette exposition construite dans une transversalité vise à susciter un nouveau dialogue entre les œuvres ainsi qu’une découverte singulière pour les spectateurs.
Maggy Jacot sera la première à inaugurer ce cycle. Elle signe la création scénographique de Smith & Wesson d’Alessandro Baricco présentée au Théâtre de Liège en décembre. En regroupant intuitivement les œuvres de la Province, Maggy Jacot propose des histoires éphémères sans paroles, en une vision kaléidoscopique et non conformiste à l’image de sa compagnie Pop-Up, fondée avec Axel De Booseré. » (Culture Province de Liège)

L’exposition, démarrée le 26 septembre 2021, est en cours. Elle est accessible du accessible du mardi au samedi de 14 h à 18 h et les soirs avant chaque représentation théâtrale. Le dernier jour d’exposition sera le 23 octobre 2021.

Plus d’informations :
Page de présentation de la manifestation sur le site de la Province de Liège

NowBelgiumNow-recto-1024x718.185036-530x372

EXPOSITION
Octobre 2021

Deux diplômés de Master Peinture des Beaux-arts de Liège participent à « NowBelgiumNow »

Nouvelle édition pour cette manifestation intitulée NowBelgiumNow mettant en avant des jeunes artistes émergents en Belgique en les réunissant au travers entre autres d’une exposition collective. Parmi les heureux élus, deux récents artistes diplômés de Master en Peinture des Beaux-arts de Liège, Hannah Kalaora, qui assure le vernissage en proposant une performance, et Yann Freichels.
La manifestation est organisée par LLS Paleis (Anvers). L’exposition a démarré ce 19 septembre et se clôturera le 31 octobre 2021.

Plus d’informations :
Page de présentation de la manifestation sur le site de LLS Paleis

242303005_1226341684552238_3230283008773827806_n-530x289-70

EXPOSITION
Octobre 2021

Mégane Likin et Manon de la Kethulle, diplômées des Beaux-arts de Liège, parmi les artistes retenus pour Art au Centre 2021

Nouvelle et septième édition pour Art au Centre :

« Art au Centre est un projet de revitalisation du centre-ville de Liège par l’art. Pour la septième édition d’Art au Centre, du 7 octobre au 31 décembre 2021, 34 artistes liégeois, belges et étrangers investissent 27 vitrines de commerces vides pour y présenter leurs œuvres.Peinture, sculpture, installation, performance, photographie, vidéo… toutes les formes d’art actuel sont représentées. Le parcours de cette exposition à ciel ouvert, ainsi que les textes explicatifs de chacune des vitrines peuvent être consultés en français et en anglais sur le site internet du projet www.artaucentre.be.Art au Centre est une initiative des asbl Mouvements Sans Titre et Liège Gestion Centre-Ville. »

Parmi les 34 exposants, deux diplômées des Beaux-arts de Liège (anciennement ÉSAVL-ARBAL) : Mégane Likin et Manon de la Kethulle. Cette dernière propose une œuvre interrogeant la masculinité :

« Manon de la Kethulle explore les points communs entre l’installation artistique, le pop-up store et le fashion-show.
Si le vêtement hétéronormé (et nord-européen), destiné à l’homme hétérosexuel, ne s’aventure pas dans des styles osés, il ose néanmoins les couleurs, les matières depuis un certain nombre d’années, tout en se calquant, par sécurité, aux mâles : le sport, le costume, l’uniforme, les circonstances exceptionnelles des vacances… Le vêtement masculin illustre à la fois la force, la rigueur et la discrétion esthétique attendues de l’homme moderne.
Manon trouve cela ennuyeux et ennuyant : est-ce que la masculinité est vrai-ment libre ? La masculinité doit être explorée et mise à nu. Animalité, poésie, amour, violence… suez ! Situation ambiguë, jeux de performances et blousons de cuir joueront des symboles multiples, des corps seront/ont été activés par les œuvres pendant le vernissage. » (Anna Ozanne, commissaire)

Art au Centre #7 dure trois mois, du 7 octobre au 31 décembre 2021.

Plus d’informations :
Site Art au Centre #7

f08b61e1-df9c-4e19-a505-b5a2220878c8-530x299-70

EXPOSITION
Octobre 2021

Moïra Deepijan, diplômée des Beaux-arts de Liège, à l’Espace jeunes artistes

Toujours en cours, cette exposition personnelle de Moïra Deepijan, artiste diplômée en Master Sculpture des Beaux-arts de Liège en 2020 :

« En 1973, l’anthropologue américaine Dana Raphael crée le mot-valise “Matrescence” en contractant “Maternité” et ““Adolescence”.
Ce terme est né de la nécessité de nommer le processus spécifique de remaniements physique et psychique que vivent les femmes en devenant mères.
En donnant la vie, les mères aussi naissent à elles-mêmes. Il y a un avant et un après.
D’une façon similaire, être artiste n’est-il pas une façon de naitre à soi-même ?
Par l’expérience, le temps et les sens, c’est également un processus de développement continu, qui impacte la pensée, la perception du monde et le corps.
Par imitation, j’applique la formule au processus de devenir artiste et l’appel “Artrescence”.
Grâce à une dernière contraction de vocabulaire, je précise mon projet artistique : MArTRESCENCE – Artiste & Mère en développement.
Et comme tout processus engendre un résultat, le voici “en l’état ». »
(Moïra Deepijan).

Cette exposition personnelle s’effectue dans le cadre de l’Espace jeunes artistes au Musée de la Boverie. Elle se tient jusqu’au 28 novembre 2021.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition sur le site du Musée de la Boverie

04_theinmostcell_11min_soundcolor_evalhoest-1-530x567-85

EXPOSITION
Octobre 2021

Eva L’Hoest, artiste diplômée des Beaux-arts de Liège, est au Botanique

Les expositions internationales ou nationales s’enchaînent sans fin pour Eva L’Hoest, diplômée de Master en Vidéographie aux Beaux-arts de Liège, finalité approfondie. C’est à présent au Botanique à recevoir une de ses installations vidéo, The Inmost Cell, déjà présentée à la Biennale de Riga (Lettonie) en 2020 :

« Dans la petite salle de la galerie, Eva L’Hoest présente une pièce vidéo numérique, envoûtante et méditative. Réalisée pour la Biennale de Riga 2020, l’œuvre s’inspire des mythes et légendes liées à la rivière Daugava pour plonger dans les eaux du barrage surplombant la capitale lettone. Créées à partir d’une modélisation 3D et d’images photographiques reconstituées, les séquences du film émergent comme des réminiscences de souvenirs engloutis au fond de la mémoire ou comme des mirages qui font apparaître une prairie ondoyante sur l’étendue liquide. Sous la surface, on découvre un monde étrange de sculptures liquides où les ruines des villages submergés se confondent avec les fonds marins pour dessiner des paysages fantasmatiques. Semblables aux dépouilles d’un Pompéi aquatique, des corps apparaissent figés dans leurs occupations interrompues par les flots. On perd la notion d’échelle entre le lointain et le proche, le temps des légendes et le présent. Certaines parties de l’image paraissent inachevées, telles des barbelés numériques protégeant une réalité en construction. Le titre de l’œuvre, The Inmost Cell, trace un parallèle entre la cellule originelle de la vie et celle de la création informatique.
L’artiste propose également quelques sculptures où des gravures en 3D, aussi délicates que des filets de fumée, sont emprisonnées dans des blocs de cristal. » (Gilles Bechet, Mu in the city).

Présentation de l’exposition par Le Botanique :

« Dans le cadre de MAGMA, la dixième édition de la Triennale d’Ottignies-Louvain-la-Neuve, Eva L’Hoest investit la Galerie du Botanique avec “The Inmost Cell”, un projet vidéo d’envergure.
Eva L’Hoest (Liège, 1991, Belgique – vit et travaille à Bruxelles) explore les façons dont toutes les natures d’images mentales, en particulier le souvenir et la réminiscence, tendent à se re-matérialiser dans une forme technologique. L’artiste poursuit avant tout l’exploration de la mémoire et de son infime et étrange réalité subsistante. Pièces après pièces, elle s’approprie les technologies de son contemporain pour révéler à la fois leur nature de prothèses d’appréhension du monde et leur potentiel en tant que médium artistique.
Conçue pour la deuxième édition de la Biennale de Riga, The Inmost Cell est une œuvre vidéo dont le récit s’inspire de mythes lettons autour de la Daugava, fleuve qui traverse la ville de Riga. A la suite de la construction du barrage, la rivière a enseveli des villages dont il ne reste que des ruines sous-marines.
Grâce à de la modélisation 3D et de l’image de synthèse, Eva L’Hoest transforme son reportage photographique de la périphérie de Riga en sculptures liquides. Les imageries rurales et maritimes fusionnent au travers d’une architecture numérique fluide et donne naissance à un conte aquatique dont la bande sonore pensée par John Also Bennett vient soutenir une atmosphère sous-marine et contemplative.
Son travail a été récemment présenté :

– au WIELS à l’exposition “Regenerate” (Belgique),
– “Un autre monde // Dans notre monde” au Frac Grand Large Hauts-de-France à Dunkerque (France),
– à la Biennale de Riga “And Suddenly it All Blossoms” (Lettonie),
– “Shapeshifters” au Malmö Konstmuseum (Suède),
– “Signal” à Friche La Belle de Mai (Marseille, France),
– la quinzième Biennale de Lyon “When water come together with other water” (France),
– la Triennale Okayama Art Summit 2019 “IF THE SNAKE”, organisée par Pierre Huyghe, Okayama (Japon),
– “Suspended time, Extended space” Casino Luxembourg (Benelux),
– “Fluo Noir” (BIP 2018, Liège, Belgique).

Depuis 2018, ses films ont été programmés aux Rencontres Internationales Paris-Berlin, sous la forme d’une performance au IFFR à Rotterdam, Images-Passage à Annecy et au MACRo Museum à Rome. » (Le Botanique).

L’installation au Botanique sera visible du 16 septembre au 21 novembre 2021.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition sur le site Le Botanique
Page de présentation sur le site de l’exposition MAGMA, Triennale d’Ottignies-Louvain-la-Neuve
Page de présentation de l’exposition sur le site Mu in the city

logo-carrefour-des-arts-530x530

RÉCOMPENSE
Novembre 2021

Mégane Likin, lauréate de la Fondation privée du Carrefour des arts

Mégane Likin est diplômée du Master de Peinture des Beaux-arts de Liège. Elle vient d’être désignée lauréate de la Fondation privée du Carrefour des arts 2021 :

« Mégane Linkin (Huy, 1994), est une artiste multidisciplinaire, qui pratique la photographie, le dessin et la peinture. Fenêtres dessinées au crayon sur bois ou sur papier, la matière fait émerger de l’horizon les paysages qui, entourés d’un bord blanc qui évoque le silence, invite à une forme d’écoute et d’attention particulières. Peu à peu, l’on comprend, avec les mots d’Emmanuel d’Autreppe, “qu’il ne s’agit pas tant de contemplation, et qu’il n’est même, malgré les apparences, pas vraiment question de paysage dans le travail de Mégane Likin ; elle peint des souvenirs, résurgences vagues et précises qui pourraient être les nôtres, qui sont peut-être les nôtres, qui sont sûrement les siens. Et dont la fragilité et l’apparence d’inachèvement nous font comprendre qu’ils émanent d’une matière changeante, évolutive. La mémoire n’est pas faite d’instants gravés pour l’éternité, immuables, comme a parfois tenté de nous le faire croire certaine pratique de la photographie. Elle est au contraire mouvante et ondoyante comme un ciel que font et défont les nuages, s’approche et repart comme une mer renouvelée. Et la voilà qui peint des choses qui ne bougent pas, dans le même temps où elle photographie des ombres à peine mobiles.”

L’effacement comme geste principal, explique l’artiste. Paradoxalement, c’est un acte visant à faire émerger la pensée de celui qui verra, ou ne verra pas. Les souvenirs par essence font partie de ce qui est éphémère. Progressivement, ils tendent à disparaître pour ne laisser que des impressions. L’impression, la trace, l’empreinte, celle laissée sur le bois ou sur le papier finement marqué évolue pour ne laisser que des instants mouvants, ondoyants qui se redessinent inlassablement. » (Fondation privé du Carrefour des arts).

Plus d’informations :
Page de présentation des lauréats 2021 sur le site de la Fondation privée du Carrefour des arts

IMG_8815-1-530X648-50

EXPOSITION
Décembre 2021

Loïc Moons, artiste diplômé Beaux-arts de Liège, à la Galerie Nadja Vilenne

Dans le cadre de l’exposition Painting !, organisée par la Galerie Nadja Vilenne, Loïc Moons, artiste diplômé Peinture des Beaux-arts de Liège, présente ses nouvelles productions picturales :

« Cette silhouette fraichement bombée, c’est lui, c’est Loic Moons; c’est lui et son double. Librement, la silhouette occupe la toile comme le peintre balise son terrain de jeu, une friche permanente qu’il met en œuvre. Loïc Moons n’est pas bon client des magasins de toiles et couleurs. Non, il n’est pas propre sur lui. Il récupère, collecte, recycle les toiles et châssis usagés des amis peintres, les fonds de pots, quels qu’ils soient, de peintures industrielles. ”J’aime à salir le support que j’ai choisi”, dit-il. Si celui-ci est grand, tant mieux, le terrain de jeu n’en sera que plus ample, le geste aussi, les potentiels accidents plus nombreux. Un circuit court donc, qui trouve son naturel prolongement dans sa façon de regarder les choses et le monde, des images, des signes, qu’il happe sur les partages en réseaux, des images à portée de main ou plutôt d’écran, des ”images d’ici et là”, dit-il, qu’il s’approprie, réinterprète, triture, use jusqu’à ce qu’elles soient siennes, vocabulaire dès lors personnel, des images qui lui servent de béquilles, de ”grigris, précise-t-il, qui me rassurent quand je ne sais plus trop où je vais”. Car, il est vrai, la peinture est une aventure, une émancipation continuelle, se libérer des images captées, s’affranchir de la toile, là où en strates et dans une permanente jubilation surgit la couleur. » (Galerie Nadja Vilenne).

Vous pourrez ainsi découvrir le travail de Loïc Moons jusqu’au 23 décembre 2021.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition sur le site de la Galerie Nadja Vilenne

img347-590x593-50

EXPOSITION
Décembre 2021

Mégane Likin, des Beaux-arts de Liège, le temps d’un week-end, à la Galerie Quai4

La Galerie de Mégane Likin, artiste diplômée des Beaux-arts de Liège, Quai4, présentera les dernières créations picturales de l’artiste, le 18 et 19 décembre 2021, le temps d’un week-end donc : « Juste un week-end pour venir rencontrer Mégane Likin qui nous parlera de son année 2021 riche en créations et reconnaissances. » (Quai4).
Un bilan de l’année 2021 de l’artiste donc, à découvrir à Quai4.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition sur le site de la Galerie Quai4

IMG_8873-590x894-50

EXPOSITION
Décembre 2021

Gaëtane Verbruggen, des Beaux-arts de Liège, est à « Painting ! »

Plusieurs diplômés artistes en Master Peinture participent à l’exposition Painting ! organisée par la Galerie Nadja Vilenne, dont Gaëtane Verbruggen :

« Gaëtane Verbruggen, née en 1994, a terminé un master en peinture à l’ÉSAVL – Académie des Beaux-Arts de Liège. Son travail s’inscrit pleinement dans cette quête des choses absentes qui, par l’image, retrouvent une présence : “extérioriser, dit-elle, des souvenirs intraduisibles et fragiles, un peu flous.” Cela peut être des moments du passé, des attitudes, des situations d’autrefois, des lieux simplement entrevus ou au contraire durablement fréquentés, des espaces aujourd’hui à l’abandon ou désaffectés, qui tous s’inscrivent dans une sorte de continuum mental : car ce qui intéresse Gaëtane Verbruggen, ce sont également des choses absentes plus indéfinissables, des sensations et des émotions personnelles, ou encore certaines atmosphères liées à des couleurs, des odeurs, dont seule une image pourra rendre la présence, et lui donner un ou plusieurs sens. (Alain Delaunois) » (Galerie Nadja Vilenne).

La Galerie vient de mettre en ligne plusieurs productions picturales de l’artiste présentées lors de cette exposition. L’exposition, elle, durera jusqu’au 23 décembre 2021.

Plus d’informations :
Page de présentation des images de l’exposition sur le site de la Galerie Nadja Vilenne
Page de présentation de la manifestation sur le site de la Galerie Nadja Vilenne

tG1oEWnURdmUpAaKsgWiNQ-téléchargement-530x298

ÉDITION ET EXPOSITION
Décembre 2021

L’Atelier de Gravure des Beaux-arts de Liège, en collaboration avec La nouvelle poupée d’encre, publie son calendrier 2022

Pour l’Atelier de Gravure et son partenaire, La nouvelle poupée d’encre, c’est une longue tradition que de réaliser un calendrier de la nouvelle année. Les artistes gravures locaux, mais aussi les diplômés artistes des Beaux-arts, les étudiants et les enseignants, réalisent un calendrier, mis à la vente pour tout un chacun. Et comme chaque année, une exposition est organisée à la Bibliothèque les Chiroux.
Cette année, les artistes sont : Michel Barzin, Yves Bodeux,Marie-France Bonmariage, David Cauwe, Jean-François Cuda, Luigi De Zotti, Maud Dallemagne, Philippe Delaite, Ducha, Saïd El Khamrichi, Pauline Emond, Liliane Gordos, Anne-Sophie Fontenelle, Jodessineunpeu, Bérénice Joëssel, Mikail Kocak, Patricia Minder, Anna Ozanne, Maria Pace, Frédéric Penelle, Cécile Pruvôt, Andrea Radermacher-Mennicken, Marc Reinblod, Lisbeth Renardy, Floriane Soltysiak, Clémentine Thyssen, Clarisse Thomas, Jean-Michel Uyttersprot, Sofie Vangor, Thierry Wesel.
Leurs gravures ornant le calendrier 2022 seront exposés du 7 décembre 2021 au 17 janvier 2022, au sein de la Bibliothèque les Chiroux (Liège), section prêt pour adulte.
Une conférence intitulée Tout ce que vous n’avez jamais osé demander sur la gravure…, par Philippe Delaite, ancien professeur en Histoire de l’art au sein des Beaux-arts, sera programmée le mercredi 15 décembre, à 16 heures, à l’Espace Rencontres (Place des Carmes 8, 1er étage). Réservation obligatoire. Les calendriers seront disponibles à l’achat lors de cette conférence, au prix de 50 € par calendrier. Ils sont aussi disponibles à la librairie Entre temps / Barricade, rue Pierreuse, 15, Liège, ou via le site de La nouvelle poupée d’encre, ou encore commandables par mail (m.pace@intra-esavl.be).

Plus d’informations :
Page de présentation des calendriers 2022 sur le site de La nouvelle poupée d’encre
Page de présentation de l’exposition sur le site de la Bibliothèque les Chiroux

paintings1-800x573

ÉDITION ET EXPOSITION
Décembre 2021

« Painting ! », une exposition qui regroupe de nombreux artistes diplômés des Beaux-arts de Liège

La Galerie Nadja Vilenne (Liège) propose une exposition collective regroupant des artistes diplômés en Peinture des Beaux-arts de Liège : Hannah Kalaora, Loïc Moons, Gaëtane Verrbruggen, et Wang Xiaochuan. Sont aussi présents, des enseignants des Beaux-arts de Liège, en fait les enseignants de l’atelier de Master Peinture, qui ont eux-mêmes formés ces quatre artistes diplômés, Éric Deprez et Maria Zolamian.
Le vernissage de l’exposition aura lieu le dimanche 28 novembre, de 11 h à 18 h. L’exposition durera jusqu’au 23 décembre 2021.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition sur le site de la Galerie Nadja Vilenne

IMG_8806-530x575-70

EXPOSITION
Décembre 2021

Wang Xiaochuan, des Beaux-arts de Liège, est à « Painting ! »

De nombreux artistes récemment diplômés des Beaux-arts de Liège exposent à la Galerie Nadja Vilenne, dans le cadre de Painting ! C’est encore le cas avec Wang Xiaochuan. Après un Maser Art plastique l’Université d’art du Yunnan (Chine), il a effectué un Master en Peinture au sein des Beaux-arts de Liège. Dans le cadre de Painting !, il présente ces dernières œuvres :

« L’inspiration de base pour la série Puzzle de mémoire vient d’un album de famille personnel. Les photos de famille sont des objets extrêmement personnels, ils enregistrent de manière objective et véridique les histoires, les personnes, les moments et les lieux qui ont parsemé mon passé. Essayer d’utiliser la perspective et la compréhension actuelle, comme jouer à un puzzle. Dans le processus de création, briser de vrais souvenirs en y ajoutant des émotions subjectives, utiliser un tout nouveau langage de peinture pour expliquer les émotions privées, permettant aux spectateurs de voyager et traverser dans chaque histoire — réelle ou imaginaire, passé ou présente ». » (Galerie Nadja Vilenne).

Quelques images des peintures de Wang Xiaochuan sont présentées sur le blog de la Galerie Nadja Vilenne.

Plus d’informations :
Page de présentation des images de l’exposition sur le site de la Galerie Nadja Vilenne
Page de présentation de la manifestation sur le site de la Galerie Nadja Vilenne