École Supérieure des Arts de la Ville de Liège > Manifestations > Enseignants >

2021

Manifestations de 2021 incluant des enseignants de l'ÉSAVL-ARBAL

fev2021-TER-2-530x525-70

EXPOSITION / GRAVURE
Janvier 2021

Maria Pace, enseignante à l’ÉSAVL-ARBAL, en exposition à Bruxelles

La Galerie Albert Dumont (Bruxelles) organise une exposition regroupant trois artistes, dont Maria Pace, professeur en Gravure à l’atelier du même à l’ÉSAVL-ARBAL. L’exposition, sous l’intitulée Territoires, y présentera ses dernières réalisations.
Le vernissage aura lieu le jeudi 18 février 2021, entre 15 h et 20 h. L’exposition aura lieu du 19 février au 21 mars 2021.

Plus d’informations :
Site de la Galerie Albert Dumont

131184520_10157765268570382_3143667188231851619_o-530x281-90

EXPOSITION / GRAVURE
Février 2021

David Vieutemps, de Master en Gravure de l’ÉSAVL-ARBAL, participe à la 29e édition du Prix de la Gravure, de même que Sofie Vangor, enseignante à l’ÉSAVL-ARBAL

Le Centre de la Gravure et de l’Image imprimée (La Louvière) a procédé à sa 29e édition du Prix de la Gravure. Nonante candidatures, et un peu plus de la moitié retenu, participant ainsi à l’exposition d’accompagnement. Elle a eu lieu de décembre 2020 à janvier 2021. S’y retrouvent David Vieutemps, étudiant en Bloc 2 Master en Gravure à l’ÉSAVL-ARBAL, et Sophie Vangor, enseignante en Gravure à l’atelier du même nom.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition sur le site du Centre de la Gravure et de l’Image imprimée

img16818_242-530x681-90

EXPOSITION
Mars 2021

Benoît Félix, de l’ÉSAVL-ARBAL, est un des invités de la Cultuurhuis de Warande

Dans le cadre de son exposition personnelle, Peter Morrens a invité une quarantaine d’artistes, dont Benoît Félix, professeur en Dessin à l’ÉSAVL-ARBAL.
L’exposition s’intitule Minstens 1 1/2 uur, en terug et est organisée par la Cultuurhuis de Warande (Turnhout). Elle se déroule entre le 7 février et le 9 mai 2021.

Plus d’informations :
Page de présentation de la manifestation sur le site de la Cultuurhuis de Warande

K9-Invitation-BENOIT-FELIX-PDF-2-530x710-80

EXPOSITION
Mars 2021

Benoît Félix, de l’ÉSAVL-ARBAL, expose à K9

Benoît Félix est professeur de Dessin à l’ÉSAV-ARBAL. Il expose à la Kamer Negen / K9, du 13 mars au 11 avril 2021. Celle-ci se situe à Rixensart.

Thierry_Tim_Web_1-530x353-60

EXPOSITION / PEINTURE
Mars 2021

La Whitehouse Gallery accueille Thierry Grootaers, professeur à l’ÉSAVL-ARBAL

Thierry Grootaers, professeur en Peinture à l’ÉSAVL-ARBAL, expose en duo avec Tim Volckaert, au sein de l’exposition Let’s Sing Another Song. L’exposition est organisée par la Whitehouse Gallery (Lovenjoel, Belgique), et aura lieu du 18 avril au 23 mai 2021.

Plus d’informations :
Page de présentation de la manifestation sur le site de la Whitehouse Gallery

Imagemot-530x375-80

EXPOSITION
Mars 2021

Benoît Félix, de l’ÉSAV-ARBAL, expose au Centre culturel de Marchin

Exposition collective pour Benoît Félix, professeur de Dessin à l’ÉSAV-ARBAL. Avec pour commissaire d’expositions François de Coninck, intitulée Prendre l’image au mot, elle se tiendra au Centre culturel de Marchin du 7 mars au 25 avril 2021.

Plus d’informations :
Page de présentation de la manifestation sur le site du Centre culturel de Marchin

RAVI2021-mars-fb_ravi-dec19-fb-530x290-80

EXPOSITION / PEINTURE
Mars 2021

Sébastien Plevoets, de l’ÉSAVL-ARBAL, en résidence aux RAVI

Au sein de l’ÉSAVL-ARBAL, Sébastien Plevoets est enseignant en Peinture à l’Atelier du même nom, mais aussi professeur de Sémiologie. Actuellement, il est en résidence au sein des Résidences Ateliers Vivegnis International (RAVI, Liège). Avec trois autres résidents, il expose son travail réalisé dans ce cadre et toujours en cours :

« Je cherche à déployer une recherche artistique imprévue. Les formes prises par cette exploration peuvent être variées mais elles tournent principalement autour du médium peinture. Il y a l’envie de faire confiance à des intuitions plastiques et d’ensuite chercher à les amener à un développement impromptu. Cette démarche est susceptible d’ éveiller à des questions sous-jacentes à une expérimentation personnelle que je cherche à libérer et universaliser, tout en mettant de côté la nécessité de coïncider avec soi, ou avec le monde. Je fonctionne à la fois et en série et en rebondissement, avec une respiration entre focalisation et déploiement. Au sein des séries, je remarque que j’établis des contraintes plus ou moins fortes, ou des règles de jeu qui serviront d’axes à l’émergence de nouvelles formes (en ce qui me concerne). Les variations favorisant une mise à distance de l’intention, et se faisant l’écho d’un flux d’action. Au sein d’une série d’expérimentations, les moyens utilisés sont généralement assez réduits. Il y a une volonté à rendre la vibration du geste consciente, dans une envie d’aiguiser le plaisir du senti, à travers des formulations simples, fragmentées et inattendues. » (Source RAVI).

L’exposition, intitulée Ouvertures des ateliers RAVI, aura lieu du vendredi 26 au dimanche 28 mars 2021.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition sur le site des RAVI

168173848_4258751014137951_288233140655736331_n-530x751(80)

EXPOSITION / PHOTOGRAPHIE
Avril 2021

François Goffin, de l’ÉSAVL-ARBAL, est à L’Orangerie

Cinq artistes se sont associés au travers d’un collectif, Noema, pour proposer l’exposition … et ce qui nous échappe. Parmi ces artistes, François Goffin, professeur en Photographie à l’ÉSAVL-ARBAL. Il proposera des travaux photographiques récents, pour une exposition principalement consacrée à la photographie. L’exposition est organisée par L’Orangerie, Espace d’art contemporain (Bastogne). L’exposition se déroulera du 24 avril au 6 juin 2021.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition sur le site de L’Orangerie, Espace d’art contemporain

REGENERATE_WEBSITE_VISUAL_2feb56a113970e8dfebe37333bf2a719-530x333(80)

EXPOSITION / MULTIDISCIPLINAIRE
Avril 2021

Eva L’Hoest, diplômée de l’ÉSAVL-ARBAL, expose au WIELS, tout comme Marie Zolamian, professeur à l’ÉSAVL-ARBAL

Eva L’Hoest n’en finit pas d’exposer. Cette artiste diplômée de l’Option en Vidéographie de l’ÉSAVL-ARBAL, en finalité approfondie, a déjà a son actif plus d’une vingtaine d’expositions, dont certaines de niveau international, comme la Biennale d’Art contemporain de Lyon. La voici aujourd’hui parmi les artistes sélectionnés pour l’exposition Regenerate organisée par le WIELS, pour un thème d’exposition d’actualité :

« Rassemblant un grand nombre d’artistes, Regenerate offre une vision actuelle à la fois joyeuse, critique, prudente et optimiste, au fil d’œuvres récentes créées par des artistes en Belgique (avec des escapades occasionnelles au-delà des bulles et des frontières).
Explicitement ou implicitement, les œuvres sélectionnées témoignent de la revitalisation que l’art peut offrir. En se concentrant sur des productions récentes, le projet explore ce qui a émergé durant cette période teintée d’imprévisibilité et d’isolement, et analyse comment la pandémie et son impact ont, jour après jour, sculpté nos imaginaires.
La société humaine fait preuve d’une résilience et d’un pouvoir de régénération remarquables. Après chaque cataclysme, qu’il soit provoqué par l’homme, par la nature, ou (comme c’est souvent le cas) par une combinaison des deux, les communautés se relèvent, se secouent et repartent de plus belle. Un processus de reconstruction qui s’accompagne la plupart du temps de bouleversements, mais la remise à zéro des compteurs engendre également toujours de nouvelles priorités et des schémas comportementaux nouveaux.
De tous temps, les artistes ont été d’excellents baromètres de ces périodes de renouveau, ouvrant la voie en témoignant de nos combats et de notre confusion. Ces derniers mois d’isolement social ont offert l’opportunité de se réévaluer, de se questionner soi-même mais aussi de s’interroger sur les comportements de la société, d’imaginer ce qui pourrait devenir le “nouveau normal”. Pour tout le monde, cela a révélé ce qui était superflu, ce qui était essentiel, même si les conclusions tirées sont loin d’être universelles. Il est trop tôt pour savoir quel type de société émergera de la pandémie de Covid-19 – ou quand elle se calmera au niveau global –, mais WIELS saisit ce moment pour explorer de nouvelles formes de présentation publique.
WIELS propose de partager ses ressources avec de nombreux acteurs de sa communauté artistique, créative et intellectuelle. En tant que centre artistique, le WIELS offre avant tout un espace d’attention publique : aux praticiens, à leurs pratiques et idées. Regenerate vise donc à fournir cette attention sous forme d’une plateforme publique accompagnée d’un soutien financier, intellectuel et logistique pour les pratiques qui ne peuvent compter sur les mécanismes du marché de l’art, de plus en plus instables et de moins en moins fiables. À cette époque où le digital ne cesse de gagner du terrain, WIELS privilégie les rencontres interpersonnelles et avec les œuvres d’art, auxquelles les médias sociaux et les interactions en ligne ne pourront jamais se substituer. »
(WIELS).

Parmi les autres artistes exposants, Marie Zolamian, professeure de Peinture de l’ÉSAVL-ARBAL.
L’exposition est visible du 1er mai au 15 août 2021.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition sur le site du WIELS

Olivier-BOVY-2-1170x780-530x394(80)

Image : Installation d’Olivier Bovy

EXPOSITION / INSTALLATION
Avril 2021

André Delalleau, Directeur de l’ÉSAVL-ARBAL, participe à « D’où vient le vent ? »

En parallèle à sa fonction de Directeur de l’ÉSAVL-ARBAL, André Delalleau poursuit sa carrière artistique et participe à l’exposition collective D’où vient de le vent ?. Elle est organisée par La Châtaigneraie, avec la collaboration du Centre culturel de Marchin, de L’Organerie, de la Maison de la culture de Tournai, et de la Galerie Koma.:

« Après Marchin, Bastogne et Tournai, c’est au tour de Flémalle de présenter le 4e volet de cette exposition itinérante. Durant plus de deux mois, le parc de La Châtaigneraie accueillera près de 20 girouettes réalisées par des artistes contemporains.
La volonté de ce projet est d’ancrer la création contemporaine dans la culture populaire en invitant les artistes à revisiter la girouette et ses significations par le biais de formes esthétiques qui leur sont propres.
Entre tradition et modernité, ce processus vise à toucher la population locale avec des créations contemporaines déclinées autour d’un objet familier. L’ancrage local est ici revendiqué comme un élément positif.
 Il est particulièrement important dans cet espace de favoriser l’émergence d’une création en lien avec l’histoire de nos campagnes. La girouette dans la tradition montre une iconographie en lien avec le pays, chez nous en Wallonie le coq ; en Flandre le lion ; en Allemagne le loup ; etc. Lorsqu’elle prend la forme du coq, dans nos contrées, il est généralement représenté chantant contre le vent dominant. Elle peut s’apparenter aux totems qui avaient pour fonction de symboliser la culture à laquelle on appartenait. 
La girouette doit être équilibrée pour qu’elle puisse tourner sur son axe, et asymétrique de sorte à pouvoir donner prise aux vents. Généralement de petite taille, elle résiste mieux au vent. Ici elles seront placées sur un support qui fera partie de l’œuvre. Il s’agit comme le réclame la fonctionnalité de l’objet de marquer les quatre points cardinaux : Nord, Sud, est et Ouest. »
(Luc Navet. Source : La Châtaigneraie).

L’exposition aura lieu du 8 mai au 11 juillet 2021. Après-midi d’ouverture le samedi 8 mai, de 14 h à 18 h.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition sur le site de La Châtaigneraie