École Supérieure des Arts de la Ville de Liège > Manifestations > Diplômés >

2018

Manifestations de 2018 incluant des diplômés de l'ÉSAVL-ARBAL

B9714289477Z.1_20180102172237_000+G68AE5F29.1-530(80)

B9714289477Z.1_20180102174045_000+G68AE5NDE.1-530(80)

25311128_1938511016174153_6013815460716119993_o-530(80)

ÉDITION
Janvier 2018

Sarah Hoscheit, diplômée en Illustration à l’ÉSAVL-ARBAL, a dessiné le Calendrier 2018 d’Intradel

Quoi de mieux que de démarrer cette année 2018 par un calendrier. Celui d’Intradel (société intercommunale liégeoise de gestion des déchets), réalisé par Sarah Hoscheit. Chaque mois se voit ainsi illustré de sa main. Main qui s’est formée à l’ÉSAVL-ARBAL. Sarah ey st en effet diplômée en Master en Illustration en 2012. Le calendrier est diffusé dans toute la Province de Liège.
(Images : La Meuse)

Plus d’informations :
Page de consultation Le calendrier 2018 d’Intradel dessiné par une verviétoise, 2 janvier 2018 sur le site La Meuse.be
Article paru dans La Meuse (2 janvier 2018)
Page de consultation des 12 dessins du Calendrier 2018 d’Intradel sur le site CA-RACONTE.blogspot.com
Page de consultation des illlustrations sur le site personnel de Sarah Hoscheit
Page de consultation des illustrations sur la page Facebook de Sarah Hoscheit

Badjawe-530

CONCEPTION VISUELLE
Janvier 2018

Diplômé de l’ÉSAVL-ARBAL, entre deux graffs, Toska conçoit l’étiquette d’une nouvelle bière

Diplômé du Master en Peinture à l’ÉSAVL-ARBAL, Toska (site personnel) est un artiste street art, mais aussi le concepteur de l’étiquette d’une nouvelle bière liégeoise artisanale, la Badjawe.

18.14.17-530(80)

ÉDITION
Janvier 2018

Nouvel album BD pour Frédéric Seron, diplômé de l’ÉSAVL-ARBAL

Frédéric Seron est plus connu sous le nom de Clarke dans le monde de la bande dessinée. Et au sein de l’ÉSAVL-ARBAL, il est plus connu en tant qu’étudiant. Une fois son diplôme Option Bande dessinée/Illustration, il a publié de nombreuses bandes dessinées, et a aussi travaillé pour Spirou (série Mélusine).
Ces derniers jours, en tant que scénariste et dessinateur, il vient de sortir un nouvel album, Les Danois (102 pages). Édité par Le Lombart, cette fable d’anticipation poético-absurde traite d’un sujet très contemporain et semble bien reçue par la critique.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’album sur le site de son éditeur, Le Lombart
Page de présentation cde Frédéric Seron sur le site de son éditeur, Le Lombart
Critique et interview, RTBF.be
Critique de l’ouvrage, Auracan.com
Biographie Wikipédia

201801-ECOBIOGRAPHY-MAGDA-ACADEV-NEWSLETTER-530(80)

EXPOSITION
Janvier 2018

Magda Amarioraei, diplômée de l’ÉSAVL-ARBAL, expose au sein de la Galerie des beaux-arts

Après plusieurs formations artistiques, dont un Master en Peinture à l’ÉSAVL-ARBAL (2011), Magda Amarioarei (site personnel) propose un bilan de son parcours artistique d’une petite dizaine d’années, à la Galerie des beaux-arts. Anciennement Cercle des beaux-arts, elle est passée sous ce nouveau nom depuis qu’elle est gérée un moitié de l’année par l’ÉSAVL-ARBAL.
Cette exposition monographique, Ecobiographie, se déroule du 18 janvier au 3 février 2018. De 20 pages, un catalogue, édité par l’ÉSAVL-ARBAL, accompagne cette exposition. Il contient de multiples reproductions picturales, et un texte introductif d’André Delalleau. Extrait :

« Elle peint, c’est indéniable.
Une obstination.
Le résultat est coloré, fluide, les formes baroques évoquent la nature des rivières ou des nuages, des flots, des sous-bois, des structures et rhizomes organiques (…).
L’observation se prolonge, l’évocation de ce monde réel ou féérique s’embrume. La peinture devient autonome. Des lignes, des surfaces créent des espaces abstraits et brisés, non naturalistes. Elle est ambiguë, douce et violente, sensible, quoiqu’insécurisante.
Dois-je regarder abstrait ou me raconter des histoires d’elles ayant suivi l’artiste, de sa Roumanie natale jusqu’à nos contrées, enfuies de leurs contes ancestraux et surgissant de ces brindilles et lichens ? »

Espace-Jeunes-Artiste-Pauline-MAY-cover-event-FB-1920x1080px-600x338-530

EXPOSITION
Février 2018

Diplômée de l’ÉSAVL-ARBAL, Pauline May est l’invitée de l’Espace Jeunes Artistes

Pauline May (site personnel) a été diplômée de l’Option en Vidéographie aux débuts des années 2010. Aujourd’hui, après de nombreux autres diplômés de l’ÉSAVL-ARBAL, elle a été sélectionnée pour une exposition monographique à l’Espace Jeunes Artistes. Elle y exposera son projet Joka (conte islandais), issu de ces nombreuses résidences internationales. Joka se présente sous de multiples formes : vidéographie, photographie, installation multimédia…
Ce projet se déploiera du 8 février au 31 mars 2018, au Musée de la Boverie. Vernissage le mercredi 7 février, à 18 h.

Plus d’informations
Page de présentation de la manifestation sur le site des Musées de Liège

201802-BIP-ACADEV-NEWSLETTER-530(80)

EXPOSITION
Février 2018

La Galerie des beaux-arts (ÉSAVL-ARBAL) expose dans le cadre de la Biennale de l’image possible 2018 « Ni ceci, ni cela »

Nouvelle exposition pour la Galerie des beaux-arts, le nouvel espace d’exposition de l’ÉSAVL-ARBAL, présenté à cette page. Cette fois-ci en collaboration avec la Biennal de l’image possible (Liège).
L’ÉSAVL-ARBAL est en effet partenaire de cette manifestation de l’image sous toute ces formes contemporaines à caractère internationale, une des plus importante en matière d’arts plastiques de Liège. Une des participations de l’ÉSAVL-ARBAL consiste à proposer via sa Galerie des beaux-arts un exposition de deux diplômés en Peinture : João Costa Leal et Charles-Henry Sommelette. Intitulée Ni ceci, ni cela, elle est la première exposition d’envergure pour João Costa Leal.
Comme à son habitude, l’ÉSAVL-ARBAL accompagne cette exposition d’un catalogue. Extrait des de 16 p. :

« João Costa Leal est un artiste en reconversion qui course les limites de la transcendance. Les souterrains dans lesquels il architecte de transpercer la versalité de ses rapports de forme, cherchant le vide esthétique, sont des morceaux tombés de ses ailes. La peinture, le point de contact. João boit des pierre. Ses installations représentent des tentatives d’être mis à nu et de comprendre, entendez par là prendre avec, le chemin vers l’autre – du bout des doigts, l’enfance entre les mains : La vie sans but, ce grand soleil brûlant. Le vol perdu de l’oiseau toujours étranger.

On n’enterre par les arbres qui tombent. L’état de grâce nous est définitivement aveugle. Une marchandise. Nos larmes sont sèches comme dans une Formule 1. »

« Charles-Henry Sommelette est un jeune peinture (1984) ardennais, qui considère justement que ses plus belles sources d’inspirations sont dans l’univers qui l’entoure. Qu’il s’agisse de peintures sur toiles de petit format ou de très grands fusains sur papier, la nature est là, présente révélant des blessures urbaines et toutes porteuses de ce “rumble” lynchien qui rend son travail si porteur de transcendance. La banalité des choses se pare dans son travail d’un sens du sacré qui nous ramène à un panthéisme primitif. » Michel Dubois.

Vernissage ce vendredi 16 février 2018, à partir de 19 h. Exposition accessible du 17 février au 1 avril.
Cette exposition est organisée en collaboration avec le Centre culturel les Chiroux, organisateur de la Biennal de l’image possible.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition sur le site de la Biennale de l’image possible 2018

GENERATIONY_1eCOUV_8435_zoomed-530(80)

PUBLICATION / ILLUSTRATION / BANDE DESSINÉE
Mars 2018

Mauryn Paren, diplômée de l’ÉSAVL-ARBAL, sort son premier album BD, « Génération Y »

Mauryn Parent a été diplômée en Master Illustration en 2014 à l’ÉSAVL-ARBAL. En 2017, elle décrochait le Prix Jeune auteur Bande dessinée de la Province de Liège (Festival international de la Bande dessinée de la Province de Liège), prix destiné à finaliser un premier album.
Voilà qui est chose faite puisque l’album, Génération Y, est sorti aux éditions La Boîte à Bulles.
Actuellement, Mauryn dédicace ci et là ce premier album : Festival international de la Bande dessinée de la Province de Liège 2018, Foire du livre de Bruxelles 2018 (photo du bas, d’Amélie Delaitte). Ce qui devrait se poursuivre : son album a en effet l’objet de critiques élogieuses, prometteuses.
Un beau parcours d’insertion professionnelle, grâce au talent de Mauryn et à sa persévérance, mais aussi grâce à l’efficacité des différents dispositifs d’insertion (Prix, Festival, aide à la production…).

Plus d’informations :
Page de présentation de l’album sur le site de son éditeur, La Boîte à Bulles
Page de présentation du Festival international de la Bande dessinée de la Province de Liège 2018
Page de présentation de La foire du livre Bruxelles 2018, sur son site

28276380_10156198632672451_3688597404212708790_n-530(80)

Sommelette-web-1000(80)

ÉDITION / PEINTURE
Mars 2018

Nouvelle édition pour l’ÉSAVL-ARBAL : un ouvrage monographique consacré à Charles- Henry Sommelette, diplômé de l’ÉSAVL-ARBAL

Dans sa volonté d’aider à l’insertion socioprofessionnelle artistique de ses diplômés, l’ÉSAVL-ARBAL vient d’éditer un livre monographique sur Charles-Henry Sommelette, diplômé de l’ÉSAVL-ARBAL.
Première monographie sur cet artiste émergeant, le livre, intitulé Sans titre, a été réalisé par les éditions Yellow Now.
Dans le cadre de la Biennale de l’image possible 2018, l’ouvrage a été révélé pour la première fois au public le mercredi 21 mars 2018, en présence de l’artiste, à la galerie de l’ÉSAVL-ARBAL : la Galerie des beaux-arts (Liège). Le livre est disponible au sein de cette galerie et à l’ÉSAVL-ARBAL.

17714-agenda-image-530(80)

SCULPTURE
Avril 2018

Diplômé en Sculpture à l’ÉSAVL-ARBAL, Denis
Verkeyn expose à la Société libre d’Émulation

En avril et mai 2018, Denis Verkeyn exposait dans le cadre de l’Espace Jeunes Artistes au Musée La Boverie. Aujourd’hui, ce diplômé en Scultpure à l’ÉSAVL-ARBAL expose avec Pierre Gérard et Pol Pierart à la Société libre d’Émulation (Liège), exposition intitulée Petites et moyennes entreprises. Vernissage le mercredi 18 septembre 2018. Finissage le samedi 20 octobre 2018. Entre les deux, l’exposition.

Plus d’informations :
Page de présentation de la manifestation sur le site de la Société libre d’Émulation

MdbK_Digitale_Einladungskarte_CONNECT_Leipzig_Hosu(1)-530(80)

SÉLECTION / EXPOSITION / PEINTURE
Mai 2018

Très beau parcours pour Sébastian Hosu, diplôme en Peinture à l’ÉSAVL-ARBAL : après une rude sélection, il expose au Mdbk (Allemagne)

Les jeunes diplômés de l’ÉSAVL-ARBAL exposent aussi en dehors de nos frontières. Tel est le cas de Sébastian Hosu (site personnel), diplômé de Master en Peinture (2012). Non seulement il expose en solo au prestigieux Mdbk (Museum der blildenden Künste, Leipzig, Allemagne), fin mai à mi-juin 2018, mais après une sélection assez rude, dans le cadre du projet d’intégration professionnelle artistique Connect Leipzig :

CONNECT Leipzig voit le MdbK offrir une espace professionnel d’exposition aux jeunes artistes, leur donnant l’occasion de rassembler leur première expérience muséale. Un jury international a sélectionnés 10 jeunes candidats parmi 120 propositions reçues, dont les œuvres seront exposées au Zündkerzen-Hof au rez-de-chaussée du MdbK, à intervalles alternés de quatre semaines, à compter de mars 2018.

Bravo pour Sébastien pour un travail effectivement de grande qualité. Souhaitons-lui ainsi bon vent… Mais avec cette exposition, est-ce encore nécessaire de le lui souhaiter ?

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition, en anglais, sur le site de Mdbk

LIA-Motiv-2018_25_grau50-530

SÉLECTION / PEINTURE
Août 2018

Steve Hose, diplômé en Master Peinture ÉSAVL-ARBAL, sélectionné et exposant pour le PriX Leipziger Jahresausstellung / Silber (Allemagne)

Steve Hosu est diplômé en Master Peinture à l’ÉSAVL-ARBAL. Il a été sélectionné pour le Prix annuel de peinture Leipziger Jahresausstellung, 25e du nom (Leipziger Jahresausstellung / Silber), et à ce titre, participe à l’exposition collective des sélectionnés au Prix, du 17 août au 2 septembre 2018. Cette exposition est organisée par la Leipziger Jahresausstellung e. V., à la Spinnerei Gelände (Leipzig, Allemagne). Le Prix même est organisé par la Sparkasse Leizpzig, la Fondation Elke et Thomas Loest, et la Fondation Doris Günter.

Plus d’informations :
Présentation du Prix et de l’exposition sur la page Aktuell du site de la Leipziger Jahresausstellung e. V.
Visuel complet du Prix et de l’exposition

Dessins Quai4

EXPOSITION / PEINTURE
Août 2018

Mégane Likin, diplômée en juin 2018 à l’ÉSAVL-ARBAL, exposante en septembre 2018 à la Galerie Quai4

La Galerie Quai4 (Liège) organise une exposition collective intitulée des dessins. Y participent, outre un diplômé de l’ÉSAVL-ARBAL, Charles-Henry Sommelette, une diplômée Master Spécialisé Peinture, Mégane Likin, diplôme qu’elle a obtenu en juin 2018.
L’exposition se tiendra du 24 août au 22 septembre 2018, le vernissage aura lieu le 23 août, de 17 h à 20 h.

Plus d’informations :
Site de la Galerie Quai4

Espace-Jeunes-Artiste-2018-2019-530(80)

SÉLECTION / PEINTURE
Août 2018

Quatre anciennes étudiantes de l’ÉSAVL-ARBAL programmées pour l’Espace Jeunes Artistes 2018-2019

Les artistes émergeant sélectionnés pour l’Espace Jeune Artiste de ce mois d’octobre 2018 à mai 2019 sont connus : il s’agit de quatre diplômées de l’ÉSAVL-ARBAL : Sarah Minutillo, Mégane Likin, Gaëtane Verbruggen, toutes les trois diplômées en Master Spécialisé Peinture et sorties en juin 2018, et, pour faire quatre, de Manuela Simonne, diplômée en Master Spécialisée Vidéographie, sortie en juin 2017.
Elles auront ainsi droit à une exposition personnelle de deux mois au Musée La Boverie. Les dates sont déjà connues, occupant les huit prochains mois, et sont présentées sur le site du Musée La Boverie.

Plus d’informations :
Page de présentation du programme 2018-2019 Espace Jeunes Artistes sur le site du Musée La Boverie
Page de présentation de l’exposition en cours Espace Jeunes Artistes sur le site du Musée La Boverie

CCF08092018_0001-530(60)

INTERVIEW
Septembre 2018

Pascaline Chavane, diplômée en Scénographie à l’ÉSAVL-ARBAL, en interview dans Télépro

Pascaline Chavanne a été diplômée en Master en Scénographie à l’ÉSAVL-ARBAL. Depuis lors, elle s’est spécialisée dans le costume, entre autres, au cinéma. Elle y a d’ailleurs remporté de nombreux prix, dont un César (et huit nominations).
Nous retrouvons Pascaline en ce début de septembre 2018 en interview dans le magazine télévisuel Télépro (30 août 2018). Elle y évoque les films dont elle a assuré les costumes et décrit son travail au quotidien.

18.42.15-530(80)

EXPOSITION
Septembre 2018

Encore une exposition pour Martin Chaumont, diplômé de l’ÉSAVL-ARBAL

Nouvelle exposition pour Martin Chaumont, diplômé en Master Spécialisé Peinture à l’ÉSAV-ARBAL en juin 2017. Cette fois-ci, c’est la Galerie Quai4 qui l’accueil dans son espace d’exposition liégeois.
Ce n’est pas la première fois que cette galerie d’art accueille des diplômés, voire des étudiants, de l’ÉSAVL-ARBAL, leurs offrant une des premières opportunités d’exposer dans un lieu d’exposition professionnel.
L’exposition se déroulera du 28 septembre au 27 octobre 2018. Vernissage le jeudi 27 septembre 2018.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition sur le site Quai4

AP_B_dedale-530(80)

Dedale_2018-530(80)

EXPOSITION
Septembre 2018

Zoé Byloos, étudiante, et Charlotte Kinon, diplômée, toutes les deux de l’ÉSAVL-ARBAL, s’exposent à « Dédale »

Dédale Parcours des arts contemporains en milieu urbain est une manifestation d’arts contemporains organisée par le Centre culturel de l’Arrondissement de Huy, avec le soutien de la Fondation Bolly-Charlier. Plusieurs lieux pour cette manifestation, disséminés dans la Ville de Huy, dont le thème de cette 5e édition sont les tabous et non-dits.
Ainsi, au détour d’une rue, vous pourrez visiter l’installation de Zoé Byllos, étudiante au sein de l’Option de Vidéographie de l’ÉSAVL-ARBAL. Présentation :

Étudiante à l’Académie des Beaux-Arts de Liège, Zoé Byloos présente une vidéo-projection, au sol, à l’entrée d’une boutique. Elle tente de susciter la réaction des passants par le propos de ses images. Dans le cadre de l’image vidéo, des corps apparaissent. Fatigués, les sans-abris viennent se coucher sur le sol. Ils sont seuls ou groupés, accompagnés parfois d’un animal. Sur quelques cartons, ils s’allongent où ils peuvent. Ils récupèrent, continuent de vivre.
Doit-on leur porter attention ? S’abstenir d’un regard ou d’un bonjour ? La société nous in vite-t-elle véritablement à nous détourner des,personnes subissant la précarité ? La plupart des gens ne regardent pas la misère et contribuent à la perte d’une certaine humanité.
Amenés à passer par-dessus l’image, les passants fouleront d’un pas la projection ou choisiront de ne pas marcher sur les corps. (Centre culturel de l’Arrondissement de Huy)

Ainsi, au détour d’une autre rue, vous pourrez apprécier le travail de gravure de Charlotte Kinon, diplômée en Master Spécialisé Gravure, toujours de l’ÉSAVL-ARBAL, et ce, en juin 2018. Présentation :

Charlotte Kinon vient de terminer son master en gravure et dessin à l’Académie des Beaux-Arts de la ville de Liège. Elle réalise des portraits de famille depuis qu’elle a découvert qu’elle connaissait mal la sienne. En quête d’identité, elle a fait des recherches, fouillé dans les tiroirs, récupéré de nombreuses photos de sa mère et de sa grand-mère paternelle, récolté le plus d’anecdotes possible. Des secrets de famille lui ont été finalement révélés. Depuis, elle représente ces histoires troubles.
Suite à ses recherches familiales, Charlotte Kinon s’est aussi intéressée aux histoires des autres. « Il n’y a pas de famille irréprochable, nous avons tous nos secrets et nos non-dits, des habitudes et des rituels différents, et c’est pour moi une source presque inépuisable d’images à retranscrire ».
Différentes scènes réveillant des tabous familiaux tels que l’homosexualité, l’inceste, la violence, l’identité usurpée et le huit clos… sont affichées. Une histoire par gravure, inspirée de faits réels. Propice à ce type d’images, la gravure offre un aspect brut par la pointe de métal,
traçant le trait final du premier coup jusqu’à la fin du long processus. Charlotte Kinon tente par la technique de transmettre une sensation de malaise, une ambiguïté mêlant la dérision, l’ironie du sort ou la vengeance. (Centre culturel de l’Arrondissement de Huy)

Toujours dans ce cadre, Benoît Félix, artiste enseignant en Dessin à l’ÉSAVL-ARBAL, viendra jouer les troubles fêtes à ce dédale de tabous et de non-dits en hissant Le drapeau national du ciel.
L’exposition aura lieu du 15 septembre au 14 octobre 2018.

.
Plus d’informations :
Brochure de la manifestation, PDF
Page de présentation de la manifestation sur le site du Centre culture de l’Arrondissement de Huy

image-Prix-Itzal-Akitiboa-530(80)

SÉLECTION PRIX
Octobre 2018

Thomas Layatho, diplômé de l’ÉSAVL-ARBAL, sélectionné pour le Prix Itzal Aktiboa 2018

Thomas Loyatho a été diplômé en Master Spécialisé en Peinture à l’ÉSAVL-ARBAL. Il a déjà à son actif plusieurs expositions. Le voici à présent sélectionné pour le Prix Itzal Aktiboa 2018 de la Jeune Création Art Contemporain, organisé par l’association Itzal Aktiboa, un collectif d’artistes pour la diffusion de l’art contemporain :

« Sept artistes ont été choisis comme finalistes dans le concours pour le Prix Itzal Aktiboa Jeune Création Art Contemporain 2018 : Taxio Ardanaz, Luis Olaso, Maite Pinto, Miriam Isasi, María Jiménez Moreno, Thomas Loyatho et Léa Vessot. Ils présenteront leurs œuvres dans une exposition collective au cours du mois d’octobre à la Prison des Évêques à Saint Jean Pied de Port.
Sélectionnés parmi 34 candidats par un jury sous la présidence de la co-directrice du Centre d’Art Contemporain de Huarte (Navarre), Nerea de Diego, les sept finalistes représentent une variété de disciplines allant de la peinture à la vidéo.
L’exposition sera ouverte du samedi 6 octobre au jeudi 1er novembre inclus, tous les jours sauf le mardi de 11 h à 12 h 30 et de 14 h 30 à 18 h 30.
Le concours, organisé par l’association Itzal Aktiboa avec le soutien de l’Institut Culturel Basque, du Conseil Départemental des Pyrénées Atlantiques et de la Ville de Saint Jean Pied de Port, comporte un Prix de 2. 000 euros qui sera décerné à l’un des sept finalistes lors de l’inauguration de l’exposition. » (Itzal Aktiboa)

« L’installation de Thomas Loyatho “70cm / heure” comporte un fil d’herbe qu’il a tressé et qui court dans l’espace, accompagné d’une vidéo de ses mains au tressage dans un travail méditatif sur la valeur que l’on confère à une réalisation en fonction du temps qu’on lui consacre. » (Itzal Aktiboa)

Plus d’informations :
Page de présentation de la manifestation sur le site Itzal Aktiboa

Sarah-minutillo-la-boverie-quatremille-liege-530(80)

7u26hsg1kne-530(80)

EXPOSITION
Octobre 2018

Sarah Minutello, diplômée en juin 2018 de l’ÉSAVL-ARBAL, sélectionnée à « Espace Jeunes Artistes » en octobre 2018

En juin 2018, Sarah Minutillo a obtenu son diplôme de Master Spécialisé en Peinture à l’ÉSAVL-ARBAL. Depuis lors, elle a été sélectionnée pour l’Espace Jeunes Artistes. Présentation de l’exposition par l’artiste même :

« Établir le parallèle possible entre la dureté, la beauté et/ou la banalité du quotidien. Je me penche sur des photos piochées dans notre fil d’actualités et choisis de m’attarder sur certaines, de leur accorder de l’importance, du temps, celui nécessaire à la consécration de la peinture et du dessin.
 Si les photographies utilisées ne sont pas toujours actuelles, les sujets et idées qu’elles renvoient le sont davantage. Mes images familiales sont anecdotiques mais une peut en rappeler une autre, ramener à sa propre imagerie. J’utilise la mienne sans en dévoiler plus.
 Recréer ce zapping, le mettre en avant mais paradoxalement faire ressortir individuellement chaque image, les isoler dans le blanc du support. Transposer un médium et son contexte donné dans un autre, tout en gardant la trace consciente de ce transfert. 
Le regard du spectateur, et son vocabulaire inconscient ou conscient des formes et des idées achève la composition. »
 (Sarah Minutillo).

Dans le cadre, elle présente ainsi une exposition du 4 octobre au 30 novembre 2018 au Musée La Boverie (Liège). Le vernissage a lieu le mercredi 3 octobre à partir de 18 h.

Plus d’informations :
Page de présentation de la manifestation sur le site du Musée La Boverie

article_218-530(80)

EXPOSITION
Octobre 2018

Stéphanie Defays, diplômée de l’ÉSAVL-ARBAL, expose ses couleurs à la Société libre d’Émulation

Après des études en Histoire de l’art à l’Université de Liège, Stéphanie Defays a obtenu son diplôme de Master Spécialisé en Peinture de l’ÉSAVL-ARBAL. Depuis lors, elle centre tout son travail artistique sur la couleur, travail qu’elle expose régulièrement. André Delalleau, son professeur de Peinture, disait d’elle :

« Stéphanie Defays explore de façon systématique et symbolique les possibilités de la couleur, recherche d’intériorité mêlée de méditation et de spiritualité. Sur les traces de Claude Monet, de Mark Rothko ou de Barnett Newman, elle s’émancipe de ces influences respectables pour développer un travail de la couleur-lumière offrant toujours des résultats singuliers, graphiques et poétiques. »

Nouvelle exposition ainsi pour Stéphanie, au cœur de Liège, à la Maison Renaissance de la Société libre d’Émulation. L’exposition, proposée sous l’intitulé de Cosmogonies, est accompagnée de plusieurs événements. Elle se déroulera du 8 novembre au 15 décembre 2018. Le vernissage aura lieu le 7 novembre 2018, de 18 h à 20 h 30.

Plus d’informations :
Page de présentation de la manifestation sur le site de la Société libre d’Émulation
Site personnel de Stéphanie Defays (1)
Site personnel de Stéphanie Defays (2)

11.34.36-530(80)

EXPOSITION
Novembre 2018

Diplômée en 1990 à l’ÉSAVL-ARBAL, Marie-France Kech est aujourd’hui restauratrice et décoratrice d’art à Montréal

Marie-France Kech a obtenu son diplôme de Peinture à l’ÉSAVL-ARBAL en 1990. Qu’est-elle devenue une fois son diplôme en poche ? À l’occasion d’une bourse pour un stage d’échange entre le Québec et la Wallonie, elle s’installe en 1995 à Montréal. Progressivement, elle se spécialise dans les techniques en restauration et arts décoratifs, sa grande passion. Elle collabore notamment avec de nombreux bureaux d’architecture et de design.
Aujourd’hui, elle est une experte reconnue dans les techniques anciennes et traditionnelles de dorure et peinture décorative liées à l’architecture, et d’ailleurs elle les enseigne au sein du Conseil des métiers d’art du Québec. En septembre 2018, le quotidien québécois Le Soleil, lui a consacré un article, nous la rappelant à notre bon souvenir. L’article est consultable à cette page.

.Plus d’informations :
Page de présentation de Marie-France Kech sur le site des Métiers d’art du Québec
Site de Marie-France Kech

image1-530

EXPOSITION
Novembre 2018

L’Atelier Pica Pica ouvre ses portes sur plusieurs travaux d’artistes diplômés de l’ÉSAVL-ARBAL

L’Atelier Pica Pica est un atelier d’artistes animé entre autres par Manuel Falcata, enseignant au sein de l’ÉSAVL-ARBAL. Sous forme d’une exposition (Open Studios), l’Atelier présente Éric Deprez, Éric Doppagne et Vincent De Roder. Plusieurs récents diplômés de l’ÉSAVL-ARBAL sont aussi de la partie : Jamel Barbach, Martin Chaumont, Loîc Moons… Tous sont diplômés d’un Master Spécialisé en Peinture.
L’Atelier se situe à Grivegnée, une commune de la proche banlieue de Liège. Exactement rue Belleflamme, 49G. L’exposition sera de courte durée : ce week-end du 10 au 11 novembre 2018, entre 13 h et 18 h.

44905016_709866782745502_2789216658978242560_o-530

EXPOSITION
Novembre 2018

Plusieurs artistes diplômés de l’ÉSAVL-ARBAL participent à l’exposition « 18 cm sur 13 cm », de la Cdlt+

La jeune et très dynamique galerie liégeoise Cdlt+ propose une exposition collective de plus d’une vingtaine d’artistes. Parmi ceux-ci, on repérera certes Thierry Grootaers, professeur en Peinture à l’atelier du même nom à l’ÉSALV-ARBAL, mais surtout de nombreux artistes diplômés de l’ÉSAVL-ARBAL principalement en Peinture. Citons, en risquant d’en oublier l’un ou l’autre, Mikaïl Koçak, Léa Mayer, Sarah Minuitillo, Loïc Moons… L’exposition qui les réunit tous artistes s’appelle 18 cm sur 13 cm et se tiendra donc à la Galerie Cdlt+, rue du Pont, 34, Liège, entre le 14 novembre et le 22 décembre 2018. Vernissage le samedi 10 novembre, entre 16 h et 19 h.

Plus d’informations :
Site de la Galerie Cdlt+
Page Facebook de l’événement

POLA-POISSON-1-530(80)

EXPOSITION
Novembre 2018

Plusieurs artistes diplômées de l’ÉSAVL-ARBAL exposent aux Brasseurs (Liège)

Sous le titre de CAMP À LA mermermer #2 – Creux, Les Brasseurs Art Contemporain propose une exposition réunissant trois diplômées de l’ÉSAVL-ARBAL : Manon de la Kethulle, Zoé Médard et Andrea Radermacher-Mennicken. Cette exposition est issue d’une résidence ardennaise, sous l’initiative de mermermer, nom sous lequel se cache Mikail Koçak, aussi diplômé de l’ÉSAVL-ARBAL. Présentation des enjeux de cette exposition :

« Quatre artistes : Manon de la Kethulle, Sophie Langohr, Zoé Médard, Andrea Radermacher-Mennicken, et une critique d’art, Pauline Salinas, ont été invitées par mermermer à se réunir dans les Ardennes belges (Malmedy, août 2018) pour une semaine de vie commune et de production artistique intenses : Le camp à la mermermer #2. L’observation attentive portée aux pratiques et aux problématiques de chacun fait émerger un thème commun, articulant une réflexion propre au séjour. Ce processus aboutit à la réalisation d’une publication collective en tirage limité, envisagée comme espace de dialogue plastique.
L’exposition aux Brasseurs constitue le deuxième temps de la réflexion entamée durant la retraite estivale collaborative, entre mise en espace d’œuvres individuelles et prolongement d’un travail en groupe. » (Les Brasseurs).

L’exposition est visible du 24 novembre au 15 décembre 2018. Vernissage le 24 novembre, 18 h.
Image : Zoé Médard

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition sur le site Les Brasseurs Art Contemporain

EPSON011-300dpi-2-530(80)

EXPOSITION
Novembre 2018

Mikail Koçak, diplômé de l’Option en Publicité de l’ÉSAVL-ARBAL, expose aux Brasseurs

Dans le cadre de sa Vitrine Jeune Artiste, le Centre d’art contemporain Les Brasseurs présente une installation de Mikail Koçak, diplômé de l’Option de Publicité de l’ÉSAVL-ARBAL. Ekmek parasi / Gagne pain, le nom de cette installation, activée par un acte performatif lors du vernissage, met en relation les thèmes de l’exil et de la reconstruction identitaire :

« Entre traditions et modernité, Mikail Koçak interroge sans cesse la persistance des héritages culturels et les identités multiples nées de l’exil.
Son intervention dans la vitrine Jeune Artiste, activée le jour du vernissage par un acte performatif, remémore une histoire personnelle : le souvenir de sa mère et ses amies se réunissant les unes chez les autres, dans ces Ardennes belges qu’elles apprivoisaient encore, pour faire les hamur işleri (littéralement traduit par “travail de la pâte” évoquant également l’idée de “faire sa popote”). La répétition d’un geste millénaire, la fabrication du pain, permet d’évoquer à la fois la résilience des populations immigrées, et l’importance symbolique d’une émancipation économique. Un jeu sur le langage et le signifiant contextuel est d’ailleurs présent dans les expressions “faire son pain” et “gagner son pain”.
À travers la vitrine Jeune Artiste, Mikail Koçak porte à nos yeux et nos oreilles le souvenir de cette convivialité joyeuse. S’incarne alors la réminiscence d’instants qui nourrissent, qui font lien entre communauté et altérité, ports d’attache de tous les nomadismes.
Le motif est également présent à travers le tapis comme archive d’une filiation, comme canevas d’une sémiotique transgénérationnelle. La répétition du signe en ritournelle permettant le partage d’un langage commun. »
Pauline Salinas Segura (Les Brasseurs).

L’exposition est visible du 24 novembre au 15 décembre 2018. Vernissage le 24 novembre, 18 h.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition sur le site Les Brasseurs Art Contemporain

expobernardherbecq_affiche-530(80)

EXPOSITION
Novembre 2018

Deux diplômés de l’ÉSAVL-ARBAL aux commandes du nouveau documentaire d’Archidoc

Manuela Simonne et Christopher Bouts ont été étudiants au sein de l’Option de l’ÉSAVL-ARBAL. Dans ce cadre, ils ont été amenés à réaliser les films documentaires d’Archidoc. Archidoc est un programme culturel promouvant des architectes clés, au travers de l’édition de livres, l’organisation d’expositions, et la réalisation de films. Cette dernière a été ainsi confiée aux nos deux réalisateurs. Une fois diplômés, ils ont continué à assumer la réalisation pour cette troisième édition, cette fois sur l’architecte Bernard Herbecq :

« Ce troisième volet du cycle dédié aux architectes du XXe siècle à Liège est consacré à la pensée et à la production de l’architecte Bernard Herbecq (1950), considéré comme l’une des figures importantes de l’architecture organique en Belgique. Elle s’inscrit dans le cadre de la donation de ses archives au Groupe d’Ateliers de Recherche, logé à la Faculté d’architecture de l’Université de Liège. Diplômé de l’Institut supérieur d’architecture Lambert Lombard à Liège, élève de l’architecte Jacques Gillet, Bernard Herbecq a développé une pratique à la fois ancrée dans la construction et la rénovation d’habitations, dans la conception-réalisation de mobilier et dans l’enseignement. L’exposition, proposée du 12 octobre au 9 novembre 2018 au Musée Wittert (parcours) et la Galerie des Beaux-Arts (mobilier), est accompagnée d’une publication de François Gena (photographies Romain Delathuy), inventoriant également l’ensemble de son œuvre, d’un site internet et d’un film réalisé par Christopher Bouts et Manuela Simonne (atelier vidéographie ÉSAVL-ARBAL). » (CelluleArchi).

La réalisation de Manuella et de Christopher a été projetée en avant-première à la Salle académique de l’Université de Liège, ce vendredi 12 octobre 2018. Manuela et Christopher sont déjà sur une quatrième réalisation…

Plus d’informations :
Page de présentation du film sur le site d’Archidoc

RClendriers-2019-1-(11)-530(80)

RCCalendriers-2019-1-(26)-530(80)

EXPOSITION
Novembre 2018

Les calendriers 2019 de l’atelier de Gravure de l’ÉSAVL-ARBAL sont à découvrir à la Bibliothèque les Chiroux

Les calendriers 2019 réalisés par La Nouvelle Poupée d’Encre et l’atelier de Gravure de l’ÉSAVL-ARBAL sont en exposition. Quatre calendriers, et donc, une petite cinquante de gravure et pratique dérivée, réalisée par des membres de La Nouvelle Poupée d’Encre, mais aussi de diplômés de l’Option en Gravure, d’actuels étudiants, et d’enseignants.
Les calendriers seront dévoilés exposés à la Bibliothèque les Chiroux, Section Adultes, du 5 décembre 2018 au 13 janvier 2019. Le vernissage aura lieu le mardi 4 décembre 2018, à partir de 18 h. La Bibliothèque se situe rue des Croisiers 15, Liège.
Images de gauche : assemblage des calendriers dans l’atelier de Gravure de l’ÉSAVL-ARBAL

.Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition du site La Nouvelle Poupée d’Encre

10.26.18-530(80)

EXPOSITION
Novembre 2018

Eva L’Hoest, diplômée de l’ÉSAVL-ARBAL, et Benoît Félix, professeur à l’ÉSAVL-ARBAL, expose à IKOB

Eva L’Hoest est diplômée de l’Option de Vidéographie, Master approfondi. Elle expose dans le cadre de Dans le fond c’est très pragmatique – Les collections du BPS22, de la Space Collection et de l’IKOB en dialogue. Au IKOB donc, elle y retrouvera Benoît Félix, son ancien professeur de Dessin de l’ÉSAVL-ARBAL, qui y expose, en compagnie d’une vingtaine d’autres artistes, pour ce dialogue inédit entre trois centres d’art contemporain :

« Partant de la philosophie du pragmatisme selon laquelle n’est vrai que ce qui fonctionne, l’IKOB, la SPACE Collection et le BPS22 rassemblent leurs collections le temps d’une exposition. Dans un climat politique et culturel tendu, les institutions culturelles sont souvent obligées de bricoler, de s’adapter et de choisir l’action afin de pouvoir poursuivre leurs missions. Dans ces situations, le pragmatisme dont elles doivent faire preuve est envisagé comme une stratégie de survie dans l’art, comme une voie de résistance. Si les œuvres des trois collections dialoguent d’un point de vue conceptuel, stylistique et/ou anecdotique, c’est avant tout les pragmatismes liés aux contraintes de l’exposition qui, dans un souci d’efficacité, régissent celle-ci. » (IKOB).

L’exposition a lieu au IKOB -Museum of Contemporary Art, Eupen, du 31 octobre 2018 au 13 janvier 2019.

Plus d’informations :
Page de présentation de la manifestation sur le site d’IKOB
Page de présentation de la manifestation sur le site de Space Collection
Page de présentation de la manifestation sur le site du BPS22

encore_visuel_-530(80)

EXPOSITION
Novembre 2018

Mégane Likin, diplômée de l’ÉSAVL-ARBAL, expose « Encore »

Avant son exposition au Musée la Boverie, dans le cadre d’Espace Jeunes Artistes, Mégane Likin expose au sein de sa galerie, la Galerie Quai4. Mégane a obtenu son diplômé de Peinture, Master spécialisé, en juin 2018. Depuis lors, elle a son actif plusieurs expositions, réalisées ou en vue, au travers de sa galerie ou non. Elle expose ainsi collectivement à sa galerie, pour une exposition qui porte bien son nom : Encore. Encore Mégane donc, du 7 décembre 2018 au 12 janvier 2019. Vernissage le jeudi 6 décembre 2018, à partir de 17 h.

.Plus d’informations :
Page de présentation de la manifestation sur le site de Quai4

espaace-jeunes-artistes-530

EXPOSITION
Décembre 2018

Mégane Likin, diplômée de l’ÉSAVL-ARBAL, expose dans le cadre de l’Espace Jeunes Artistes

Mégane Likin n’est pas la première diplômée de l’ÉSAVL-ARBAL à participer à l’Espace Jeunes Artistes. Pensons à la dernière en date, Sarah Munitello, qui a exposé du 4 octobre au 30 novembre 2018. Mégane n’est pas non plus la dernière puisque sont déjà programmées d’autres diplômées de l’ÉSAVL-ARBAL : Gaëtanne Verbruggen et Manuela Simonne.
Mégane a donc été retenue pour cette exposition personnelle. Présentation de son univers par ce beau texte du critique d’art Emmanuel d’Autreppe :

« Il y a des images qui, plus que d’autres, réclament le silence, ou plus exactement savent s’entourer de silence; vous inviter à une forme de recueillement tranquille. Y poser des mots devient dès lors particulièrement délicat… Les petites toiles et les dessins plus petits encore de Mégane Likin sont de ceux-là. En peu de touches, en à peine quelques traits esquissés, ils font naître un sentiment intime, une émotion profonde. Étrangeté et familiarité, mélancolie et apaisement, concentration et relâchement, tout d’une pièce. Des paysages, pourtant en apparence déserts et muets, vous saisissent comme des portraits qui chuchotent. Aquarelles sur toile d’abord; puis techniques mixtes, tantôt mêlant crayon et aquarelle, tantôt à la mine seule, sur bois à nœuds retors ou sous calque translucide, disent la même contemplation, la même célébration, la même méditation. Sas coulissants, à mi-chemin du choix et de l’accident, où se rejoue sans cesse le ballet du hasard et de la nécessité, de l’empreinte individuelle et collective.
À bien y regarder pourtant, et à mieux la connaître, on comprend peu à peu qu’il ne s’agit pas tant de contemplation, et qu’il n’est même pas vraiment question de paysage dans le travail de Mégane Likin ; elle peint des souvenirs, résurgences vagues et précises qui pourraient être les nôtres, qui sont peut-être les nôtres, qui sont sûrement les siens. Et dont la fragilité et l’apparence d’inachèvement nous font comprendre qu’ils émanent d’une matière changeante, évolutive. La mémoire n’est pas faite d’instants gravés pour l’éternité, immuables, comme a parfois tenté de nous le faire croire certaine pratique de la photographie. Elle est au contraire mouvante et ondoyante comme un ciel que font et défont les nuages ; elle s’approche et repart comme une mer renouvelée ; elle redessine et réécrit inlassablement, comme nous tous. Et dans le sapin rigide et déplumé, sous la brindille figée ou le sable rare, pour qui sait l’entendre, tout bouge, tout bruisse; la moindre vie hésite, résiste.
Certes, il faut s’approcher ; Mégane n’est ni la première, ni la dernière à traduire en petit des choses très grandes. D’autres expriment en grand des choses très petites — à chacun somme toute son trajet ou son truc. Le mouvement du spectateur de ses images, paradoxal, vaut la peine d’être suivi : le vertige n’est pas moins grand à se perdre dans l’infiniment petit, qu’à s’égarer dans le trop vaste. Leçon de l’ancêtre photographique, Talbot, qui nous invite à examiner le vide ou l’accessoire, jugés sans importance; croisée avec l’acuité du peintre qui, dit-elle, élit “des détails si subtils et si futiles, qu’ils méritent que le regard s’y pose”. L’aller-retour entre les supports, tantôt impalpables comme le papier-calque de la remembrance, tantôt réticents et résistants comme ces marques dans le bois indocile avec lesquelles il faut bien composer, ce balancement, traduit des informations ou des impressions, des lectures aussi bien que des rencontres, proches ou lointaines. Le titre comme seule piste ; le hors-champ comme un prolongement possible ; le cœur des choses qui inlassablement renvoie à leurs alentours. Au centre de la spirale, dans la focale du scrutateur, invisible, se tient sûrement un personnage énigmatique, de trois quarts dos. Il peint — non, elle peint, seule sa chevelure ne trompe pas — de façon si discrète qu’on pourrait ne pas l’apercevoir. Elle fait mine de ne pas nous parler d’elle; sûrement ce minuscule inaccessible est-il aussi une forme de protection.
Discrète, sensible, pudique, il y a fort à parier que Mégane le reste ; trop de mots déjà, dans tout ce qui précède, risquent de l’encombrer. Que savoir de l’artiste, en cet instant du parcours ?… Qu’elle a croisé récemment Charles-Henry Sommelette — échanges grandissants, nourrissants, confrontants. Qu’elle a traversé le bain propice ou le laboratoire nourricier de l’Académie, puis le déclic libératoire, salutaire, d’un départ pour l’Angleterre. En chemin: des soutiens, des amis. Dans le lointain des références: les solitudes et les attentes d’Edward Hopper, et puis la bouleversante “Jeune orpheline au cimetière” de Delacroix. Enfin, courageusement posée sur un horizon plus éloigné encore, “La recherche du temps perdu” de Marcel Proust… allons, bonne route! Celle-là, une fois entamée, allez savoir où elle vous mènera.
Hic et nunc : “Espace jeunes artistes”. Dûment estampillé à présent ; décembre 2018, nous y voici. Jeune, elle l’est, Mégane. D’espace, il est indiscutablement question ; et aussi de temps. Artiste ? Cela va sans dire… et probablement en a-t-on déjà trop dit.
Et puis, enfin, les souvenirs n’ont pas d’étiquette… À peine un prix ; et jamais tout à fait les bons mots. » (Emmanuel d’Autreppe – décembre 2018, Quai4).

Cette exposition aura lieu au Musée La Boverie, du 6 décembre 2018 au 31 janvier 2019. Le vernissage a été fixé au mercredi 5 décembre à 18 h.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition sur le site du Musée La Boverie

234df1e1-60bc-4031-813e-f6ed2b9f3471-530(60)

GRAVURE / ÉDITION / EXPOSITION
Décembre 2018

Cindy Jugé, étudiante à l’ÉSAVL-ARBAL, et primée au Prix Dacos 2e édition, expose au Musée La Boverie

La première édition de ce Prix Dacos, en 2015, avait vu décerner le Prix à Simon Delfosse, diplômé en Gravure de l’ÉSAVL-ARBAL. L’édition 2018 a vu le Prix décerné encore à un diplômé de l’ÉSAVL-ARBAL : cette fois-ci à une diplômée en Master Illustration, Cindy Jugé.

« Son travail s’inscrit dans un univers poétique et contemplatif. Sans cesse nourrie d’expérimentations, elle exploite ses émotions et sentiments de la vie quotidienne, son rapport au monde. » (cdtl+).

Dans le cadre de ce Prix, Cindy exposera au Musée La Boverie, en compagnie 18 autres sélectionnés pour ce Prix, dont deux diplômées de l’ÉSAVL-ARBAL : Babé (diplômée en Gravure) et Mégane Likin (diplômée en Peinture).
L’exposition se tiendra du 21 décembre 2018 au 3 mars 2019.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition sur le site du Musée La Boverie
Portfolio Instagram Cindy Jugé

14.56.57-530

GRAVURE / ÉDITION
Décembre 2018

En route pour une nouvelle année, avec l’atelier de Gravure de l’ÉSAVL-ARBAL et son calendrier 2019

Les fêtes de fin d’années se précisent. L’atelier de Gravure y participe en publiant son traditionnel calendrier de la nouvelle année. Il a été réalisé conjointement par l’atelier de Gravure de l’ÉSAVL-ARBAL mais aussi l’association de graveurs et pratiques apparentées, La Nouvelle Poupée d’Encre.
Cette année, trois calendriers (48 x 32 cm) de six pages en vingt-cinq exemplaires sont proposés à l’achat. De même qu’un calendrier (16 x 32 cm) de douze pages en trente exemplaires.
A participé à cette nouvelle édition, une trentaine d’artistes graveurs, dont certains ont été étudiants à l’atelier ou font partie de son équipe pédagogique.
Calendrier 1 : Marie-France Bonmariage, Luigino De Zotti, Marina Marangi, Michel Barzin, Mathilde Vandenbussche, Jean-Michel Uyttersprot.
Calendrier 2 : Martine Droixhe, Saïd El Khamrichi, Chantal Dejace, René Weling, Roberta Sucato, Cécile Pruvot.
Calendrier 3 : Maria Pace,Richard Bit, Valéria Micalizzi, Frédéric Materne, Daniel Sluse, Thierry Wesel.
Calendrier 4 : Dragana Bojic, Clémentine Thyssen, Sofie Vangor, Vincent Meessen-Bovy, Philippe Delaite, Véronique Martinelli, Dorothée Van Biesen, Maëlle Vivegnis, Simon Defosse, Charles Henry Sommelette, Éric Delayen, Babé.
Pour se procurer l’objet, rendez-vous sur le site de La Nouvelle Poupée d’Encre.
Comme annoncé précédemment, les calendriers sont en exposition à la Bibliothèque les Chiroux jusqu’au 13 janvier 2019.

Plus d’informations :
Site de La Nouvelle Poupée d’Encre

Espace-Jeunes-Artiste-depliant-FINAL-1-530(80)

EXPOSITION / PEINTURE
Décembre 2018

Jamel Barbach, jeune diplômé de l’ÉSAVL-ARBAL, expose à l’Espace Jeunes Artistes

Après Sheila De La Cal Perez, Martin Chaumont, et Yan Conteau, à présent c’est autour de Jamel Barbach, jeune diplômé en Peinture de l’ÉSAVL-ARBAL, d’exposer dans le cadre de l’Espace Jeunes Artistes au Musée de la Boverie (Liège).

« Pour Jamel Barbach, tout est prétexte à la peinture. Avec humour, il s’appuie sur des images improbables qui finalement ne font que souligner la forte présence du désir de peindre et d’exister. Le caractère futile des sujets aboutit à un résultat pictural qui, lui, n’a rien de futile. Le prétexte à peindre parait dérisoire et semble pourtant nous mener à une plénitude jouissive, une alchimie où le ridicule deviendrait spirituel. » André Dellaleau

« La peinture me permet de m’exprimer, de m’extérioriser physiquement et spirituellement. Pour moi, c’est elle qui constitue le sujet ; l’image utilisée n’est que le support. Elle n’est qu’une ligne directrice qu’il ne faut pas suivre servilement… notamment au travers du travail par série avec lequel je me remets en question, avec chaque fois, un regard neuf, une lecture différente d’un même thème.
André Dellaleau le voit bien : “le prétexte à peindre paraît dérisoire et semble pourtant nous mener à une plénitude jouissive, une alchimie où le ridicule deviendrait spirituel”. Sans doute, une grande part de l’essence de mes recherches se trouve-t-elle expliquée dans ces quelques mots. Je me considère comme un amoureux de la peinture, cette peinture qui nous parle, nous transcende, nous fait voyager et parfois même rire. »

Vernissage le mercredi 6 décembre, à 18 h 30. Exposition du 7 décembre au 31 janvier 2018.

Plus d’informations :
Page de présentation de la manifestation sur le site du Musée La Boverie