École Supérieure des Arts de la Ville de Liège > Manifestations > Diplômés >

2019

Manifestations de 2019 incluant des diplômés de l'ÉSAVL-ARBAL

depliant-eja-2019_Page_1-530

eja-banner2-530(80)

IMG_4808.2-530-580)

EXPOSITION / PEINTURE
Janvier 2019

Encore une jeune diplômée de l’ÉSAVL-ARBAL sélectionnée dans le cadre d’Espace Jeunes Artistes : Gaëtane Verbruggen. Elle expose dès ce mois de février 2019 au Musée de La Boverie

Gaëtane Verbruggen est une jeune diplômée en Master Peinture à l’ÉSAVL-ARBAL. Elle a obtenu son diplôme en juin 2018. Depuis lors, elle a déjà exposé, entre autres à la Galerie Nadja Vilenne, une des galeries liégeoises les plus renommées. Elle expose à présent dans le cadre de l’Espace Jeunes Artistes, au Musée de La Boverie. Présentation de cette opportunité inédite d’aide aux artistes liégeois émergents :

« Chaque mois, des artistes liégeois, œuvrant dans le domaine des arts plastiques, ont l’opportunité d’accéder à un espace d’exposition au sein du Musée de La Boverie.
Ce projet s’adresse aux artistes, mais aussi à ceux dont la démarche, indépendamment de l’âge, est récente/nouvelle et qui n’ont pas ou peu proposé d’exposition à titre personnel.
Un comité de sélection se réunit plusieurs fois par an et est seul juge dans le choix des artistes sélectionnés. » (Espace Jeunes Artistes)

Présentation du thème dominant de son travails par l’artiste même :

« Les souvenirs sont tous “authentiques”.
En principe. On s’attache à un endroit, à une personne, à un objet ou encore parfois à un détail futile. Je cherche à révéler des instants, intraduisibles, fragiles, un peu flous.
Mon intention n’est pas de les développer clairement mais de laisser l’esprit de chacun les interpréter librement, s’identifier aux images, se remémorer un sentiment, une émotion, une impression fugitive…
Je prends plaisir à capter l’âme de ces instants du quotidien, à retranscrire ce trouble qui, parfois, anime le banal et l’insignifiant. Tout en préservant l’humilité.
Durant la recherche effectuée sur ces souvenirs personnels, je me suis intéressée aux lieux oubliés, aux sites remplis d’histoires auxquels personne ne prête attention.
Ces endroits, sans figure, qu’une lumière diffuse, blafarde, peut nous rappeler un instant, une anecdote. Nous avons alors la possibilité d’imaginer un passé, un souvenir, fussent-ils de quelques secondes seulement.
Des récits différents pour chaque lieu, des émotions différentes pour chaque instant. Nous avançons alors dans une fiction que l’on se construit. C’est une manière de découvrir de nouvelles perspectives sur le monde qui nous environne. Qu’il soit donc réalité ou imaginaire, venu d’une réminiscence ou non, le souvenir est commun à notre histoire à tous. Nous pensons dès lors avoir réussi à approcher la trace durable de toutes ces sensations.
Et pourtant, “acquisition, conservation, transformation, expression, la mémoire est une symphonie en quatre mouvements”. (Descartes) » (Espace Jeunes Artistes).

Le vernissage de cette exposition personnelle est programmée ce mercredi 6 février 2019, à partir de 18 h. L’exposition est accessible du 7 février au 31 mars 2019.
Pour patienter, Gaëtane Verbruggen propose un site personnel, reprenant ses principales techniques picturales et productions artistiques.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition sur la page Espace Jeunes Artistiques du site du Musée La Boverie
Page de présentation de l’exposition sur la page Espace Jeunes Artistiques du site de la Ville de Liège
Page de présentation de l’exposition de Gaëtane Verbruggen à la Galerie Nadja Vilenne

49664404_2216357971762269_5690996352978921659_n-530

735708FCxuzgEV-530(80)

EXPOSITION / PEINTURE
Janvier 2019

Julien Janvier, diplômé de l’ÉSAVL-ARBAL, expose à nouveau à Liège

Julien Janvier est diplômée en Master spécialisé Peinture à l’ÉSAVL-ARBAL. Il a eu l’occasion de participer au RAVI pour son exposition de fin d’études de Master (2017), aux Masters Salon Painting, organisés par Komask (Anvers, 2018), à l’exposition De l’Académie à la Châtaigneraie, édition 2018, organisée par le Centre wallon d’art contemporain La Châtaigneraie, au Bozar, dans le cadre d’Art Truc Troc & Design (Bruxelles, 2019).
Le voici à présent retenu pour l’exposition collective Vocation !, organisée par la Galerie Yoko Uhoda Gallery (Liège).
Voici ce que Julien Janvier disait de sa pratique dans le catalogue accompagnant l’exposition De l’Académie à la Châtaigneraie (2018) :

« Mon travail est issu de plusieurs années d’expérimentation. Il est basé sur une démarche spontanée. Je ne cherche pas le rendu réaliste. Cependant, tous mes sujets sont tirés du réel auquel je donne un e nouvelle piste de lecture. La nature m’entoure et je joue avec elle. C’est avant tout un prétexte pour peindre.
Le sujet, c’est la peinture. Je ne me prive pas d’enfreindre les codes picturaux. Je déteste tout ce que la majorité approuve et inversement, je crée mes codes personnels.
Je pars souvent de sujets simples, de formes simples présentes dans mes dessins pour en faire quelque chose de différent. Je suis contre la notion du beau et du laid. »

L’exposition Vocation ! se déroule du 26 janvier 2019 au 23 février 2019.

Plus d’informations :
Site de l’organisatrice, la Galerie Yoko Uhoda Gallery

Image de gauche : Fire, 2018, Julien Janvier

bozar-art-truc-troc-design-2019-affiche--388739jpg-530

EXPOSITION / PEINTURE
Février 2019

Julien Janvier, diplômé de l’ÉSAVL-ARBAL, est présent à « Art Truc Troc & Design »

Julien Janvier, diplômé en Master Peinture à l’ÉSAVL-ARBAL, participe à Art Truc Troc & Design, édition 2019. Cette exposition, bisannuelle et collective, est organisée par Bozar, avec la collaboration du Centre culturel Wolubis – Commissaire pour les arts plastiques. Pour cette manifestation inédite, aidés d’un jury de professionnels, ils ont sélectionné une centaine d’artistes émergents ou confirmés. Mais qu’est-ce Art Truc Troc & Design ? Présentation par les organisateurs :

« Plus de 300 œuvres d’une centaine d’artistes émergents et confirmés sont exposées aux cimaises de Bozar pendant 3 jours. Avec des peintures, photographies, sculptures, dessins, gravures, du design, c’est l’occasion de découvrir ce qui se fait actuellement sur la scène artistique belge. Armés de leur imagination et de quelques Post-it, les visiteurs sont invités à proposer un troc aux artistes en échange de l’œuvre qui les aura séduits. Un voyage au soleil, une œuvre originale, des cours particuliers de piano… la seule limite est l’imagination du visiteur. Ces échanges, inédits et insolites, sont la force d’Art Truc Troc & Design ! » (Bozar).

Cette manifestation se déroule du 1er au 3 février 2019, à Bozar (Bruxelles).

Plus d’informations :
Site de la manifestation
Page de présentation de la manifestation sur le site de Bozar
Page de présentation de la manifestation sur le site du Centre culturel Wolubis

52469056_2675872549119562_2157616343434657792_o-530(80)

EXPOSITION / PEINTURE
Février 2019

Julien Janvier et Loïc Moons, tous deux diplômés de l’ÉSAVL-ARBAL, exposent en duo ce mois de mars 2019

Ils sont tous les deux diplômés en Master Peinture de l’ÉSAVL-ARBAL : Julien Janvier en 2017, Loïc Moons en 2018. Nous pouvions ainsi les rencontrer dans les ateliers de Peinture de l’ÉSAVL-ARBAL, ateliers animés par Thierry Grootaers et André Delalleau, professeur. Mais aussi animés par Sophie Legros, enseignante. Voici ce qu’elle écrivait sur le travail de Loïc dans le catalogue accompagnant l’exposition De l’Académie à la Châtaigneraie (2018), exposition à laquelle avait participé Loïc :

« Si le travail de Loic Moons s’articule autour du plaisir de peindre, “simplement, en appliquant de la couleur sur un support, le salissant, lui donnant matière et vie” écrit-il, il transpire pourtant d’une dimension expressionniste qui, inévitablement, lui échappe et provoque une émotion d’autant plus grande que son point de départ se veut ludique et l’action de peindre, libératrice : “Les grandes toiles sont des terrains de jeux où je peux m’émanciper, me libérer à travers une action physique. Ces gestes produisent des accidents, que je découvre avec le recul et me mènent à la question de les accepter, de les utiliser ou non.” Sincérité d’action et rencontre amoureuse/festive/explosive avec la couleur “qui vient comme ça”.
Au départ d’images de mangas ou de jeux vidéos avec lesquelles il a grandit, le sujet s’épuise dans une transformation perpétuelle, un dialogue constant entre le medium, le support et lui-même ; se réduisant,à quelques symboles graphiques avec lesquels il vit une intimité qui le rassure, le guide dans le choix incalculable de chemins à prendre, au cœur de cette vaste forêt sauvage que peut être la peinture.
La récupération de matériaux – peinture industrielle, mais aussi ses propres réalisations – participe à cette large improvisation qui est une
métaphore involontaire mais naturelle de la vie. Car c’est une réelle succession d’œuvres, portant à chaque fois une intelligence picturale et une autonomie plastique, qui est sacrifiée pour “nourrir son support”, satisfaire de façon plus pertinente le créateur, rectifiant sans cesse la justesse de ses choix. Cette honnêteté sensible et intellectuelle fait de Loïc un preux chevalier de l’art-qui-est-la-vie et nous rappelle que cette pratique continue transforme l’adolescent(e) que nous sommes, en homme ou femme libre, cela, non sans souffrance. (Sophie Legros, ÉSAVL-ARBAL 2018).

Aujourd’hui, Julien Janvier et Loïc Moons exposent en duo leurs œuvres picturales à la Galerie Central (Centrale des arts urbains), du 9 au 29 mars 2019. Le lieu d’exposition est la Spray Can arts ASBL, située Rue en bois 6 Liège. Exposition uniquement sur rendez-vous.

Plus d’informations :
Page Facebook de la Galerie Central
Site de Spray Can Arts ASBL

Mauryn-PArent-530(60)

ENTRETIEN / GRAVURE
Février 2019

Mauryn Parent, diplômée à l’ÉSAVL-ARBAL, s’entretient dans les éditions Sudinfo (Sudpress)

Le beau parcours se prolonge pour Mauryn Parent. Diplômée en Master Illustration en 2014 à l’ÉSAVL-ARBAL. En 2017, elle décrochait le Prix Jeune auteur Bande dessinée de la Province de Liège, prix lui permettant d’éditer son premier album bande dessinée : Génération Y. Album qui n’en finit pas de faire des remous, tant pour ces qualités graphiques que thématiques. La voilà ainsi en entretien autour de ce thème de cette Génération Y ce 25 février 2019 dans les éditions Sudinfo (Sudpress).

Plus d’informations :
Page de consultation du début de l’article, sur le site La Meuse
Site des éditions Sudinfo (Sudpress)

depliant-eja-2019_Page_1-530

depliant-eja-2019-1-2-530(80)

INSTALLATION VIDÉO
Mars 2019

Manuela Simone, diplômée de l’ÉSAVL-ARBAL, est à l’Espace Jeunes Artistes

Cette année, à l’Espace Jeunes Artistes, de l’ÉSAVL-ARBAL il y a déjà eu Mégane Likin (Master Peinture), Gaëtane Verbriuggen (Master Peinture). Il y aura bientôt Édouard Paquay (Master Peinture), mais en attendant, il y a Manuela Simone. Cette diplômée récente du Master Vidéographie expose ainsi du 4 avril au 31 mai 2019 au sein de cette vitrine de la jeune création contemporaine liégeoise qu’est l’Espace Jeunes Artistes. Une preuve s’il en est besoin que cette initiative d’insertion socio-professionnelle artistique s’ouvre à toutes les pratiques d’arts plastiques, dont l’installation vidéographique (pratique de prédilection chez Manuela) et n’a pas peur d’aborder des thèmes brûlants, comme l’immigration, puisque ce thème est au cœur de la démarche artistique de Manuela. Propos de cette dernière sur son exposition :

« “Nous sommes la somme des autres” (Boris Lehman)
L’être humain et son environnement sont au centre de mes préoccupations.
Je m’attache toujours à faire de l’autre un pilier de mon processus de travail. Cultiver les rencontres et privilégier la qualité des relations sont les moyens de me permettre d’avancer.
J’ai moi-même migré à plusieurs reprises. Mon parcours artistique s’en trouve influencé. La place de l’humain dans ses différents espaces de vie (physiques, intellectuels, sensibles, culturels) est au cœur de mes questionnements. J’interroge en particulier les notions de mouvement et de migration. » (Manuela Simone).

Le vernissage aura lieu le mercredi 3 avril 2019, à 18 h. Puis l’exposition, sur deux mois : du 4 avril au 31 mai 2019. Le tout au Musée La Boverie à Liège.

Plus d’informations :
-
Page de présentation de l’exposition sur la page Espace Jeunes Artistiques du site du Musée La Boverie

53288114_165163281137800_2312089885423945581_nX

52877963_787512618314251_1130331153450926080_n-530(80)

EXPOSITION / DESSIN / TEXTILE
Mars 2019

Zoé Médard, diplômée de l’ÉSAVL-ARBAL, expose à la Galerie Cdlt+

La Galerie Cdlt+ est une galerie initiée et gérée entre autres par de jeunes artistes diplômés de l’ÉSAVL-ARBAL. Il est donc tout naturel d’y rencontrer de temps à autre des expositions de diplômés de l’ÉSAVL-ARBAL, dont Zoé Médard, diplômée en Option en Vidéographie en 2016. Bien que vidéaste à l’origine, sa démarche artistique tient plutôt dans un langage et dans des formes plastiques traditionnels (dessin, textile, tapis…), par ailleurs, souvent inspirés de son quotidien, comme elle l’évoque dans ses propos suivants :

« Devant moi un tapis et plus besoin de colorer à la couleur. Un nouveau moyen d’explorer un espace pour son territoire superficiel. Je vais/ je pense que je vais recouvrir la dalle centrale de la galerie Cdlt+ de tapis, de cartons, de tissus, de couverture. J’aimerais/ je pense que j’aimerais faire intervenir des tissus comme du tulle et du polaire.
Comme une piqûre de rappel pour les choses qu’il est plus confortable d’oublier j’amènerai mes trouvailles à la galerie et il se passera quelque chose. » (Page Événements Facebook).

L’exposition, intitulée Résidence d’hiver – Territoire superficiel, a été précédée d’une résidence d’artistes, l’exposition devient ainsi la monstration de ce travail effectué en résidence. Du 13 au 16 mars 2019. En ces temps où exposer devient de plus en plus difficile, particulièrement pour les jeunes artistes en quête d’émergence, cette initiative se doit d’être plus que soutenue.

Plus d’informations :
Site de la Galerie Cdlt+

56536151_1307040222779901_8164176360848228352_o-530(80)

INSTALLATION
Avril 2019

Diplômée de l’ÉSAVL-ARBAL, Sheila de la Cal Pérez expose aux Brasseurs

Le Centre d’arts contemporains Les Brasseurs accueille à nouveau un diplômé de l’ÉSAVL-ARBAL : il s’agit de Sheila de la Cal Pérez. Elle occupera la vitrine du 10 au 27 avril 2019 pour une exposition intitulée pa/RADIS.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition sur le site des Brasseurs

sans_titrehuile_sur_bois16X22cm2018-530(80)

EXPOSITION / PEINTURE / DESSIN
Avril 2019

Nouvelle exposition pour Charles-Henry Sommelette, diplômé de l’ÉSAVL-ARBAL

L’ÉSAVL-ARBAL avait déjà participé à l’édition d’une monographie sur ce jeune artiste liégeois très prometteur qu’est Charles-Henry Sommelette, en 2018. La Galerie des beaux-arts ne s’y était pas non plus trompée puisqu’elle lui a ouvert entièrement son lieu. Charles-Henry est diplômé en Peinture à l’ÉSAVL-ARBAL et s’est focalisé plutôt sur le dessin au fusain, mais ne dédaigne pas la peinture (image de gauche, sans titre, huile sur bois, 2018), comme sujet son quotidien et environnement immédiat. Par exemple, le jardin, le titre de sa nouvelle exposition :

« Nous avons tous notre jardin mental, intime et/ou bien réel. Très concret pour le botaniste ou le jardinier, le jardin convie aux rêves, aux fantasmes, aux histoires. Toujours culturel et construit, le jardin a autant symbolisé le pouvoir que le romantisme : lieu de vie ou de représentation, il nous offre la possibilité de nous y projeter.
Il en va naturellement de même pour Emmanuel Tête (Lyon 1973, vit et travaille à Bruxelles depuis 1992) et Charles-Henry Sommelette (Aye 1984, vit et travaille à Barvaux-sur-Ourthe). Qu’ils soient peintres dessinant ou dessinateurs peignant, ils trouvent tous deux dans le Jardin-Paysage un décor symbolique, un espace leur permettant de nous livrer leurs histoires qui, à notre guise, nous laisseront libres, juges ou narrateurs.
Emmanuel Tête nous plonge dans des scènes fictives, intemporelles, absurdes et théâtrales comme dans une bouffonnerie de la Commedia dell’arte, cela, à la manière des peintres anciens. Il façonne des décors arborés ou se jouent des actes de vie pas toujours compréhensibles. Le temps se fige un instant, juste avant le dénouement du récit, le peintre a posé son crayonné et nous offre des scènes de genre articulées autour d’acteurs, de figurants et de représentations.
Chez Charles-Henry Sommelette, comme un train en campagne ou le travelling d’une caméra, le temps passe dans le décor et, tout à coup, fait un “close up”. Dans les limites d’un espace, c’est un focus sur un moment du récit, un arrêt sur image et là, entre le coin d’une grille et d’une haie, il peint l’instant de la fiction. Des personnages ont-ils quitté les lieux ou ne sont-ils peut-être pas encore arrivés ?
Tous deux construisent des Images-Scènes de facture réaliste où la notion de narration est mise à l’avant plan sans nous en donner réellement les clefs. Emmanuel construit une narration fictive dans un décor physique où se meuvent des personnages en action. Charles-Henry est dans le non-décor, “plus réaliste” à la limite d’un espace dans l’entre-deux où l’absence se raconte.
Tous deux utilisent les techniques et le langage pictural pour nous projeter dans leurs jardins… contés et nous invitent à réinventer nos “propres théâtres de verdure”. (Gauthier Pierson). » (L’Orangerie).

Le titre complet de l’exposition est Jardins des contes. Charles-Henry Sommelette n’est pas seul à cette exposition. Elle s’effectuera en duo avec Emmanuel Tête. L’exposition, organisée par l’Orangerie, avec la collaboration de la Galerie Rossicontemporary, aura lieu du 20 avril au 2 juin 2019.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition sur le site de l’Orangerie

57908930_818925458506300_8989292092974956544_o-530(80)

EXPOSITION
Mai 2019

Mikail Koçak, diplômé de l’ÉSAVL-ARBAL, expose à nouveau à la Cdlt+

Mikail Koçak est diplômé en Master Publicité de l’ÉSAVL-ARBAL. Il propose une nouvelle exposition, intitulée Açık Olsun / Qu’il soit clair / Do it Light, à nouveau à la Galerie Cdlt+. Il sera accompagné de Julia Garcia Rubio, spécialisée en Bijoux contemporains et design.
 Vernissage le vendredi 17 mai 2019, à 18h. Exposition du 18 mai au 26 juin 2019.

Plus d’informations :
Site de la Galerie Cdlt+
Page Facebook de l’exposition

60399977_2874433299263485_3755785317932597248_o-530(80)

EXPOSITION / PEINTURE
Mai 2019

La Galerie Central ouvre l’ancienne Mairie d’Ougrée à plusieurs diplômés et étudiants de l’ÉSAVL-ARBAL

Plusieurs diplômés et étudiants de l’ÉSAVL-ARBAL participent à cette exposition collective, organisée par la Galerie Central : pêle-mêle, citons Sheila de la Cal Perez, Sarah Minutillo, Maxime Moyersoen, Joao Costa Leal, Raphaël Albanese… L’exposition est décentralisée à l’ancienne Mairie d’Ougrée (Liège).

« L’exposition aborde la requalification urbanistique au sens large, ainsi que les enjeux et problématiques qui en dérivent et ce, à travers le regard d’artistes plasticiens. Les œuvres exposées explorent les interactions possibles avec l’espace et ses fonctions, interrogent des notions telles que l’identité, le rituel social, ou encore poussent à la réflexion des lieux devenus obsolètes. » (Galerie Central).

L’exposition ne durera que trois jours, du 17 au 19 mai 2019.

Plus d’informations :
Page Facebook de l’événement
Page Facebook de la Galerie Central

depliant-eja-2019(1)-2-530(80)

EXPOSITION / PEINTURE
Mai 2019

Edouard Paquay, diplômé de l’ÉSAVL-ARBAL, expose dans le cadre d’Espace Jeunes Artistes

Il y a un an, il finalisait son diplôme de Master spécialisé en Peinture à l’ÉSAVL-ARBAL. À présent, en tant qu’artiste, Edourd Paquay expose dans le cadre de l’Espace Jeunes Artistes. Il est ainsi le troisième diplômé de l’ÉSAVL-ARBAL à exposer dans ce cadre depuis le début de cette année 2018, après Gaëtane Verbruggen et Manuela Simonne. Présentation de sa démarche :

« C’est comme à la sortie d’un rêve, l’impression de revenir d’un grand voyage, si proche et à la fois si lointain. On se retrouve avec soi-même, on fait le point, on médite sur cette expérience. Ces images qui n’appartiennent qu’à nous, un condensé d’expériences vécues et ressenties formant une nouvelle expérience. Il y a des instants du réel qui me ramènent à cet état euphorique et insaisissable que je retrouve dans le rêve, quand toutes les conditions sont là, loin du monde, mais profondément ancré dans ses racines, ces instants dont on ne se lasse jamais, car on prend conscience que c’est là l’essentiel.
Mes œuvres témoignent de ces instants figés dans le temps, qui sont tout et peu de chose à la fois. Je cherche à développer une forme d’introspection au cœur de mon travail, à capturer un fragment d’éternité au travers d’un instant, d’un souvenir, d’un regard, conserver une trace de ce qui fut et restera.
À travers le rêve dans son sens premier, ce qui m’intéresse est la part de mystère qu’il englobe, car il nous permet de voir au plus profond de nous, au-delà des bruits du monde. C’est un terrain d’expériences, une existence vécue en parallèle et qui influence le réel. Mais au-delà du rêve en tant que tel, on retrouve une volonté de changement, le rêve comme idéal et le paradoxe de l’inaccessible, un refuge et une frontière. » (Edouard Paquay).

Au Musée La Boverie, du 6 juin au 31 juillet 2019, vernissage le mercredi 5 juin.

Plus d’informations :
Page Espace Jeunes Artistes sur le site du Musée La Boverie

60236123_2293134444236434_9083458336111722496_o-530(80)

EXPOSITION
Mai 2019

Lionel Lebeau, diplômé de l’ÉSAVL-ARBAL, propose ses « curiosités esthétiques »

Lionel Lebeau poursuit ses obsessions d’exposition en exposition, obsessions déjà déployées lors de ses études à l’ÉSAVL-ARBAL. À présent diplômé de l’ÉSAVL-ARBAL, il présente une nouvelle exposition, Curiosités esthétiques, à la Galerie 23 (Liège), à l’initiative de l’asbl Offti23. Vernissage le vendredi 17 mai 2019 à partir de 18 h. Du 18 mai au 9 juin.

Plus d’informations :
Site de la Galerie 23

BIENNALE-MULHOUSE-2019-800x1181

EXPOSITION
Mai 2019

Au travers l’une de ses diplômées, Gaëtane Verbruggen, l’ÉSAVL-ARBAL participe à la Biennale Mulhouse 019

Dans sa volonté de développement international, l’ÉSAVL-ARBAL a souhaité participer cette année à la Biennale Mulhouse 019 (France), au travers d’une de ces jeunes artistes diplômées, Gaëtane Verbruggen.
En effet, la Biennale Mulhouse 019 La jeune création dans l’art contemporain se veut un pôle européen de dynamisation des écoles supérieures d’arts en Europe, leurs permettant ainsi d’accéder à un niveau international. Cela passe ainsi par cette Biennale, qui regroupe une centaine d’artistes diplômées de ces mêmes écoles, pour de multiples expositions, mais aussi des conférences débats, un concours…
Quatre écoles supérieures d’arts francophones de Belgique participent à cette Biennale : l’ART2, La Cambre, l’ERG, et l’ÉSAVL-ARBAL.
Pour l’ÉSAVL-ARBAL, a été retenue Gaëtane Verbruggen. Cette jeune artiste émergente a obtenu son diplôme en Master Peinture en juin 2018. Depuis lors, elle a pu exposer dans de nombreux espace de création contemporaine, dont la Galerie Nadja Vilenne, l’Espace Jeunes Artistes… et tout récemment, le Centre wallon d’arts contemporains La Châtaigneraie). Cette participation à cette biennale est sa première hors Belgique et constitue un tremplin de premier choix, et une nouvelle étape dans le parcours artistique de Gaëtane.
La Biennale est organisée par le Service Développement culturel de la Ville de Mulhouse et se tiendra du 8 au 11 juin 2019.

Plus d’informations :
Page de présentation de la Biennale Mulhouse 019 sur le site de la Ville de Mulhouse
PDF Programme Biennale Mulhouse 019
Blog de la Galerie Nadja Vilenne

b3cm_Capture--5-530(80)

EXPOSITION
Mai 2019

Plusieurs jeunes artistes diplômés de l’ÉSAVL-ARBAL participent à « Mémoire et réincarnation »

Nous avons Christopher Bouts, Eva L’Hoest, Mégane Likin, Édouard Paquay, Charles-Henry Sommelette et Gaëtanne Verbruggen : tous ont effectué leurs études Bachelier et Master au sein de l’ÉSAVL-ARBAL, finalité spécialisée ou approfondie, en Peinture, mais aussi en Vidéographie. Ils se trouvent à nouveau réunis, non au sein de l’ÉSAVL-ARBAL, mais dans la cadre de l’exposition Mémoire et réincarnation. Retour de Chine :

« L’art interroge sur les relations que nous établissons entre la mémoire et le réel. La mémoire relève de notre esprit en tant que pensée qui garde le souvenir du passé. Or la mémoire est plurielle, elle relève de notre vécu personnel mais aussi d’une mémoire collective, somme imparfaite des mémoires de plusieurs individus. Elle est en évolution permanente, résultats d’oublis, de déformations, de reconstructions voire de manipulations. On ne peut pas raisonnablement affirmer qu’elle permet de fixer et conserver le passé en tant que réalité.
La création artistique reconstruit le réel, elle réincarne, elle transcende la passé.
Nous avons choisi d’illustrer ce propos par une exposition rassemblant une dizaine d’artistes s’exprimant via des médias différents. Chacun d’entre eux alimente sa création par son vécu personnel, celui de sa famille ou celui de la société dans laquelle il évolue. Histoire vécue, histoire de familles, Histoire avec un grand H. sont évoquées et réincarnées dans leur travaux.. » (Centre wallon d’Art contemporain La Châtaigneraie).

Retour de Chine, puisque cette exposition a été en partie présentée au Centre culturel international ADGY à Pékin en 2018. L’exposition liégeoise est organisée par le Centre wallon d’Art contemporain La Châtaigneraie.
Ces jeunes artistes issus de l’ÉSAVL-ARBAL y rencontreront quelques-uns de leurs anciens professeurs, puisqu’ils participent eux aussi à cette exposition : Dominique Castronovo et Ronald Dagonnier.
Le vernissage aura lieu le vendredi 24 mai 2019, à partir de 18 h 30. Elle est accessible du 25 mai au 7 juillet 2019.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition sur le site de son organisateur, le Centre wallon d’Art contemporain La Châtaigneraie

la-filature-scene-nationale-copyright-marion-lefebvre-1400x600-530

Façade du Centre d’art La Filature (Mulhouse, France) © Marion Lefèvre

BIENNALE-MULHOUSE-2019-800x190

PRIX
Mai 2019

Gaëtanne Verbruggen, diplômée de l’ÉSAVL-ARBAL, primée à la Biennale Mulhouse 019

Nous vous avions annoncé que dans le cadre de la Biennale Mulhouse 019 La jeune création dans l’art contemporain (France), Gaëtanne Verbruggen, diplômées en Peinture de l’ÉSAVL-ARBAL, avait été sélectionnée pour représenter l’ÉSAVL-ARBAL, l’une des quatre écoles supérieures d’arts francophones de Belgique participant à cette Biennale.
Une bonne idée puisqu’elle a reçu le Prix de La Filature. En effet, la Biennale décerne aux jeunes artistes exposants quatre Prix, dont celui reçu par Gaetanne. Il consiste en la possibilité d’exposer au sein de la galerie d’exposition de la prestigieuse La Filateur, un centre d’art regroupant musique, théâtre, cinéma, photographie… (image de haut). Ainsi, en 2020, Gaëtanne aura l’occasion d’être un des cinq artistes plasticiens que reçoit par an ce centre d’art situé à Mulhouse.
Une belle réussite pour une première exposition d’envergure hors Belgique. Et un très beau coup de pouce pour cette jeune artiste qui tient ses promesses.
Gaëtanne est représentée par la Galerie Nadja Vilenne, galerie qui l’a accueilli en tant qu’étudiante dans le cadre d’OutOfAca / Masters Jurys Juin 2018 de l’ÉSAVL-ARBAL.

Plus d’informations :
Page de présentation de la galerie d’exposition de La Filature
Site de La Filature
Page de présentation de Gaëtanne Verbruggen sur le site de la Galerie Nadja Vilenne
Page de présentation de la Biennale Mulhouse 019 sur le site de la Ville de Mulhouse
PDF Programme Biennale Mulhouse 019

60735463_2221267264575202_277012514280046592_o-530(80)

EXPOSITION
Juin 2019

Mégane Likin, diplômée de l’ÉSAVL-ARBAL, retenue à la 9e Biennale de photographie du Condroz, expose en avant-propos à la Galerie Juvénal

Mégane Likin a été diplômée en Master Peinture en juin 2018. Depuis lors, elle a de nombreuses fois exposé. Aujourd’hui, elle est représentée par la Galerie Quai4. Par ailleurs, elle diversifie ses pratiques, puisqu’elle nous proposera son travail photographique à la 9e Biennale de photographie du Condroz, prévue en août 2019, et organisée par le Centre culturel de Marchin, sous le titre de Vibrer :

« Vibrer, c’est toucher du regard. Frôler la corde sensible. Viser un monde sans cible. Ne pas perdre le fil : s’émouvoir ensemble. » (Emmanuel d’Autreppe, co-organisateur de la Biennale).

En introduction à cette Biennale, Mégane participe à une exposition regroupant les artistes photographes de cette Biennale, organisée par la Fondation Bolly-Charlier et sa Galerie Juvénal. Nous retrouverons ainsi Mégane à Huy, là ou se situe la Galerie Juvénal, du samedi 6 juillet au 25 août 2019, avant de la retrouver à Marchin, en août 2019.

Plus d’informations :
Page de présentation de l’exposition à la Galerie Juvénal sur le site de la Fondation Bolly-Charlier
Page Facebook de la Galerie Juvénal
Page de présentation de la Biennale sur le site du Centre culture de Marchin
Page Facebook de la Biennale de photographie du Condroz

invitation_toska-530(0)

EXPOSITION / PEINTURE
Juin 2019

Une nouvelle exposition personnelle s’est tenue en juin 2019 pour Toska, diplômé de l’ÉSAVL-ARBAL

Inévitablement cela devait arriver : du mur à la galerie, tel est le chemin parcouru par Toska, ce jeune artiste de street art diplômé en Peinture à l’ÉSAVL-ARBAL il y a une petite dizaine d’années. Après de très nombreuses fresques, dans les rues de Liège et d’ailleurs, son travail se voit reconnu en s’exportant dans de multiples espaces d’exposition en art contemporain. Ce cheminement, général pour le street art, se confirme à nouveau chez Toska puisqu’il n’est pas à sa première exposition personnelle.

« Né en 1986, le peintre muraliste parcours le monde entier.
Partout où il passe, il réalise des fresques gigantesques.
Artiste prolifique et prometteur, Nicolas Ravet, alias Toska, s’impose depuis 2008 comme une des étoiles montantes. En décomposant les volumes et les formes, l’artiste laisse s’exprimer sur la toile, le mur, la troublante énergie de la matière et des composantes d’une structure universelle. Ses traits fluides et régulier donnent naissance à un cocktail explosif entre art urbaine et art primitif. Le jeune peintre vibre au rythme de l’Art Premier et du Graff.
Distinct, il apprivoise les volumes et les textures comme transcendé par un rite mécanique. En général, Toska travaille à la pipette plus qu’au pinceau.
Cette technique lui permet de coller à son tempérament volcanique..
Formé à l’académie des Beaux-Arts de Liège, Toska est véritable globe trotteur, il a réalisé des fresques à Mexico, Thailande, Paris, Rome, Prague, Ibiza, Lettonie, Liège et aussi pour Amnesty International. » (Artsper).

Nouvelle exposition donc, dans un tout nouveau lieu à Liège, le Souplex (SPLX). Ce lieu, qui a vu le jour autour de mai 2019, grâce à un collectif, et avec l’aide du Comptoir des ressources créatives, l’a ainsi accueilli en juin 2019, dans son espace d’exposition 27, Boulevard de la Sauvenière, Liège.

Plus d’informations :
Page portfolio de Toska
Page Facebook de Toska
Reportage sur l’exposition, RTC TéléLiège, juin 2019
Page Facebook Souplex

67505573_2361864747434922_613790370362294272_n-530(80)

67365542_2361864774101586_8844830932398505984_n-530(80)

67284188_2361864814101582_9217058525123969024_n-530(80)

EXPOSITION / PEINTURE
Juin 2019

Toska, diplômé de l’ÉSAVL-ARBAL, réalise une nouvelle fresque street art

Toska est un jeune artiste émergent, diplômé de l’ÉSAVL-ARBAL en 2010, et depuis lors spécialisé en street art. Il a su s’y faire une très belle place et collectionne les fresques tout azimut, tout en y élaborant un style singulier à l’inspiration multiple :

« La simplicité complexe
Jeune artiste prolifique, Toska a le vent en poupe. Aussi à l’aise face à l’agitation d’un live painting que bien au calme dans son atelier, son talent se décline sur des supports aussi divers que variés : tatouages, objets, meubles, toiles, murs, vitrines de magasins (voir encadré ci-contre)… Rien n’arrête l’enfant terrible, véritable étoile montante – mais pas filante – de la sphère artistique liégeoise.
Oscillant entre les arts primitifs, comme l’art Maya dans la stylisation des formes et le Street Art dont il ne peut nier la filiation, Toska a un univers aussi facilement identifiable qu’il est singulier. Y entrer, s’est oublié l’espace, le temps – en tout cas tels qu’on les conçoit – et se perdre dans un labyrinthe de couleurs et de formes d’une sommairité si… complexe. Car, ne vous y fiez pas, la simplicité chez Toska n’est qu’apparente. Avant même l’exécution, le travail de préparation est d’une importance capitale. Ses œuvres, l’artiste les construit avant tout dans sa tête, comme des idées fixes, obsédantes et débordantes – “c’est pourquoi, je peins essentiellement des séries” – qu’il faut ensuite matérialiser. “Je pars de la composition ou des traits du volume d’un objet, d’un corps humain ou animal et, au fur et à mesure, je les décompose, les simplifie au maximum pour aller de plus en plus en profondeur dans la matière, jusqu’à la pénétrer, jusqu’à en représenter les cellules, l’énergie, les fluides et finalement en détacher les composants, les mouvements, les forces d’une structure plus universelle et globale”. Comme dans un puzzle, chaque élément est replacé avec minutie et, harmonieusement, trouve sa place juste dans un tout qui le transcende.
Une fois la construction effective, l’artiste travaille la matière, les contrastes, les volumes et les mouvements à travers une technique d’exécution bien particulière : “alternative à la bombe et à la pipette, elle me permet de contenir une importante quantité de peinture et rend possible une exécution directe assez longue, ce qui me permet d’avoir un résultat fluide et régulier”. L’effet est immédiat, vient titiller nos pupilles avec force alors même que notre esprit en reste coi. » (Comptoir des ressources créatives).

Ce style multiculturel développé par Toska convenait parfaitement à une école primaire située à Welkenraedt, école qui lui a demandé d’y réaliser une grande fresque murale tout autour de sa cours de récréation, aidé a-t-il été par les utilisateurs de cette cours.

Pre-home-Site-Web-1600x0-c-default-1100(80)

22-FigureMan@VillaVerde-2018.-Single-channel-Video-BD-1600x0-c-default-530(80)

EXPOSITION / VIDÉO
Septembre 2019

Eva L’Hoest, diplômée de l’ÉSAVL-ARBAL, sélectionnée pour la 15e Biennale d’art contemporain de Lyon

La Biennale d’art contemporain de Lyon (France) est un des événements en art contemporain les plus importants de France. Cette nouvelle édition se déroulera de septembre 2019 à janvier 2020, sous le titre Là où les eaux se mêlent, et son thème, le paysage.
La Biennale accueillera une petite soixante d’artistes, dont Eva L’Hoest, diplômée en Master Approfondi en Vidéographie. Elle y présentera son travail d’animation vidéo 3D :

« Les vidéos d’Eva L’Hoest nous transportent dans des environnements familiers, mais pourtant habités par des formes hybrides et des figures troubles. L’artiste joue avec les accidents des scanners 3D, avec les aberrations des images virtuelles et avec les failles des algorithmes pour composer des paysages où se mêlent les regards de l’homme et des machines. Dans les halles des Usines Fagor, des images circulent d’un écran à l’autre. Leur substance virtuelle contamine l’installation vidéo qui s’étire et se prolonge alors dans l’espace d’exposition. » (Biennale d’art contemporain de Lyon).

Hier Gaëtane Verbruggen, aujourd’hui Eva L’Hoest, ces deux artistes, parmi d’autres, confirment la capacité des jeunes artistes liégeois émergents à dépasser les frontières liégeoises et belges, pour aborder avec toute la force expressive et toute la maturité nécessaires de nouveaux paysages européens.

Plus d’informations :
Page de présentation portant sur Eva L’Hoest sur le site de la Biennale de Lyon 2019

Michel-Barzingd-530(80)

a7236345073fce448ca882c16c73eb-530(80)

EXPOSITION / PUBLICATION / GRAVURE
Décembre 2019

Les Calendriers édition 2020 de la Nouvelle Poupée d’encre et de l’atelier de Gravure de l’ÉSAVL-ARBAL en exposition et dès à présent disponibles à la vente

La Biennale d’art contemporain de Lyon (France) est un des événements en art contemporain les plus importants de France. Cette nouvelle édition se déroulera de septembre 2019 à janvier 2020, sous le titre Là où les eaux se mêlent, et son thème, le paysage.
La Biennale accueillera une petite soixante d’artistes, dont Eva L’Hoest, diplômée en Master Approfondi en Vidéographie. Elle y présentera son travail d’animation vidéo 3D :

« Les vidéos d’Eva L’Hoest nous transportent dans des environnements familiers, mais pourtant habités par des formes hybrides et des figures troubles. L’artiste joue avec les accidents des scanners 3D, avec les aberrations des images virtuelles et avec les failles des algorithmes pour composer des paysages où se mêlent les regards de l’homme et des machines. Dans les halles des Usines Fagor, des images circulent d’un écran à l’autre. Leur substance virtuelle contamine l’installation vidéo qui s’étire et se prolonge alors dans l’espace d’exposition. » (Biennale d’art contemporain de Lyon).

Hier Gaëtane Verbruggen, aujourd’hui Eva L’Hoest, ces deux artistes, parmi d’autres, confirment la capacité des jeunes artistes liégeois émergents à dépasser les frontières liégeoises et belges, pour aborder avec toute la force expressive et toute la maturité nécessaires de nouveaux paysages européens.

Plus d’informations :
Page de présentation portant sur Eva L’Hoest sur le site de la Biennale de Lyon 2019

75340945_2458846770837471_582326698377216000_n-530(80)

EXPOSITION
Novembre 2019

Michaël Koçak, diplômé de l’ÉSAVL-ARBAL, expose en duo à la Space Collection

Diplômé de l’ÉSAVL-ARBAL en Master en Publicité, Mikail Koçak présente une exposition en duo avec Thierry Grootaers (site personnel), professeur en Peinture à l’atelier du même nom à l’ÉSAVL-ARBAL. L’exposition, intitulée Safe Space, est le fruit de leur rencontre artistique :

« Depuis presque un an, Mikail Koçak (°1989) et Thierry Grootaers (°1974) préparent une collaboration artistique. Si leurs pratiques esthétiques semblent éloignées l’une de l’autre (l’un pour des installations aux composantes variées, le second pour sa peinture et ses sculptures), des thématiques communes traversent leurs grammaires plastiques et leurs univers artistiques.
Leurs manières d’intégrer des souvenirs et des expériences personnelles et générationnelles dans leurs créations se rencontrent, des éléments domestiques se mélangent ; le paysage témoin de mutations modernes et de replis intérieurs ; la maison comme frontière protectrice ; la frontière comme cadre de référence familial, social et culturel depuis lequel on regarde l’Autre.
De ces réflexions, naît une exposition-boîte livrée à deux“clef sur porte”, une manière de créer en duo sans assimilation ni fusion des individualités.
Une scénographie-scénario sans méthode, avec fous-rires et confrontations de récits se met en place. On parle mutation et construction. Dans l’ancien appartement transformé en espace d’exposition, une maison préfabriquée se construit. Les artistes-artisans insèrent leur propre structure de murs de bois dans le salon et placent de la moquette dans la chambre. Les artistes-architectes pensent l’espace en termes esthétiques et fonctionnels. Au four et au moulin, on façonne un intérieur à base de doutes malicieux, de poésies et d’une dose astucieuse d’absurdité. » (Anna Ozane, Space Collection).

L’exposition se visite du 30 novembre au 21 décembre, à la Space Collection.
Le 21, le dernier jour de l’exposition donc, les deux artistes dialogueront autour de leur rencontre artistique, de leur exposition avec le public présent.

Plus d’informations :
Page Événement Facebook de l’exposition, Space Collection
Site de la Space Collection